Front Mission Dog Life and Dog Style - Manga

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

J’ai attaqué Front Mission - Dog Life & Dog Style après avoir lu les excellentes critiques fleurissant de ci de là sur les divers sites spécialisés. Ces avis positifs sont d’ailleurs un élément important de l’hypothétique succès de ce manga dans la mesure où il est toujours difficile de vendre, à un public de non initiés, une adaptation de jeux vidéo. Car en effet, il est avant tout primordial de préciser que Front Mission - Dog Life & Dog Style peut être lu par n’importe qui même si son extrême violence en fait un titre à ne pas mettre entre toutes les mains.

Front Mission - Dog Life & Dog Style n’est pas, à mes yeux, qu’un simple manga de méchas. Il est avant tout la description des atrocités de la guerre qui, même si elle est menée en 2090 avec la technologie que l’on peut imaginer, se veut intemporelle. Sur ce point, c’est une réussite, le lecteur est véritablement propulsé au milieu des affrontements, tantôt en tant que civil, tantôt en tant que soldat et ce, de manière extrêmement efficace. Il est très difficile de décrocher de Front Mission, le mérite en revenant à l’utilisation intelligente de scènes choquantes de réalisme et de froideur qui ne peuvent qu’interpeller le lecteur. La guerre nous est ici contée sans fard mais sans pour autant donner l’impression de forcer exagérément le trait, ce qui offre un rendu d’autant plus marquant.

De mon côté, j’adhère totalement au schéma narratif que je trouve totalement adapté à la description d’un conflit mettant en jeu des milliers de vies et plusieurs intérêts divergents. Se focaliser durant plusieurs chapitres sur un seul ou un groupe de personnages peut donner l’impression d’un manga multipliant les “petites histoires” sans forcément instaurer de fil rouge, ce qui est faux. Huffman reste la toile de fond et malgré des protagonistes changeant, il n’en reste pas moins que le lecteur suit précisément les évolutions du conflit. Je ne sais pas non plus ce que donnera la suite et si Front Mission - Dog Life & Dog Style gardera toujours la même construction mais une chose est sûre, si cela venait à arriver, j’en serai le premier ravi. Malgré un développement réduit à quelques chapitres, Yasuo Otagaki et C.H.Line réussissent à rendre tout à fait poignant les destins de leurs personnages en dispensant des émotions qui font mouche à tous les coups. (je pense notamment à Leona) Même si certains protagonistes comme Akira sont susceptibles de réapparaitre par la suite, le véritable repère du lecteur semble bien être l’étrange et dérangeant Kenichi Inuzuka, l’homme qui se délecte des champs de bataille et dont il est pour l’instant difficile de dire si il possède un instinct journalistique exacerbé ou si il n’est juste qu’un simple pervers qui prend plaisir à admirer une telle boucherie.

Au niveau du dessin, c’est de l’excellent boulot, C.H.Line a déjà de l’expérience avec l’adaptation manga de la licence Front Mission et ça se voit. Les méchas sont ultra détaillés, les scènes d’action extrêmement dynamiques et j’ai vraiment été impressionné par la double page vue à la première personne dans le cockpit du pilote d’un wap. J’espère que cela continuera sur la même lignée et que le dessinateur réussira à nous offrir d’autres grands moments du même acabit.

Je suis pas du tout meca, mais sa semble pas mal comme scénario.Les personnage me plaisent bien et en plus dés le début on ne laisse pas de chance à une histoire d’amour qui n’a pas de sens, car c’est la guerre.On nous donne une bonne topographie des deux camps, un aperçu des éventuelles conflits qui pourront agrémenter le manga dans les volumes suivants.Le dessin est très bien fait, sa c’est indéniable.Mon pb perso est ‘‘es ce que je vais arriver à lire du Méca MAnga’’ sans qu’il soit ‘Animé’

j’ai adoré les deux premier tome vivement la suite ^^

J’ai reçu le tome 2 aujourd’hui et je l’ai aussitôt lu. Je voulais vous partager mes premières impressions :

Nous nous situons désormais quelques temps (jours-semaines)après le début de la guerre. Un retrait stratégique va être mené par les USD.

