FANTASTIC FOUR #1-3 (Ryan North / Iban Coello)

(W) Ryan North (A) Iban Coello, Jesus Aburtov (CA) Alex Ross, J. Scott Campbell, Frank Miller,F Arthur Adams, Phil Noto, Iban Coello, Jack Kirby, Todd Nauck
« WHATEVER HAPPENED TO THE FANTASTIC FOUR? »
It’s the start of a new era for the Fantastic Four…and they’re already in a ton of trouble.
Something has gone terribly wrong in New York, and the Thing and Alicia are traveling across America to escape it!
But when they stop in a small town for the night and wake up the morning before they arrived, they find themselves caught in a time loop that’s been going on since before they were born…
That’s been going on since before they were born…
That’s been going on since before they were born…
RATED T+
In Shops: Nov 09, 2022
SRP: $4.99

Sacrées montagnes russes pour cet épisode de lancement qui n’est pas un bon lancement, mais se révèle un bel épisode, avec de très grands hauts et de sacrés bas.
Déjà, en bas, notons cette abominable couverture fluo d’Alex Ross, qui me pète littéralement les yeux ; pouah. Ensuite, et bien… j’avoue que, pour relancer un titre, livrer un épisode « juste » sur Ben et Alicia en voyage, ça ne fonctionne pas. J’ai l’impression de lire essentiellement un stand-alone, très agréable mais avec des « ouvertures » sur le mystère de la division des Fantastiques qui sonnent autant artificielles que nazes. On comprend que Reed a fait « quelque chose » qui a a priori ravagé le coeur de Manhattan, sûrement l’emplacement du Baxter Building, et cela a provoqué la division du groupe mais aussi la disparition des enfants adoptifs de Ben et Alicia. Mais ces derniers, s’ils en parlent, ne sont ni particulièrement énervés ou attristés… et ça n’a pas de sens, hein.
Du coup, comme lancement, c’est naze. Les évocations dans le numéro sont faibles, et le cliffhanger sur l’état de New York est pourri. Mais entretemps… entretemps, Ryan North livre un bel épisode stand-alone, oui. Ben et Alicia sont en voyage, arrivent dans une ville qui semble datée, hors du temps… et qui l’est ! La ville a vu ses habitants disparaître entièrement en 1947, sans explication - mais Ben et Alicia les voient ! Sauf que les gens ne se souviennent pas d’eux le lendemain… l’on comprend finalement que c’est une boucle temporelle, a priori provoquée par un surhumain qui s’ignore et qui « souhaite » de tout recommencer pour ne pas être largué par sa copine. Ben et Alicia tentent de le convaincre de ne pas formuler ce voeu, puis finalement discutent, évoquent leurs visions de l’amour, et le responsable décide d’aller de l’avant. Ryan North livre alors des flashs de sa vie sans ce voeu, jusqu’en 2022, et c’est formidablement beau et touchant. Ben et Alicia se réveillent dans la ville « comme si elle n’avait jamais disparu », et repartent fiers d’eux… mais crispés par le cliffhanger.
L’épisode est très beau, oui. C’est une vraie belle histoire, très humaine et touchante, avec Ben et Alicia très bien écrits, très drôles et très émouvants… mais ça n’a aucun sens de les voir aussi « légers » avec les maigres éléments que l’on a sur la séparation du groupe. Ryan North tape à côté pour son lancement, mais réussit son stand-alone ; mouaif.
Graphiquement, Iban Coello est efficace mais je n’aime pas le visage de sa Chose et Alicia semble trop souvent « regarder » les gens, ça surprend. Le style demeure classique, sans fausse note au-delà.

Un épisode frustrant, hybride, inconstant - mais qui demeure touchant dans ce qu’il raconte réellement, même si c’est un lancement foiré.

(W) Ryan North (A) Iban Coello, Jesus Aburtov (CA) Alex Ross, Peach Momoko, Chrissie Zullo, Phil Noto
« WHATEVER HAPPENED TO THE FANTASTIC FOUR? »
Reed and Sue are on the run from - well, a lot of things, actually! Things are not going great for the Fantastic Four. But they find themselves in even more trouble when they stop in a small town with a terrible secret! That terrible secret is revealed literally on the second page of this issue, and Reed and Sue spend the rest of the issue trying to survive it, but stop reading here if you don’t want it spoiled… Yep, it’s Reed and Sue versus a town full of killer Doombots.
Rated T+
In Shops: Dec 07, 2022
SRP: $3.99

