EMPYRE #0-6 (Al Ewing, Dan Slott / Valerio Schiti)

AvX, IvX …

Oui j aidit plus haut que l on se plaignait de la continuité présente (mais expliquee) tout en vantant empyre xmen qui en comprend autant bien moins expliquee)
Bref que ce soit pas le titre du siecke: oui mais en dehors de secret empire ou secret wars… y a eu sur du moins bon
Mais bon les ricains qui préfèrent chichester ou gruenwald a nocenti et dematteis…

Je n’ai pas beaucoup le temps de lire en ce moment (ma pile de lectures papier monte dangereusement, quant aux lectures sur écran, elles se raréfient), mais j’ai trouvé le temps de lire ce premier numéro, et c’est plutôt pas mal.
Les choses accélèrent progressivement au fil de ce premier volet, qui démarre sur les bases de ce que les deux numéros zéro ont précisé. On débute du côté de l’armée Kree-Skrull (qui représente un autre point positif de l’affaire : faire enfin bouger les choses sur ce coin de la géopolitique cosmique Marvel), avec quelques explications pour ceux qui auraient loupé des épisodes (genre : moi). Il y a quelques incohérences (Ben devenu invisible ne peut plus voir les manettes du vaisseau, mais il peut reconnaître Hulkling ?), mais autrement le rythme est plutôt sympa.
On passe ensuite à la troupe de Vengeurs postée sur la Lune, et c’est plein de petites pépites de caractérisation : la tronche de Thor face à la transformation de Jennifer est d’une grande subtilité.
L’affaire monte en mayonnaise, tout le monde s’énerve, tout en professant vouloir endiguer le conflit. C’est plutôt bien fait, les deux factions étant suffisamment éloignées pour justifier que les tentatives de dialogue tombent à l’eau. Et ça retranscrit assez bien les tensions de la société actuelle en cela que chaque groupe est persuadé de faire les choses qu’il faut, d’être du bon côté. Là encore, les dialogues et les voix off sont très bien caractérisés et restituent finement ces convictions, pour erronées qu’elles soient.
D’ailleurs, en terme de résonance avec le monde actuelle, la dimension « relevant » de l’épisode me semble évidente. On fait face, dans la vraie vie, à une crise écologique de premier ordre, et toute l’intrigue tourne autour d’un jardin. Le symbole est fort, d’autant que les auteurs retournent l’idée comme un gant (ce qui me confirme le subplot que j’avais cru déceler dans le numéro zéro consacré aux Vengeurs).
Question images fortes, l’épisode en regorge. Si Schiti est un peu le second choix par rapport à un Larraz (ou même un Silva), il assure comme un beau diable quand même. Ses doubles pages sont étourdissantes. Le survol de la surface lunaire par la flotte Kree-Skrull est impressionnant. Et que dire du « Ghost Quinjet » ? Ou de la scène où Hulkling bloque le marteau de Thor ?
Vraiment, une lecture des plus sympathiques, qui aligne de nombreuses qualités, au rang desquelles je compte une gestion fluide et fructueuse de la continuité. Vraiment très chouette. Il faut que je trouve le temps de lire la suite.

Jim

nous devrions le savoir très bientôt car ce comics sort toutes les semaines. Donc 3 numéros en juillet.

Ah ouais ?
Ah j’avais pas fait gaffe aux dates.
C’est plutôt cool dans l’idée : un gros truc en position rafale, c’est bien.

Jim

C’est du bon, encore.
Dan Slott et surtout Al Ewing, chargé du script, poursuivent intelligemment leur saga. Sans se presser, sans trop attendre.
On découvre ainsi que Hulkling semble prêt à libérer l’arme ultime de l’alliance Kree/Skrulls, au point d’envoyer littéralement bouler Captain Marvel et Human Torch. On voit aussi que la dépression d’Iron Man continue, que le Wakanda tient difficilement, que Quoi repousse la mission diplomatique de sa mère, que She-Hulk n’est pas seulement « guérie » de sa brutalié mais possédée par un symbiote Cotati, qui l’a apparemment tuée. Avec, au final, Carol et Johnny qui expliquent tout ça à Wiccan, qui confirme que ce n’est pas Hulkling, car ce qu’il a vu dans les esprits des super-héros ne correspond pas à son petit-ami… pardon, à son mari, car on apprend ici qu’ils se sont mariés !
Un épisode efficace, qui fait bien avancer les choses. La lecture d’Empyre permet de comprendre depuis le début que « rien n’est vraiment ce qu’il semble être », et on voit ici que les rebondissements et surprises se multiplient. Autant le début me semble assez prévisible, vu l’avancée d’Empyre, autant l’événement sur She-Hulk m’intrigue (et justifie le futur one-shot Immortal She-Hulk). Et le final, s’il ne « change » rien à Empyre, est une belle avancée pour Marvel, quelques années après l’événement similaire dans Astonishing X-Men.
Un bon épisode, donc, fluide et agréable, bien écrit et bien dialogué. Valerio Schiti livre des planches superbes très fluides également, toutes en rondeur avec une atmosphère chaude et vraiment agréable.