Nous suivons de nouveaux personnages. Ce deuxième tome est divisé en deux parties qui se suivent chronologiquement mais qui ne suivent pas l’histoire d’un même personnage. C’est justement un point que je trouve dommage nous voyons que très peu Kenichi Inuzuka , le personnage qui était le plus intriguant du tome 1. Mais quand il apparait , les clichés qu’il prend sont comme des coup de poings! Et que penser d’Akira ? il n’apparait pas dans ce tome.Son histoire était elle terminée ? En tout cas il faudra attendre les prochains tomes pour être fixé.

Concernant la brutalité très présente dans le premier tome , on peut aisément dire que l’auteur a gardé le même niveau. Il n’est pas plus tendre avec ses personnages que dans le tome précédent. Les combats sont bien représentés , l’action est toujours présente à du 200 à l’heure.

Concernant les dessins rien à redire sinon qu’ils sont toujours aussi magnifiques que ceux du tome 1.

Par contre au niveau du scénario il est plutôt pauvre comparé encore une fois au premier tome. En effet l’histoire avance beaucoup moins et il y a beaucoup moins de texte (pour vous dire je crois que je l’ai finit en 15 minutes).

Outre tout cela j’ai été déçue par l’histoire de deux nouveaux personnages à un certain niveau : Kino et le Capitaine Ren. Je ne comprend pas l’utilité d’une scène de cul entre eux, ni ce qu’elle a dans sa caboche cette fille. Je comprend qu’elle vient d’être lourdement traumatisée mais pour moi c’est une scène de cul pour dire de mettre du cul dans le manga et je n’aime pas ce jeu commercial. J’ai l’impression d’avoir eu une vision dégradante de la femme , celui du simple jouet sexuel.Au contraire des scènes du premiers tomes qui avaient si on veut tout leur sens.

Bref toujours au dessus de la masse mais moins bon que le tome 1.

Je suis globalement d’accord avec Leila.
La toute première partie du tome est vraiment très bien, beaucoup d’action qui part de partout.

La fin du tome nous donne envi de vite lire la suite !!!

Alors que le premier volume avait été, pour moi, un véritable coup de cœur, le deuxième tome s’est avéré moins enthousiasmant qu’espéré. Les deux auteurs continuent de nous dépeindre le conflit d’Huffman à travers le regard de différents protagonistes qui, le temps de quelques chapitres, emmènent le lecteur avec eux sur les champs de bataille. En l’occurrence, nous suivons ici le destin d’un régiment d’infanterie spécialisé dans la chasse au wanzer ainsi que le combat d’un pilote isolé, laissé pour mort sur le champ de bataille et contraint de rejoindre les siens par ses propres moyens.

Contrairement au premier, ce deuxième volume offre la part belle à l’action. Dans la mesure où nous suivons des soldats de l’OCU, cela semble logique mais pourtant, on est ici fort loin du travail effectué sur les chapitres consacrés au sous lieutenant Kanô en ne prenant pas forcément le temps de s’intéresser à l’histoire personnelle des personnages. La guerre est là, brutale, violente, les balles fusent mais en fin de compte, les hommes qui se battent ne font pas l’objet de la même considération que dans le précédent tome. Il n’y a pas de perte d’intensité, le tout se lit d’une traite et pourtant, cette lecture ne m’a pas apporté ce que j’étais venu chercher. Par conséquent, le schéma narratif perd un peu de son intérêt et l’on peut bien se demander pourquoi, alors qu’il y avait la place pour le faire, les auteurs n’ont pas doté le capitaine Ren Akagi d’une dimension bien plus dramatique. Même si une rapide allusion à son passée est réalisée, le vétéran passe finalement 5 chapitres à enchainer les actions héroïques et à nous faire la démonstration de la technologie qu’il utilise… (bon, il est toujours possible que le volume 3 rectifie le tir concernant ce personnage)

Concernant l’édition de Ki-oon, j’ai remarqué que certaines pages (deux ou trois si mes souvenirs sont bons) étaient imprimées en gris plutôt qu’en noir, comme si la machine avait soudainement manqué d’encre. Je serai intéressé de savoir si d’autres ont été concerné par ce défaut, mineur certes, mais assez rare chez cet éditeur.