Sympathique et mignon, encore. Mais avec toujours le sentiment de lire un fill-in ou un Annual, encore.
Le mystère demeure sur ce que les Fantastiques ont fait à New York… mais Reed culpabilise, malgré l’appui de Sue. Tous deux sont dans une petite ville, et découvrent que tous les habitants sont des Doombots ! Tous, enfin… non. Une vieille dame ne semble pas l’être, et un Reed au visage modifié apprend qu’elle a jadis recueilli, logé, nourri et aidé un jeune Victor Von Doom, qui a voulu la « payer » en retour. L’on comprend que Victor a créé des Doombots pour veiller sur la vieille dame, et les Doombots en ont créé d’autres pour peupler la ville après les départs. Sauf que même la vieille dame est un Doombot, car elle s’est blessée jadis, un Doombot s’est collé à elle pour qu’elle aille mieux mais elle est morte, et le Doombot s’est auto-convaincu d’être elle. Reed et Sue reprogramment tous les Doombots, et tous vivent tranquillement dans leur coin.
C’est mignon, oui. Ryan North gère bien ses personnages, avec déjà de bonnes idées d’utilisation des pouvoirs. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un Reed qui s’étire sur plusieurs manières originales, avec une Sue débrouillarde et vive, aussi. Le fond du récit est touchant, mais là aussi ça fait « plus » récit dérivé, annexe que lancement de série.
N’empêche que la lecture est sympathique, avec un Iban Coello efficace. Ce n’est pas « beau », mais ça fait le job et c’est fluide.

C’est agréable et mignon. Mais ça reste un départ troublant, car en apparence très anodin.

Mais comme il y a un FF #7/700 à venir…

1 « J'aime »

Oui, ça peut être une piste.

Ça me rappelle comment j’avais été désarçonné par les débuts d’Alpha Flight de Byrne, où l’on avait une succession d’aventures de chaque personnage traité individuellement.
Mais c’était alors justifié, vu qu’on ne connaissait que très peu ou même pas du tout (Puck) les personnages.
Là, ça ne fait pas sens. C’est entretenir laborieusement le mystère sur ce qu’il s’est passé à New-York. Mais vu le peu d’impact que ça semble avoir sur les personnages, je m’en f0us déjà, en fait, de ce qu’il s’est passé à New-York.

C’est un ressort scénaristique mal mené, comme pour Spider-Man et ce « terrible-évènement/choix-qui-a-tout-changé-il-y-a-6-mois ».
Dans Spider-Man, il y a besoin que MJ et Peter se reparlent, alors ils font finalement abstraction de ce terrible évènement.
C’est peut-être lors de la même réunion de scénaristes et rédacteurs que cette idée d’un évènement mystère a été jugée géniale pour les deux séries. Ce n-ième « plus rien ne sera comme avant » fait flop dans les deux cas, pour moi.

Et ça duuuuure. Avec Dark-web, ça ne risque pas d’être révélé de suite. J’aime bien les subplots, attendre des mois pour savoir qui est le tout premier Bouffon Vert, c’est chouette. Mais poser artificiellement un mystère tombé de nulle part, juste pour poser un mystère, sans enjeu ni attente : boarf.
Pourvu que ça dure moins pour les FF, et que la série démarre enfin.

1 « J'aime »

FANTASTIC FOUR #3

Written by: Ryan North.

Art by: Iban Coello.

Covers by: Alex Ross, John Cassady, Phil Jimenez.

Description: « Whatever Happened to the Fantastic Four? » The Human Torch is alone in New York, trying to survive in a city that hates and fears – well, mostly him specifically. There’s just one thing for Johnny to do: Adopt an all-new secret identity and take an all-new job nobody else wants! But when things at work heat up, Johnny discovers that while you can forget the past, that doesn’t mean it’ll stay buried…and has to decide if there’re certain things that the Human Torch can’t let himself do! Also! In this issue, Johnny Storm fights a tornado!

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: January 4.

Sympa’.
Ryan North continue son lancement avec un numéro sur chaque « partie » des Fantastiques : Ben & Alicia, puis Sue & Reed, et là Johnny en solo. Un épisode plus fun, avec un Johnny un peu délirant qui a une nouvelle identité secrète (pas du tout secrète) et qui est un employé à tout faire d’un magasin lambda. Il vit le quotidien difficile des salariés abandonnés, tente d’améliorer la situation mais est bien maltraité par le propriétaire, un ancien criminel qu’il a martyrisé et qui le provoque car il sait que Johnny ne lui fera jamais vraiment mal. Johnny comprend qu’il n’est vraiment bon qu’en équipe, et mobilise ses collègues pour piéger et battre le propriétaire. Tout est bien qui finit bien, mais Sue & Reed l’appelle car un dôme de pierres oranges est installé ailleurs. Et nous allons « enfin » savoir au prochain épisode ce qui a provoqué cette scission.
C’est bien, oui. Léger, fun, avec un Johnny délirant mais pas débile ou con-con. C’est bien. Rien de notable ou d’énorme, mais un épisode réussi et sympathique, avec un Iabn Coello qui assure même si le Johnny enflammé a parfois un visage difficile à cerner.
C’est bien, hein ; mais tellement anodin, tellement… passe-partout. Même si je ne veux pas un feu d’artifices au début de chaque nouvelle série, on a ici un numéro oubliable et bien loin de pouvoir retenir. L’attention ou le lecteur.

