FREAK ANGELS t.1-6 (Warren Ellis) Le Lombard

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Je viens de voir que le sixième tome est prévu pour le 25 mai 2012. Bonne nouvelle !

ouaip je l’avais noté

le tome 6 ne devrait pas sortir à la fin du mois ?

Le 25 mai, en théorie.

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur Superpouvoir

Purée, six numéros, et j’ai toujours pas mis le nez dedans.

Jim

et c’est foutrement bon

Pas la meilleure série de Warren Ellis (pour moi ça restera Transmetropolitan), mais on passe un très bon moment de lecture, les personnages sont intéressants, et comme Damss l’a dit, la conclusion est à la hauteur du reste de la série !

Peut-être pas la meilleure à cause du concept webcomics qui impose un rythme soutenu et laisse peut-être moins de place et surtout de temps pour développer l’univers, plus long à dessiner, mais je vais me pencher sur ce scénariste, c’est sûr…

Freakangels, rythme soutenu ?!? Tu rigoles, il y a des variations de rythmes, mais, dans l’ensemble, c’est plutôt décompressé. On n’a pas dû lire la même BD. :wink:

Sinon, oui, Freakangels, c’est du bon Warren Ellis, et même du très bon au début. La conclusion est satisfaisante, tout en étant un cran au dessous des débuts de la série, à mon avis.

Damss évoquait certainement le rythme soutenu de “production” du web comics, c’était hebdomadaire il me semble, non ?

Oui, avec quelques pauses cependant.

J’ai beaucoup aimé la série, et je trouve décidément que warren ellis a vraiment un talent protéiforme, il est parmi ceux de sa génération qui aura touché le plus à des genres différents, mais surtout à des narrations différentes, sans cesse se réinventant, pour notre plus grand plaisir.

Ce n’est pas la fin que j’attendais. Ce n’est pas une mauvaise conclusion en soi, mais j’espérais un peu plus d’explications sur les personnages principaux. Ellis a préféré miser sur les réparties cinglantes et les images de cartes postales pour conclure. Ce dernier volume me laisse dans l’expectative, je trouve le récit moins maîtrisé qu’un Planetary, mettons, où chaque élément de l’intrigue venait prendre sa part durant un dernier chapitre orgiaque.

Assez d’accord, il est constamment en recherche, du point de vue de la forme.

Jim