FANTASTIC FOUR : L'INTÉGRALE 1961-1979

Oui, elle était dans le métier depuis pas mal de temps. C’est à elle qu’on doit « Serval » par exemple…

J’ai parcouru un peu le net de-ci de-là, et force est de constater que c’est quand même un point qui est soulevé assez fréquemment.

Petit extrait sur l’Intégrale X-Men 1968, où l’auteur du billet a les mêmes interrogations que moi, effectue malheureusement les mêmes constats et se pose les mêmes questions.

T’as choisi cet extrait exprès pour faire réagir Alex ? :mrgreen:

Et perso, j’ai toujours préféré l’expression « salade de phalanges ». Mais l’infusion, je déteste pas… :wink:

J’ai pas voulu censurer :mrgreen:

J’avais un capitaine à l’armée, il t’envoyait des « rafales de phalanges » :mrgreen:

Tu vois ça c’est le genre de critique que je trouve totalement à coté de la plaque parce que c’est balancé sans le contexte de l’histoire et que ca relève plus du jugement de valeur. « Vocabulaire inepte » non mais sérieusement…

Ha c’est sur que c’est pas des lol, des mdr ou des « enculés ». C’est plus fleuris, c’est plus recherché, c’est plus beau. Non mais sérieux avec des critiques de cet acabit Audiard ou Astier peuvent aller se rhabiller.

(scooter au lieu de solex mon dieu…)

J’en suis pas à ce niveau-là (scooter/solex).

Mais typiquement, dans le genre capillotracté (Intégrale des Avengers):

« Raise your hands quietly, my friend… and you shall live long enough to speculate further ! »

« Raise your hands » devient « Attrappe les nuages ». J’ai relu plusieurs fois pour comprendre ce que la traductrice a voulu dire. Mais pourquoi faire plus imagé que ça ne l’est de base? Pourquoi ce choix? Le problème c’est qu’il n’y a pas de caractérisation des personnages. Parfois, tout le monde parle le même langage, qu’il soit jeune, mois jeune, issu des banlieues, etc.

Autre exemple de coquille (pas forcément dû à la trad): « les bruits qui raisonnent ».

Mais ici, il est question d’infusion de phalangettes… Donc du bout des doigts ?

Concernant les absences de relecture, en quatrième de couverture de Paradise lost, voici la première phrase du résumé :

Ça ne donne ni envie de lire la suite du résumé, ni d’ouvrir le bouquin.

Tori.

oula, mais c’est la fête des traductrices ?

je replace des demains infusion de phalangettes dans une discussion, je trouve ça très sympa.

Si en plus on lui doit serval !

Elle mérite le respect rien que pour ça.
Ce qui est drôle dans les commentaires de l’article mis en ligne par Vik, c’est les mecs qui lui taillent un costard et qui sont pas foutus d’aligner deux mots sans 4 fôtes d’ortograffes. :laughing:

Bof, c’est un mec pour qui un vocabulaire extrait d’un mélange de Chrétien de Troyes et de Frédéric Dard est « inepte », donc d’emblée, on sait qu’on peut rien tirer de lui.

Après, confondre des personnages, écrire « Barry » à la place de « Wally », « la Torche » à la place de « la Toupie », « notre » à la place de « votre », ça arrive à tout le monde. Et parfois, plus souvent qu’on aimerait bien le reconnaître.
C’est là qu’intervient la relecture. C’est à ce moment qu’on corrige, qu’on affine, qu’on vérifie. Si ce boulot n’est pas fait, plein de traducteurs, y compris les meilleurs et les plus attentifs, paraîtraient plus maladroits. Et a contrario, je peux vous affirmer que pas mal de traductions voient leur mise sauvée grâce à une bonne relecture qui se pose les bonnes questions. Il y a même des gens qui n’auraient pas si bonne presse si on laissait toutes leurs maladresses.
Je suis le premier à demander une relecture. Et le premier à râler quand elle est envahissante ou à mauvais escient (ça, c’est encore un autre débat…). Et le premier à me réjouir de trouver une équipe éditoriale qui discute avec moi des corrections proposées (hélas, ce n’est pas assez souvent). Et le premier à dire que si le résultat imprimé est discutable, c’est que le boulot de relecture est mal fait.

Jim

Donc on est bien d’accord, il y a clairement un manque de relecture, ou du moins un manque de rigueur dans la relecture si elle a lieu. Je sais bien qu’on n’est pas à l’abri d’une coquille, j’ai beau relire mes posts ou mes mails au boulot 3-4 fois avant de les envoyer, j’ai toujours un pincement au coeur quand je vois que j’ai mis un s à la place d’un t dans un verbe ou ce genre de choses.

Mais à la rigueur je suis moins intransigeant sur ce genre de coquilles qui peut passer à l’as après moultes relectures, que des inversions de bulles ou des phrases qui n’ont pas de sens. Là, ça saute clairement aux yeux.

Les inversions de bulles, les lettres ou les mots qui manquent (tout ceci faisant partie des erreurs qu’un lettreur peut commettre sous des délais trop serrés), c’est assez fréquent, et ça se corrige à la relecture. Encore faut-il que la relecture soit bien organisée et dispose aussi de délais convenables.

