EX MACHINA t.1-5 (Brian K. Vaughan / Tony Harris)

[quote=“soyouz”]

[quote=“Jim Lainé”]Il veut surtout parler de société. De la vie dans la cité. De politique, oui, mais au sens antique du terme.
Comme Eisner, il parle de nous.

Jim[/quote]

C’est aussi ta définition du mot “politique”, me semble-t-il ?[/quote]

Je me sens assez proche de ça, ouais : la politique, la vie de la “polis”, la vie de la cité, tout à fait.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]

[quote=“n.nemo”]je copie aussi, mais artemus.

J’ai lâché en court de route. Oui aux persos et aux dialogues, mais ce ne racontait rien sur la politique ce qui était tout de même dommage vu le thème et c’était long et finalement assez super heroique passé le premier vernis.

Il aurait pu dynamiter la politique avec l’idée du super heros, comme authority ou the filth ou faire du super heros avec de la politique et de la culture, ce que fait lehman, il a choisi de faire du super heros décompressé dans un décors politique.

Quel intérêt ?[/quote]

Je crois que l’intérêt, c’est que c’est une vaste fable humaine. [/quote]

j’ai retenté avec la parution d’urban et surtout parce que saga est passé par là, et comme ça arrive parfois une lecture postérieur emballante donne un regard pus tendre pour les lectures antérieures.

Tu as en effet raison au sujet de la fable humaine mais je trouve ça terriblement américain. La naissance de son enfant a vraiment donné du fond à cet auteur, je crois, là où dans cette bd il réfléchit sur son monde américain via un prisme américain. Ce parti pris limite grandement mon intérêt tout de même, mais j’y prend plus de plaisir qu’à la première lecture, vaughan ayant définitivement l’une des écritures les plus agréables du médium.

J’irais jusqu’au bout cette fois, surtout qu’ayant appris la fin entre temps, le propos se révèle, si j’ai bien capté l’idée, bien pus acide qu’il ne semble l’être de prime abord.

[quote=“n.nemo”]
je trouve ça terriblement américain. La naissance de son enfant a vraiment donné du fond à cet auteur, je crois, là où dans cette bd il réfléchis sur son monde américain via un prisme américain. [/quote]

Ça me semble complètement assumé. Il y a un épisode où un personnage (Journal ?) évoque la sexualité de Mitch, et lui dit que s’il était homosexuel, il ne serait pas le premier (et de citer Paris). Mitch répond que là n’est pas la question, mais je crois que ce qu’il faut y lire, aussi, c’est que la question n’est pas de parler des autres pays, mais bien de l’Amérique, par le truchement de sa ville la plus emblématique, New York.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]

[quote=“n.nemo”]
je trouve ça terriblement américain. La naissance de son enfant a vraiment donné du fond à cet auteur, je crois, là où dans cette bd il réfléchis sur son monde américain via un prisme américain. [/quote]

Ça me semble complètement assumé.

Jim[/quote]

ça me parait même totalement évident (même pour moi, c’est dire). La vie de Mitch ne pourrait pas l’être autrement que s’il était américain (le fait d’être à la ville semble encore plus évident).
Et il est presque à mon sens l’écho d’un Reagan ou dans Schwarzy (même s’il n’est pas né américain) ! Je ne sais pas où on peut voir de tels choses dans un autre pays.

oui, sans doute, mais la façon dont il pose les questions humaines ne sont pas la façon dont elles se sont posées à moi, et pour dire le fond de ma pensée, je ne pense pas qu’elles ne se posent jamais ainsi à personne, si ce n’est dans le discours courant américain, comme il peut exister un discours courant français, différent, qui est tout aussi à coté de la plaque.

J’ai même l’impression en fait que c’est une fable humaine vu à travers la fiction des séries télé américaines standard, ou Hollywood, ou les médias, avec une sorte de méta-commentaire, une relecture donc, qui ne serait décelable qu’avec la fin de la série.

Mais ne l’ayant encore pas lu dans le texte, je m’imagine peut être des choses

Au sujet de l’édition Urban, il y a des bonus supplémentaires par rapport à celle de **Panini ** sur les deux premiers tomes ?
La traductrice c’est toujours Laurence Belingard ?

Non c’est Jérémy Manesse

OK, merci.

Bon je croyais avoir fait une affaire en achetant les numéros qui me manquaient dans la version Panini, en terme de prix c’est évident mais et là je ne sais pas si le problème vient de la traductrice ou de la “retranscription”, mais il y a un paquet d’approximations et de coupes dans les dialogues qui dans la V.O donne une “couleur” aux dialogues et qui là en V.F paraissent (en tout cas à mes yeux) plats et froids, voire également des choix pas forcément “heureux”.

Je ne veux pas être méchant, mais j’ai un sentiment de “gâchis” et une perte totale de confiance dans ce que je lis. :open_mouth:

[quote]EX MACHINA tome 4

Après avoir servi la ville de New York en tant que super-héros, Mitchell Hundred s’est donné pour mission de la sauver, mais cette fois-ci en tant que Maire. Convoqué à Rome pour une audience avec le Pape, il ignore encore qu’une cible est en ce moment-même braquée sur son front et qu’un ancien admirateur prévoit de fortement perturber la Conférence Nationale Républicaine à venir. Parviendra-t-il à gérer de front tant de situations critiques ?

