EXCALIBUR #1-21 (Tini Howard / Marcus To)

Tini Howard livre un épisode moins prenant que Jonathan Hickman sur le segment 20/22, mais son numéro est bon.
L’autrice s’acharne à faire de Betsy Braddock la Captain Britain voulue par le destin, avec ici Saturnyne qui veut redonner les pouvoirs à Brian en réunissant les bouts de verre qui se sont éparpillés à la défaite/mort de Betsy ; mais c’est bien l’image de Betsy qui revient, confirmant qu’elle est digne. Tous les Captain Britains du Multivers sont rappelés (alors que je les croyais disparus, bref), alors que les Mutants de Krakoa tiennent la ligne face aux troupes d’Annihilation, qui a pris le contrôle de Genesis. La femme de Doug rejoint les Mutants d’Arakko après une hésitation, White Sword s’en va car il ne veut pas participer à ça avec ses mille hommes, mais Annihilation a assez de démons. On sent clairement que les héros reculent, morflent malgré l’arrivée des Prêtresses Vertes de Saturnyne, plus indépendantes, et Jubilee qui va chercher son dragon.
Tini Howard bâtit ce qu’il faut pour acter un moment désespéré, avec une masse énorme et sombre qui entoure une petite dizaine de héros ; c’est la crise. Mais l’aide arrive, d’une part avec l’arrivée des X-Men menés par Cyclope, mais aussi le Captain Britain Corps.
L’épique arrive, clairement… mais n’est pas encore là. Tini Howard réunit les éléments, gère bien les affaires courantes, mais ne donne pas ce sentiment épique de grosse bagarre qu’on voit pourtant déjà. Stefano Caselli et Mahmud Asrar ne l’aident pas beaucoup, avec des planches correctes mais loin de leurs meilleurs standards. Howard montre que la situation est désespérée, mais ne le fait pas forcément « ressentir » dans les tripes.

Une réunion efficace avant le grand final. Mais ça aurait pu être plus fort, plus viscéral.

EXCALIBUR #16

Written by: Tini Howard.

Art by: Marcus To.

Cover by: Mahmud Asrar.

Description: The sword is sheathed! The team is left changed in the aftermath of X of Swords… and some things lost cannot be replaced.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: December 23.

Pas mal, mais un peu lent.
Tini Howard enchaîne directement après X of Swords sur l’un des éléments centraux de la saga : la disparition de Betsy Braddock. Celle-ci a été « brisée » par un coup ennemi, transformée en verre, dont les morceaux ont servi à Opal Luna Saturnyne à reconstruire le Captain Britain Corps. Mais où est Betsy ?
Les membres d’Excalibur la cherchent, en gérant leurs peurs et une forme de deuil, mais aussi des tensions - Rictor regrette le départ d’Apocalypse, alors que Malicia s’en réjouit, vu qu’il l’a manipulée. Bon, X-Factor refuse de valider la résurrection car il n’y a pas de corps et Excalibur file enquêter sur Otherworld. Ils récupèrent Meggan dans le Royaume d’Avalon, après un coucou à Brian et Jamie Braddock, puis tentent de ramener Betsy. Cela débouche sur la convocation du Corps, qui entend chercher Betsy dans les différents mondes. Sauf que Betsy, elle, se réveille dans un endroit inconnu, avec apparemment Warren qui lui amène son petit-déjeuner au lit !
Pas mal, donc. Tini Howard surfe bien sur X of Swords et sa série, en maîtrisant bien les personnages, autant de son équipe que d’Otherworld. L’ensemble est cohérent et pertinent, les réactions sont légitimes et le mystère est entier.
Dommage que ça soit lent et poussif. Même si les réactions sont bonnes, je trouve que les dialogues sont lourds, que tout met un temps infini à se lancer, à avancer. J’apprécie de voir Excalibur croiser X-Factor, mais bon Malicia qui « explose » car X-Factor ne dit pas ce qu’elle veut entendre… oui, ça n’est pas choquant que Malicia explose, mais ça sonne un peu faux. Ou en tout cas très poussif.
Marcus To continue de livrer des planches solides, efficaces, avec souvent quelques moments jolis, bien que les visages fassent très jeunes. Propre et professionnel.

M’enfin, le buzz et l’envie de me ruer sur le titre sont bien passés quand même.

Writer: Tini Howard
Art: Marcus To, Erick Arciniega
Publisher: MARVEL COMICS
Price: $3.99
Release Date: January 27th, 2021
QUEEN ELIZABETH III?!?

Opportunities and opportunists. Two heads-of-state seek to restore the state of things.

Rated T+

Il y a des fulgurances, mais c’est quand même assez maladroit et un peu chiant.
Tini Howard organise le retour de Betsy, sans vraiment l’expliquer. Betsy se réveille en effet… dans le corps d’une autre elle-même, qui s’avère être Reine de l’Angleterre de son monde, en couple officieux avec Angel l’Américain, et dirigeante d’un pays « paradis » des mutants. Carrément. Betsy veut rentrer chez elle et est guidée vers le phare Braddock par… Kwannon, ici ex-femme d’Angel. Cela enclenche des échanges vifs entre elles, tandis que le Coven Akkaba menace Pete Wisdom en l’absence de Betsy. Pete file sur Krakoa puis au phare avec Excalibur, alors que le Coven attaque et Betsy finit par revenir, inconsciente.
Il y a de bonnes choses, oui, comme la situation de Betsy dans cet autre monde ou les échanges avec Kwannon. Mais… pff, c’est long, quand même. Le rythme est lent, la narration est lourde, les interactions d’Excalibur sont également un peu empruntées, et les rebondissements sont téléphonés.
Marcus To assure aux dessins, mais ce n’est pas sa copie la plus brillante.

Un numéro qui représente bien la série : de bonnes idées de fond, de bons moments de grâce, mais beaucoup de lourdeur et de maladresse.
Je ne suis pas sûr de garder mon intérêt à terme.

EXCALIBUR #18

Written by: Tini Howard.

Art by: Marcus To.

Cover by: Mahmud Asrar.

Description: As the Council makes moves to protect mutants in the Otherworld, Excalibur must determine the fate of Betsy Braddock.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: February 10.

Bon, pas mal.
Tini Howard s’attarde sur le ressenti du retour de Betsy pour ses proches… qui doutent qu’elle est bien Betsy, et on les comprend. L’autrice propose un bon épisode, bien écrit et amené. Elle est un peu lourde dans des dialogues explicatifs, entre Rictor le druide et héritier d’Apocalypse comme magicien mutant, ou Jamie Braddock qui prépare une révélation.
Bon, le cliffhanger où Kwanon/Psylocke s’en prend à une Betsy agressive sur Krakoa, c’est bien et intéressant. L’ensemble se tient, Malicia est aussi caractérisée avec quelques maladresses, mais ça passe. C’est bien mieux que d’autres fois.
Marcus To continue ses bonnes prestations, sans vague et avec sérieux. J’aime bien, comme cet épisode.

EXCALIBUR #19

Written by: Tini Howard.

Art by: Marcus To.

Cover by: Mahmud Asrar.

Description: Poisoned by her own venom! She didn’t mean anything by it…but what’s a girl without a body supposed to do?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: March 24.

THE PHANTOM MENACE! An invisible threat is loose on the island of Krakoa — unseen, unheard, undetectable by any…except Excalibur.

Written by : Tini Howard
Art by : Marcus To
Cover by : Mahmud A. Asrar
Page Count : 25 Pages
Release Date : April 7, 2021
Age Rating : 12+ Only

Aperçu du #21 :

Written by: Tini Howard.

Art by: Marcus To.

Covers by: Mahmud Asrar, Marcus To, Russell Dauterman…

Description: Rictor hates parties. Even the nice ones. And with Captain Britain’s return to a changed world, this one is looking to be not so nice. Excalibur’s Earth-shattering Hellfire Gala issue will change Krakoan diplomacy forever.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: June 9.

Un tie-in « inutile » à Hellfire Gala, qui poursuit efficacement les intrigues d’Excalibur… qui m’ont ennuyé et poussé à abandonner la série.
Je ne reviendrais pas après ça.
On voit en effet Excalibur aller au Gala, avec Rogue félicitée par ses proches pour son accession aux nouveaux X-Men, Gambit continuer avec Excalibur, Rictor qui fait la tronche et surtout Betsy qui doit gérer les officiels britanniques téléguidés par le Coven Akkaba qui décide de couper entièrement les liens officiels entre la Grande-Bretagne et Krakoa. Le choc est rude, mais surtout Pete Wisdom est piégé et sacrifié pour libérer Morgane de sa prison d’Otherworld, et elle rejoint ses troupes tandis que, « soûlé », Rictor créé une Île Braddock en coupant le phare du sol d’Angleterre. Oh, et il finit par boire quelques bières avec Shatterstar, même s’ils se sont engueulés avant.
Mouais. Ca se lit, hein, et le fond des intrigues n’est pas mauvais, mais ça reste lent, prévisible, emprunté, avec plusieurs facilités (Pete Wisdom subir ça comme ça, sérieusement ?) et surtout un sentiment général de « bof-bof ». Marcus To propose des planches efficaces, mais lui non plus ne donne ni grâce, ni juste aux costumes originaux du Gala, mais qui ne sont jamais mis en valeur.