Je reste fan. Vivement la suite.

Résumé

EMPYRE-AVENGERS-AFTERMATH

Mignon.

empyre-5-exclusive-preview-hulkling-wiccan-cover-1232155

(W) Al Ewing, Dan Slott (A) Valerio Schiti, Marte Gracia (CA) Jim Cheung
• Love and war - in the midst of cosmic cataclysm!
• One fan-favorite Marvel hero reveals their secret - as another faces the ultimate showdown with a monstrous foe!
• Meanwhile, an outer-space jailbreak leads to a trial by combat you’ll have to see to believe…
• …but is it all too late to save Earth from two world-ending threats at once?

Rated T+
In Shops: Aug 12, 2020
SRP: $4.99

empyre-5-exclusive-preview-hulkling-wiccan-2-1232154

empyre-5-exclusive-preview-hulkling-wiccan-3-1232153

empyre-5-exclusive-preview-hulkling-wiccan-4-1232152

Source : www.cbr.com

C’est la fin du monde, mais ça peut s’arranger.
Al Ewing et Dan Slott livre ici l’avant-dernier chapitre (déjà !) de leur saga, en intensifiant encore les événements. L’ensemble est classique, mais diablement efficace sur moi.
Carol et Johnny apprennent comment Hulkling et Wiccan se sont mariés en secret à Las Vegas avant le départ de Teddy vers les cieux. Ce qui permet de confirmer que Billy peut retrouver Teddy… et ce qui l’amène à prouver que l’Empereur Dorrek VIII n’est pas Hulkling ! Ce dernier est prisonnier avec un masque de fer, et le faussaire est donc… sa grand-mère, comme évoqué dans des épisodes antérieurs, même si ça n’est pas dit, ici. Ca se tape dans le vaisseau-mère de l’alliance, ça tape fort au Wakanda où la Chose résiste face à une Miss Hulk morte et possédée par une Cotati, avec Ben qui refuse de mourir pour prouver au gamin Kree et à la gamine Skrull que quelqu’un tiendra pour lui (« IMMORTAL THING », superbe réplique). Black Panther tente d’empêcher les Cotati d’utiliser le Vibranium pour étendre leur puissance, mais il échoue car le Cotati Swordsman semble le tuer. Les Cotati vont atteindre toute puissance dans 10 minutes, le Soleil va exploser dans 9… mais Tony Stark a fini une armure Iron Man pour Reed Richards, le bon moment pour sauver deux fois le monde en même temps !
C’est classique, clairement. Le « coup » de Hulkling était prévisible, le rebondissement du Wakanda aussi, clairement. Mais c’est bien fait.
C’est bien fait, parce que la mécanique est bien huilée, parce que les dialogues sont bons. La romance Wiccan/Hulkling est vraiment mignonne, le retour de flammes est épique, bien que Hulkling fasse un peu trop « faible », il manque d’ampleur. A voir le final, car les deux auteurs préparent un moment dantesque et épique.
J’ai hâte d’y être ! Cet événement est vraiment très agréable et prenant, avec des personnages bien écrits et des imprévus « classiques » mais efficaces. Valerio Schiti illustre tout ça fort joliment, avec de belles émotions sur les visages et de beaux combats.

Ah, vivement la fin, je suis à fond.

Empyre-6-1-600x911

There can be only one King of Space-and it’s the last liege standing! But as combat rages on, the clock ticks down to catastrophe! Will the ultimate interstellar weapon fry planet Earth before or after all sentient life on the planet is wiped out? The Avengers and the Fantastic Four are tested as never before-as EMPYRE comes to a pulse-pounding finish!

Empyre #6 goes on sale on September 2nd, priced $5.99.