Contient : Ex Machina:The Deluxe Edition Vol. 4 HC (#30-40)

Public : Ado-adulte - à partir de 12 ans
Genre : Polar / Thriller
Collection : Vertigo Essentiels
Date de sortie : 24 juin 2016
Pagination : 272 pages
EAN : 9782365778602
Prix : 22.5 EUR[/quote]

C’est maintenant que les choses sérieuses reviennent …

[quote]EX MACHINA tome 5

L’ancien super-héros devenu maire de la ville de New York, Mitchell Hundred, a combattu des années durant une politique gangrénée par la corruption, des massacres environnementaux à répétition, et parfois même des voyageurs multidimensionnels. Rien ne semblait plus pouvoir l’étonner. Pourtant, comment réagira-t-il devant l’arrivée d’un visage connu bien déterminé à exhiber ses nouveaux pouvoirs à la face du monde ?

Contient : Ex Machina Book Five (#41-50 + Ex Machina Special #4)

Public : Ado-adulte - à partir de 12 ans
Genre : Polar / Thriller
Collection : Vertigo Essentiels
Date de sortie : 19 août 2016
Pagination : 312 pages
EAN : 9782365779043
Prix : 28 EUR

[/quote]

Cool urban nous sort la fin de la série rapidement. Plus qu’à relire le début avant d’enchainer les 2 tomes inédits

[quote=“Le Doc”]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/comics9/comics9.1/ex-machina-tome-4-39659-300x460.jpg

Après avoir servi la ville de New York en tant que super-héros, Mitchell Hundred s’est donné pour mission de la sauver, mais cette fois-ci en tant que Maire. Convoqué à Rome pour une audience avec le Pape, il ignore encore qu’une cible est en ce moment-même braquée sur son front et qu’un ancien admirateur prévoit de fortement perturber la Conférence Nationale Républicaine à venir. Parviendra-t-il à gérer de front tant de situations critiques ?

Contient : Ex Machina:The Deluxe Edition Vol. 4 HC (#30-40)

Collection : Vertigo Essentiels
Date de sortie : 24 juin 2016
Pagination : 272 pages
Prix : 22.5 EUR[/quote]

C’est ce que j’ai fais (puisque j’ai dû compléter le premier tome (version Panini par les autres pour m’y remettre) avant de lire le tome 4, et même si finalement je suis curieux de connaitre la fin ; je cherche - toujours en vain (pour l’instant) - la portée politique des histoires.

La visite au pape

est quand même un chapelet de poncifs (ne pas confondre avec le chapelet du souverain pontife) dans la plus pure veine de la BD d’évasion (ce qui n’est déjà pas si mal), et s’il y a une portée politique à cette histoire, je veux bien qu’on me l’explique.

Cela dit la série porte bien son titre, même si l’astucieux Vaughan l’a un peu amputé.

Il y a toujours un deus ex machina qui tombe à propos.

:slight_smile:

Bon alors là je dois avouer que la fin de l’histoire ma laisser sans voix et je dois reconnaître que je me sens tout con

Je crois que j’ai pas compris. Ou alors je cherche un sens là où il y a rien mais que dans ce cas ça me parait très décevant (limite même vexant ou ripou)

Pour ceux qui l’ont lu vous en avez pensé quoi ?

Parce qu’autant le final d’Y est un grand moment de poésie combiné à un bouclage d’intrigue excellent autant là j’ai l’impression que Vaughan à expédié le truc par dessus la jambe

(et ca m’emmerde sacrément)

Ça m’a déconcerté aussi, je pense aussi qu’il ne savait pas comment finir, j’ai aimé tout le délire interdimensionnel, mais au final on arrive soit a une ouverture pour une suite, soit a une volonté de ne pas finir, mais je ne trouve pas ça illogique, ça m’a fait pensé a ce qu’était une carrière politique, une suite d’étapes qui s’enchaine, sans jamais une finalité.
La fin n’est clairement pas a la hauteur de tout ce qui précédait, mais ça ne m’a pas gâché ma lecture non plus.

Moi, j’ai beaucoup aimé cette fin, parce que justement, c’est un sacré pied de nez : on pensait que c’était un super-héros qui utilisait la politique pour continuer son combat, alors qu’en fait, c’est un politicien qui utilise ses pouvoirs pour atteindre ses objectifs.

[spoiler]Je pense que le message est le suivant : les super-héros, ça n’existe pas. Hundred l’avait compris depuis longtemps, mais pas ses proches. C’est juste un homme, avec ses faiblesses et, surtout, affecté par un mal qui peut frapper tout le monde (le pouvoir absolu corrompt absolument).

Personnellement, je ne sais pas si Hundred veut réellement empêcher une potentielle invasion inter-dimensionnelle ou veut seulement aller au bout de son ambition, et je ne pense pas d’ailleurs qu’il le sache lui-même. Il s’est perdu dans son propre mensonge, à savoir que parce qu’il est spécial, il peut réussir là où tout le monde à rater. Ronger par ses obsessions, il passe de l’autre côté du miroir en devenant l’anti-héros qui justifie toutes ses mauvaises actions par des bonnes intentions.

Et puis j’y vois aussi un ultime message provocateur de l’auteur : franchement, vous vous attendiez à quoi? C’est un politicien.

En plus, si on se dit que, finalement, Hundred a peut-être bien truqué les élections au tout début, ça fait longtemps qu’il a adopté ce mode de pensée (plus le fait qu’il a a priori tuer celui qui pouvait contrôler les animaux quant il était la grande machine).

Non, franchement, c’est vachement bien amené, car très subtil de bout en bout.[/spoiler]