Bien mais anodin.

Du recyclage dans le cas des FF.

« Hi Tom, I’m curious about the current ASM and FF runs, specifically starting new volumes with the very similar premise of “something big/bad happened 6 months ago, we’re going to drop you in medias res after a time jump and a status quo shaek-up, then slowly explain what happened over the course of the run”. Both books are great and as they came from different editorial teams my assumption was that this one of those coincidences that seem to happen all the time in art (an A Bug’s Life/Antz, or more appropriately Swamp Thing/Man-Thing situation), is this accurate? Were there conversations between the editorial teams after this became apparent? As FF #1 came out later, was there any consideration of making changes or was it too late in the piece/not worth changing ? »

« When you’re working on so many different series in a world that’s full of so many more comics and even more films and television shows and books and etc, it’s inevitable that there are going to be duplicated ideas or themes from time to time. In the case of AMAZING SPIDER-MAN and FANTASTIC FOUR , to be honest any similarity really didn’t concern me, because it’s only the most basic surface similarity. Once you get into the specifics, these are pretty clearly two different situations. And nobody on the Spidey editorial crew brought up any reservations or objections when I laid out what we were planning to do. In part, that may be because the core nugget of the story in FANTASTIC FOUR is something that I’ve had in my back pocket for twenty years now, and which was invented with Mark Waid back when he was writing the series, and never used. Maybe I’ll tell you about it once the reveal issues of FF come out and we can speak more specifically. »

La couverture d’Alex Ross pour Fantastic Four #7 (aka le N°700 selon la numérotation legacy) :

New York, NY— February 3, 2023 — In May, Ryan North and Iban Coello will celebrate 700 awe-inspiring issues of FANTASTIC FOUR with a giant-sized throwdown against the team’s legendary archnemesis: DOCTOR DOOM!

Making his first appearance in North and Coello’s run, Doom will attempt to use his unmatched expertise to fix the fatal misstep that kicked off the Fantastic Four’s new era. Still haunting the team and causing a dramatic rift between Marvel’s first family, readers are only just starting to put the pieces of the mystery together. After it’s fully revealed later this month in FANTASTIC FOUR #4, the team will be reunited at last just in time for Doom to rock their world once more! The iconic villain will embark on an epic journey across space and time to reverse the damage that his most bitter foes have unleashed on the Marvel Universe. Will he be able to succeed where Reed Richards failed? Or will his meddling make matters far, far worse?

The over-sized spectacular will also see the Fantastic Four reach their new base of operations – not knowing that their greatest threat has made it there first! As their knowledge of LANGUAGE ITSELF begins to melt from their minds, the Four are in disarray as their existence hangs in the balance… and the greatest villain of all time finally seals their DOOM.

“I feel privileged to be writing the Fantastic Four at any time, honestly, but getting to have a big milestone issue happen on my watch is certainly lucky – and it’s an opportunity I didn’t want to waste,” North said. “A big anniversary issue like this demands a similarly big story, something meaningful, impactful, and memorable. And given that it’s a supersized issue with more room to play, everything aligned to do a story with the Fantastic Four’s most meaningful, impactful, memorable, and supersized villain: Doctor Doom. Doom demands nothing less than the biggest issue of the year being dedicated to him, and I dare not defy Doom. It’s a big twisty story that brings the Fantastic Four to their new home and views what’s happened to both families over the past year in a new light. The Fantastic Four are down, but not out, and Doom senses an opportunity…”

Since launching last year, North and Coello have kept readers on the edge of their seats with world-class sci-fi storytelling that only the Fantastic Four can deliver! Don’t dare miss a single issue as the true depths of the Reed, Sue, Johnny, and Ben’s current predicament have only begun to unravel! Check out Alex Ross’ latest breathtaking cover below and pick up FANTASTIC FOUR #7, the colossal 700th issue, when it hits stands on May 17! For more information, visit Marvel.com.

FANTASTIC FOUR #7/#700

Written by RYAN NORTH

Art by IBAN COELLO

Cover by ALEX ROSS

On Sale 5/17