En conclusion, je n’irai pas jusqu’à dire que ce volume était mauvais mais je ne peux pas, pour autant, dissimuler ma déception. Mais peut-être était-ce moi qui attendais de Front Mission quelque chose que Yasuo Otagaki et C.H Line n’avaient pas prévu de donner aux lecteurs ?

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

La critique par Lelouch est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Dans ce tome, c’est surtout le point de vue militaire qui est fortement mis en avant avec Kenichi qui fait quelques apparitions

Par contre je n’ai pas trop aimé le fait que ce soit seulement les soldats de l’USN qui passent pour des sal**** (certes ils tuent soldats et civils, c’est même un génocide des Huffmaniens de l’OCU, et ils violent), mais c’est le gouvernement d’Huffman OCU (je ne sais plus si c’est l’ouest ou l’est) qui est à l’origine de cette guerre.
Et ici, les soldats de l’OCU sont vraiment mis en avant comme les gentils (on en voit aucun faire une bavure).

C’est de nouveau coupé en deux histoires distinctes (On dirait plus des minis histoires qui se croisent ou non). J’espère que l’on reverra Akira et qu’on en saura plus sur les motivations de Kenichi (tient en parlant de lui, là on dirait vraiment qu’il disparaît). Et ce serait pas mal qu’on change de camps

Un des points que j’ai aimé c’est les petites boules volantes, en général la technologie que l’on voit, c’est vraiment bien pensé je trouve

Comme dit dans les commentaires précédents, ce tome est largement orienté action, pour moi, il s’agit d’une grosse déception, principalement sur la deuxième histoire. Cette seconde histoire est à mon sens inutile et juste un prétexte pour “faire du cul”.
En espérant que le troisième volet soit dans la lignée du premier tome plutôt que du second.

Oui decu un petit peu!Je m’attendais comme la plus part d’entre nous à des combats de méca.Sa manque un peu.Aprés les deux histoires sont pas mal sauf le coté sexe and viol trop mal scénariser pour moi.La lecture reste plaisante et rapide.un petit -.Bye

j’adore ce manga il reflete vraiment tous ce qu’il peut y avoir dans la vie (amour, guerre, profit,…)
indispensable a collectionner.
A bonne entendeur bonne lecture

La critique par Lelouch est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Je trouve ton avis sur les scènes “coquines” un peu trop sévère. Ok il y en a eu 3 depuis le début mais c’est pas non plus la fin du monde, perso ça ne me dérange pas du tout, ça reflète la réalité: le sexe, ça existe aussi pendant la guerre.

Sinon, excellent tome, en espérant que la suite suive le même chemin !

Gordaak

Franchement mieux que le second pour ma par ! La scène de fhigt en Wanzer et tout simplement énorme , après les scène de sexe peuvent être perçus différemment des personne , perso je trouve inutile que la femme sergent couche avec Kino .

[quote=“Gordaak”]Je trouve ton avis sur les scènes “coquines” un peu trop sévère. Ok il y en a eu 3 depuis le début mais c’est pas non plus la fin du monde, perso ça ne me dérange pas du tout, ça reflète la réalité: le sexe, ça existe aussi pendant la guerre.

Sinon, excellent tome, en espérant que la suite suive le même chemin !

Gordaak[/quote]

Concernant les scènes de sexe, c’est plutôt une réserve que j’émets… Et 3 en 3 tomes ça commence à faire un bon ratio ! :wink:

Perso je trouve les scènes de sexe à chaque fois justifié.A chaque fois je trouve des justification dans la psychologie des personnages ou dans le contexte.Franchement pour 3 cases et demi par tome je vois même pas l’intérêt de relevé…

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary