Encore un record pour One Piece !

Un tirage du tome 67 à 4 050 000 exemplaires !

[Lire l'article sur Manga Sanctuary](http://www.manga-sanctuary.com/news/12683/encore-un-record-pour-one-piece.html)

Jusqu’où ira-t-il franchement? De plus Oda pourrait très bien continuer encore très très longtemps son récit…

Des records totalement artificiels, puisqu’il ne s’agit que d’un tirage, dont le nombre est totalement contrôlé par l’éditeur. Un moyen comme un autre de continuer à faire le buzz, en faisant battre au titre records sur records. Question marketing, c’est franchement bien vu.

Certes, cependant je serai bien curieux de voir le nombre de volumes vendus.

Ce sont, certes, des chiffres faussé, mais quand on voit que les volumes précédents ont dépassé les 4 millions en comptant les retirages, c’est déjà plus parlant… Avec environ 15.000 points de vente au Japon, dont chacun se doit d’avoir au moins 1 exemplaire des derniers volumes de One piece, même en comptant que ces mêmes points de vente en aient en moyenne 10, ça nous ferait « seulement » 150.000 mangas à déduire de ces chiffres, ce qui donnerait, de toute façon, des ventes dépassant largement les 3,5 millions d’exemplaires, ce qui est énorme.
Et chaque nouveau volume se vend effectivement plus que le précédent, à la sortie (et quand on voit les chiffres des premiers volumes, qui se vendent toujours bien, c’est assez hallucinant).

Mais je suis d’accord avec toi, les chiffres sont facilement manipulés (mais c’est le cas partout : les éditeurs parlent toujours du tirage, pas des ventes effectives (et encore moins des volumes qui sont chez les libraires, mais non encore vendus)), et chaque nouveau tome se doit d’être tiré à un nombre d’exemplaires dépassant largement le précédent (sauf pour le 62, bizarrement).

Tori.

En 5 mois, le tome 65 s’est vendu à un peu moins de 3,2 millions. En 2011, le tome 61, la meilleure vente de l’année, était à environ 3,4 millions. Un premier tirage supérieur à 4 millions, c’est donc surtout de la comm’ puisqu’il s’en vend nettement moins dans l’année qui suit sa sortie. Après, ça reste forcément impressionnant, mais il est très facile, dans leur position de s’amuser avec les chiffres (c’est comme quand Bubka battait le record du monde du saut à la perche cm par cm : ça fait plus de records, ça participe à la légende…)

ça lui faisait surtout plus de sous car il avait une prime à chaque record battu.

Cela n’enlève rien à la performance impressionnante sur la durée.

Ah, je n’ai pas trouvé les chiffres de vente…
Donc la série se stabilise aux alentours de 3,3 millions.

Tori.

Je suis bien d’accord avec vous pour le côté comm’ mais il ne faut pas oublier que l’éditeur, pour chaque tome non vendu perd de l’argent (stockage voire destruction). Mais bon, tout le monde sait qu’ils ne prennent guère de risque avec One piece :slight_smile:

Pas tout à fait : les volumes qui sont dans les librairies ne sont pas vendus (aux lecteurs… Parce que les librairies les ont payés), mais ils ne coûtent rien en stockage à l’éditeur tant qu’ils ne lui sont pas retournés.

Tori.

Je suis pas trop d’accord avec vous sur le termes “faussé” vous justifiez ça avec les chiffres de ventes sur une année qui cela dit en passant sont assez hallucinant si on prend l’exemple du tome 65 comme tu le dis Ivan : il s’est vendu en à un peu moins de 3,2millions en 5mois! en gros il reste 10ans pour écoule 800 000 exemplaires… Au final il devrait pas en rester des masses. Surtout que pour cette série et vous le dites si bien il y a eu beaucoup de réimpression sur les tomes précédents.

Alors je suis d’accord pour le coup de la Pub, mais de là à dire que ces chiffres sont artificielle, je pense que c’est un peu fort…

Sauf que près de 90% des ventes s’effectuent le premier mois au Japon. Donc les 800 000 ne seront clairement pas vendus dans l’année. Ils ne sont là que pour remplir les rayons.

Quoi de plus normal ? C’est pareil ici : pour vendre une certaine quantité, il faut en imprimer parfois jusqu’à 2 fois plus, ne fût-ce que pour avoir une visibilité suffisante.

Je ne comprends toujours pas pourquoi il y a donc besoin de réimprimer certains tomes, si ils ont besoin des réimprimer c’est qu’ils en vendent toujours non? donc ça reste plausible non? Même si j’avoue que 800 000 ça me parait hallucinant tout de même!

sorata : les 800 000 iront en partie au pilon. et de nouveaux seront imprimés. imagine le cout de stokage ne serait-ce que 500 000 exemplaire de chaque tome ? 500 000 x 67 = 33 millions 500 milles !!!
tu les stoke où les 33 milions ? (sachant que tu édite d’autres livres: bds mais aussi guides , beaux-livres ,etc …) moins cher donc de les détruire et de les faire réimprimer si besoin…
le monde de l’édition : univers impitoyable ! ^^

:open_mouth:

Bon je ne m’y connais pas assez en matière d’édition de bouquin mais si c’est vrai c’est assez hallucinant, à mon avis et pour reprendre ton exemple ça coute tout de même moins cher de les stocker non?
Sachant que comme le disais Tori plus haut ce sont les libraires qui stockent la plus grosse partie tant que c’est pas retourner à l’éditeur… :wink: Donc je me permet d’être sceptique sur l’argument

Cela dit ça coute peut être moins cher qu’une bonne vielle campagne de pub, pour reprendre l’idée de Ivan

Cela coûte toujours moins cher de les envoyer au pilon et d’en réimprimer que de stocker…

Bref, One Piece a toujours autant de succès, et c’est assez incroyable puisque la série commence à se faire vraiment longue. En plus, comme l’a dit onizuka-sensei Oda pourrait continuer encore longtemps son récit. Alors bon des records, à ce rythme là il risque d’y en avoir d’autres pour One Piece.

[quote=“Sorata”]Sachant que comme le disais Tori plus haut ce sont les libraires qui stockent la plus grosse partie tant que c’est pas retourner à l’éditeur… :wink: Donc je me permet d’être sceptique sur l’argument
[/quote]

Tu n’y es pas : si c’est chez les libraires, c’est pas de la marchandise que l’éditeur doit stocker. Ce qui valse plus ou moins rapidement au pilon, c’est le stock de l’éditeur. Donc pour ces tomes, il faut avoir la chance de les trouver en rayons, parce que la commande n’est plus possible auprès de l’éditeur.
Ainsi, on se retrouve parfois très vite avec des tomes épuisés et encore recherchés par certains qui arrivent en retard, alors qu’une énorme proportion de ces mangas a été détruite.

Quant aux volumes retournés à l’éditeur par les libraires, ça dépend de la politique de l’éditeur, et des titres concernés : certains vont directement au pilon, d’autres sont réintégrés au circuit de distribution (on a déjà reçu un manga dans lequel se trouvait un ticket de caisse de grande surface : le volume avait dû y être rapporté pour un échange, puis retourné au fournisseur)…
Chez certains éditeurs, les retours vont tous au pilon.
Je ne sais pas si c’est pareil au Japon, mais il y a des chances que ce soit le cas (il m’est arrivé régulièrement d’acheter des mangas japonais 1 ou 2 mois après la date de sortie, et c’était déjà la deuxième ou troisième édition !).

Tori.