De plus, je pense qu’une bonne relecture s’accompagne aussi de contacts serrés avec le traducteur et le lettreur. Même, et surtout, en amont. Une sorte de préparation, de briefing, d’encadrement, qui viendrait avant le boulot proprement dit. Là encore, c’est pas toujours simple à mettre en place de la part des équipes éditoriales, qui sont sollicitées par des tas d’autres choses.

Jim

[quote]MARVEL CLASSIC : FANTASTIC FOUR - L’INTÉGRALE 1974
Auteurs : Gerry Conway, Tony Isabella, Steve Englehart, Rich Buckler, John Buscema, Sal Buscema, Ross Andru
312 pages, 29,95 EUR, en librairie seulement

Cette treizième intégrale dédiée aux Quatre Fantastiques accueille les derniers numéros écrits par Gerry Conway et illustrés notamment par Rick Buckler. L’équipe est opposée au Docteur Fatalis, à Namor, aux Terrifics ainsi qu’au redoutable Ultron !

(Contient les épisodes US Fantastic Four (1961) 142-153 ; Giant-Size Fantastic Four 1-2 ; Avengers (1963) 127, publiés précédemment dans les revues NOVA 51 à 63 ; SPÉCIAL STRANGE 1 et 5)

SORTIE LE 15 JUILLET[/quote]

Je suis en train de relire gentiment les Intégrales des FF, et il y a quelque chose qui saute vraiment aux yeux, c’est la place minimaliste qu’occupe Sue Storm dans l’équipe. C’est assez intéressant d’ailleurs, parce que c’est pas le souvenir que j’en avais étant plus jeune. J’avais lu les Albums FF de Lug, et je me rappelle de l’épisode (qui est d’ailleurs dans les premiers) où les lecteurs trouvent que Jane est trop effacée, et que Mr Fantastic énumère toutes les fois où elle a sorti l’équipe du pétrin, uniquement avec son invisibiité. Puis on lui décrouvre ses pouvoirs sur les champs de force, ce qui en fait un personnage bien puissant (trop peut-être?), mais mal exploité. En gros, elle s’en sert de champ protecteur sur une case, voire fait le garde-chiourme entre Ben et Johnny. Plus tard, elle est mise sur la touche à cause de sa grossesse. Qui plus est avec Crystal, une inhumaine élémentaire, que je considère comme ayant un des pouvoirs les plus puissants, systématiquement mise sur la touche par son petit ami Johnny (eh bonhomme, toi tu contrôles le feu uniquement, moi j’ai les 4 éléments à ma disposition…). Mais non, elle se laisse faire.

Là où je veux en venir, c’est qu’on a vraiment une vision de l’époque des années 60, et finalement, l’émancipation de la Fille Invisible en Femme Invisible prend toute son importance. On a un peu le même sentiment avec Jean Grey, où elle a peu d’importance chez les anciens X-Men, même après avoir été instruite par Xavier sur ses pouvoirs mentaux. Merci Claremont pour en avoir fait un personnage avec un peu plus de caractère.

Mais qui a porté un frein à l’évolution de Sue Storm? Lee ou Kirby? Comment peut-on faire évoluer un personnage en étant conscient qu’il est sous-exploité, mis en lumière par les lecteurs et continuer de le mettre sur la touche? Sue Storm n’est là que pour apporter la touche romance dans le comic de super-héros alors qu’elle peut rivaliser avec ses homologues masculins. Même Medusa, femme forte s’il en est est (capable de rivaliser avec le reste des Terrifics) est vite réduite à un rôle d’épouse du roi, donc un rôle plus effacé.

On a vraiment une photo d’une époque assez machiste (il y a une case assez formidable à ce niveau où les FF rentrent de mission, s’affalent sur le canapé, et Jane dit : « bon je vais faire un peu de ménage » et Reed répond « d’accord, mais ne fait pas trop de bruit »…) et il est heureux que ça a évolué dans le bon sens.

Tu veux dire que la fille/femme invisible semble un peu effacée ?

Tori.

Totalement transparente surtout !

Ah j’avais zappé les réponses.
Oui, n’ayant pas forcément lu ces épisodes dans l’ordre, à partir du moment où Sue développe de nouveaux pouvoirs avec ses champs de force (c’est pas neuf non plus), j’avais pensé qu’elle prendrait plus d’importance dans l’équipe. Or, il n’en est rien, elle est systématiquement mise sur la touche, et ramenée de temps en temps quand on a besoin d’un champ de force (et la grossesse et l’arrivée de Franklin n’arrange rien).

Sinon je voulais remercier Ed, pour le retour du « Ca va chauffer » dans l’Intégrale 1972. Ca fait vraiment plaisir.

Tiens ça m’a fait sourire cette planche dans l’épisode #142. Ca en impose plus que dans SW5 :smiley:

« We Would Be Honored if You Would Join Us »

Je n’avais pas fait attention lors de mes lectures dans NOVA (n°62 pour ceux que ça intéresse), ah le petit format… mais Mr Fantastic a 3 mains sur cette splash page! :laughing:

Et Lug n’a même pas rectifié :mrgreen:

Vu qu’il est en caoutchouc on peut se dire qu’il se déforme le pieds pour avoir une forme de main ?