Empyre-6-6-600x911

Empyre-6-7-600x911

Source : www.flickeringmyth.com

Quelle déception. Quel gâchis.
Al Ewing et Dan Slott achèvent leur saga, avec une fin qui n’est pas honteuse… mais qui est tellement, tellement en-deçà de ce qui aurait pu être ; dû être. Et a été, en fait, jusqu’à cet épisode, voire le précédent.
C’est fini, donc. L’épisode reprend beaucoup de Fantastic Four #23, avec donc « la lutte » pour que le gamin Kree et la gamine Skrull se libèrent de l’engin qui utilisent ce qu’ils sont (la mémoire de leurs peuples) pour rendre fous les Skrulls et les Kree. Mais Valeria et Franklin leur permet de tenir, de repousser l’engin ; alors que Ben parvient à « toucher » She-Hulk malgré la possession Cotati. Jen se libère, Mr Fantastic dans une armure Iron Man qui diffuse un son occupe les Cotati au Wakanda. Tous les Avengers arrivent, Thor avec le pouvoir de Gaïa (le tie-in Thor qu’on ne verra jamais) rejette les Cotati sur toute la planète, alors que Black Panther a survécu grâce à ses techniques personnelles. Cotati-Swordsman en vient à menacer Quoi pour l’emporter, ce qui crispe les Cotati. Black Panther le tue avec l’épée de Hulkling, qui parvient à vaincre sa grand-mère (qui commet une grosse boulette, hein). Tony Stark sauve le soleil sans bouger de chez lui, alors que Johnny Storm, Wiccan et Captain Marvel empêchaient le soleil d’exploser, avec l’alliance Kree/Skrull. Tout est bien qui finit bien, wouhou.
Quelle déception, oui. Parce que tout tombe à plat. Parce que tout est téléphoné. Parce que le suspense sur Black Panther est évacué bêtement. Parce que « le pouvoir de l’amour », d’accord une fois, mais pas pour deux situations en même temps. Parce que les Fantastic Four n’ont servi à rien, ici, et c’est dommage pour un crossover. Parce que si Tony Stark est pertinent dans son discours qui justifie qu’il soit resté chez lui (Mr Fantastic dit qu’il n’est pas lui, Stark réplique en gros que si : rester dans sa cave, blessé, à ruminer et à construire une solution technique pour s’en sortir, c’est exactement), on perd tout le dynamisme lié au personnage. Parce que Mr Fantastic dans une armure, bof ; et pour faire ça, gros bof. Parce que la grand-mère de Hulkling est bien c$nne de le frapper et, oups, d’enlever son masque, qu’il récupère pour lui mettre dessus, en deux cases, et l’arrêter définitivement. Parce que Hulkling a été en dessous de tout dans cette saga qui était vendue comme son grand moment. Parce que les solutions sont téléphonées, oui. Parce que Cotati-Swordsman perd ici toute la grandeur tragique de son one-shot récent, pour devenir un méchant, bien bête, et bien-bien méchant. Parce que le petit twist sur Quoi « toujours méchant », c’est lourd.
Quel gâchis. Quelle frustration.
Valerio Schiti est bon, encore, même s’il se dépêche sur beaucoup trop de cases. Mais il aura su tenir le rythme, et assurer sur l’événement. Il est bien le seul du groupe d’auteurs, hélas.

Déception et frustration.
Quel gâchis.
Ca a été excellent durant l’essentiel de la saga, ça s’achève avec une conclusion tellement moyenne et téléphonée qu’elle en devient triste, enrageante.
Pff.

Je viens de finir la mini-série. Et c’est vraiment très agréable. Ça va vite, les rebondissements sont nombreux et plutôt bien amenés (les premiers éclairant les suivants), ça bastonne bien. On sent effectivement que quelques trucs plus ou moins importants se déroulent ailleurs, mais rien de bien gênant.
La fin est attendue, avec une petite pique écolo qui fait du bien (même si elle contredit l’ambiance va-t’en-guerre de l’intrigue), mais c’est sympa d’avoir un événement éditorial qui ne se conclut pas dans les larmes et les mâchoires crispées. La caractérisation est réussie et les dialogues offrent de très grands moments à Black Panther et, dans une moindre mesure, à Thor, deux personnages que j’ai particulièrement apprécié ici.
Vraiment, très sympatique.
Et graphiquement, c’est quand même une tuerie totale. Le dernier épisode montre quelques petites facilités, un soin moins attentif à certaines choses, mais globalement, c’est du très haut niveau.
De l’univers Marvel bien géré, de l’action, des grands sentiments, des idées bien barrées et des images impressionnantes : la recette que j’aime.

Jim

Tu as tout lu d’une traite ?

J’ai lu les trois derniers d’une traite. Je crois que j’avais survolé le quatrième, parce que pas mal de trucs me disaient quelque chose. Mais les deux derniers, je viens de les découvrir.

Jim

Tu as les fall out que j ai bien aimé aussi… je viens d elire celui sur She Hulk qui l a lie à Immortal Hulk… et qui annonce des choses sur Immortal…
Celui sur AVengers ouy FF annonce un titre DOX…

J ai trouvé sympa aussi… il manque un petit quelque chose mais c est pas le truc stereotypé que nous envoie les big twos depuis quelques temps

Et pourtant cela a fait un peu plouf chez nos amis ricains.

Pas encore eu le temps. Je t’en reparle à Noël !
:wink:

Déjà, ça évite la confrontation entre les deux groupes parce qu’ils ne seraient pas d’accord, tout ça tout ça. Les bastons entre héros sont fréquentes, mais souvent expliquées par une possession ou une imposture, ce qui fait que l’intrigue se concentre sur les « vrais » enjeux en évitant de passer par la case « méprise ».

Ce ne sont pas des gens de goût.
:wink:

Jim

Pas mal de choses ont fait plouf et sont devenus des classiques et étaient populaires en France comme les surfer de buscema, les xmen de adams, …
et mêmes aprés des séries ont pas vendus ou ont été mal accueillies… Le Cap de Dematteis est moins reconnu que celui de Gruenwald… bref… ils ont pas forcement toujours raison à mon sens

Oui, et ce n’est pas nouveau. Ils ont créé KFC