FEMALE FURIES #1 (Cecil Castellucci / Adriana Melo)


(Le Doc) #1

DC publiera en 2019 Female Furies, une mini-série en 6 épisodes qui explorera le passé de ces guerrières d’Apokolips entraînées par Granny Goodness.

L’équipe créative est composée de Cecil Castellucci (Shade, the changing girl) au scénario et Adriana Melo (Plastic Man) aux dessins.

Ci-dessous, un premier aperçu et une couverture signée Mitch Gerads (Mister Miracle) :

Female-Furies-pg01

Female-Furies-CV

Source : www.bleedingcool.com


(Le Doc) #2

Cecil Castellucci :

Female Furies takes place smack in the middle of Jack Kirby’s original Fourth World, so if you know Kirby’s New Gods well you’ll have a familiar understanding of the key players and their motivations. However, you don’t need prior knowledge of Apokolips to enter this story; just remember that there are often terrible people in power…and then there are the people who are being held down by them.

I’m playing with the core elements of female relationships within the ranks of the Furies, but I’m also aiming to deconstruct their relationships and look at how systemic misogyny and harassment contribute to some storytelling stereotypes. While you can see infighting and power struggles in some stories about the Female Furies, the fact is that the Furies are kept down by the circumstances of where they live and who is in power. Naturally, these women are strong and capable, so this story is meant to try to blow up some of those stereotypes and look at them with a new view, especially in this moment of time.

My best advice going into Female Furies? Remember the classic phrase ‘Keep your friends close and your enemies closer.’ Jack Kirby’s over-the-top type of comic book characters are like our modern-day myths and fairy tales. They’re flexible and able to withstand different kinds of interpretations of their story. In fact, shaking it up actually enriches and deepens those characters. Just as the Furies and Granny are more complex in my story, so are Darkseid and his Elite. Darkseid and his henchmen can withstand a little harsh light shed on them.


(Ben Wawe) #3

Intéressant.


(Le Doc) #4

FEMALE FURIES #1 (Feb.6)
written by CECIL CASTELLUCCI
art by ADRIANA MELO
cover by MITCH GERADS
variant cover by FRANCESCO MATTINA
All their lives the Female Furies have been raised to be the meanest, most cunning and most ruthless fighting force on all of Apokolips. So why are Granny Goodness’ girls left behind every time the men go to war? With the might of New Genesis hanging over the planet, and the Forever People making mincemeat out of Darkseid’s army, Granny thinks it’s about time that changed.
And so, Big Barda, Aurelie, Mad Harriet, Lashina, Bernadeth and Stompa set out to beat the boys at their own game. Little do they know the game is rigged—and one accidental murder could spell disaster for them all!
FEMALE FURIES is an exciting new miniseries starring some of Jack Kirby’s coolest Fourth World characters by the writer of SHADE, THE CHANGING GIRL and the artist of PLASTIC MAN!

Source :www.denofgeeks.com


(FC powaaaa) #5

Me souvenais pas que Melo dessinait comme ça !


(Ben Wawe) #6

Et bien… je ne sais pas vraiment quoi penser, après ce #1.
D’une part, il a beaucoup de défauts : je trouve que le trait d’Adriana Melo (dont le nom me dit quelque chose, sans plus) plutôt laid, et ça a un aspect assez gênant durant la lecture ; alors que je suis souvent hermétique au “pas beau”, hein. C’est donc que ça m’a vraiment touché… comme des dialogues un peu lourds, trop bavards, trop démonstratifs et explicatifs. Même pour les New Gods, et leur phrasé très théâtral.
Mais… mais, d’un autre côté, c’est quand même très fin dans ce que Cecil Castellucci dénonce, c’est très brutal dans la place des femmes sur Apokolips, c’est abominable dans ce que Granny a subi, c’est terrible dans ce que Aurelie (une création, il me semble, dont le sort semble déjà scellé) doit aussi subir, et c’est révoltant dans la façon qu’ont les hommes d’Apokolips de traiter les femmes. Ca résonne complètement avec notre période, notre époque, et c’est donc très fin autant que brillant ; ça prend aux tripes, et c’est très fort de livrer un récit aussi puissant et vrai, en lien avec notre quotidien, avec des personnages tellement cosmiques et éloignés de notre monde.
J’hésite encore sur mon avis, partagé entre une forme vraiment pas à la hauteur et vraiment pas agréable… mais un fond qui me touche, beaucoup, et me semble autant pertinent que très bien fait. J’attends de lire la suite, mais… le duo d’auteures parvient déjà à m’intriguer et à me faire réagir ; même si elles ne le font pas forcément avec de “belles” planches ou des bons dialogues, c’est déjà une réussite.


(FC powaaaa) #7

Witchblade, Star Wars Rebellion, Catwoman, …


(Hush2 0) #8

Je vois que Ben la Vague a bien lu le même bouquin que moi. J’ai quelques nuances à apporter.

En effet, le style d’Adriana Melo est bizaremment pas le sien (il en ressort un trait à la Howard Chaykin) en raison du thème sous-jacent sur la condition féminine du titre. Ce point de vue ne peut pas se dérouler sur la base d’un dessin glamour…

Reste que l’envers du décor est un point de vue nouveau, avec une Mamie Bonheur très intéressante, peu respectée par ses pairs. Elle reste férocement dédiée à son maître Darkseid, qui profite de sa situation. Ce point d’ailleurs m’interroge sur ce méchant que j’adore. S’abaisserait-il à abuser Granny? N’est-il pas au dessus? Je ne sais pas.

Le book est intéressant à lire. J’aurais préféré Jody Houser sur le titre que j’ai beaucoup aimé sur la ligne Young Animals.

Dans tous les cas, quel plaisir de lire du “Quatrième Monde”.:slight_smile:


(Le Doc) #9

Ouais, j’ai un bon souvenir de ses Star Wars (je n’ai jamais trouvé son trait “laid” pour la ma part) et là, il y a comme un changement de style…


(Hush2 0) #10

Je crois que c’est vraiment volontaire. Son Plastic Man est plus dans sa mouvance.