Fruits Basket volume 1 (Delcourt)

Fuits Basket ? Cé un manga à pas louper, cé sur 23 livres ça parait un peu long mais cette série est vraiment indispensable, franchement j’aiime Fuits Baskets, cé ma première série que j’ai lu et c’est ce qui m’a donné envie de continuer =)

               Love Mangas <3

Je l’ai lu au tout début de ma vie d’Otaku. =3 Et j’ai trouvé cette série géniale. Drôle, sensible, avec des personnages attachants et complexes. ^ ^ Pour moi, c’est une série incontournable.

La couverture ne paie pas trop de mine. Un vert trop flashy, des yeux trop grands, un montage trop simple. C’est ce qui fait que je ne m’y étais jamais attardée avant les conseils de mon amie. Le crayonné de la mangaka est agréable mais manque un peu de maturité, c’est assez flagrant sur certains visages mais le style va aller en s’affinant tout au long de la saga et en comparant le 1er et le dernier tome, la différence saute aux yeux. Les personnages sont bien caractérisés, on ne peut pas mélanger untel avec untel, tant au niveau de l’apparence que du comportement. Il y en a pour tous les goûts et tellement plus sont encore à venir!!

Pour l'intrigue en elle-même, ce 1er tome ne connaît pas de temps morts. On saute d'une action à l'autre de façon très naturelle et le rire est immanquablement au rendez-vous entre les duels Yuki/Kyô, le sale caractère de ce dernier, l'entrée en scène particulièrement brutale de Kagera, le double-jeu de Shigure, les ondes d'Hana et j'en passe. Je suis amusée de voir avec un peu de recul comment Natsuki Takaya a su semer l'air de rien quelques indices sur les intrigues à venir dès le 1er tome.

Alors oui, Tohru est terriblement naïve mais ne vous y arrêtez pas. C'est ce qui en rend en partie son personnage aussi attachant. On se demande parfois de quelle planète elle débarque mais je trouve la façon dont sa mère l'a élevée tout simplement merveilleuse. C'est un coeur en or qui n'ose pourtant pas croire que l'on puisse sincèrement s'intéresser à elle. Elle est maladroite et étourdie, mais sait pourtant trouver les mots justes. Quant à Yuki, je n'ai jamais accroché, il me paraît trop froid et distant, je sais bien qu'au final ce n'est qu'une façade , mais je préfère nettement Kyô qui est plus humain, plus vivant, plus torturé... sans doute mon côté sadique qui parle !

Bref, je ressens toujours autant de plaisir à aborder cette série malgré les années qui passent et quand bien même je sais comment ça va se terminer. Un 1er tome dynamique et amusant, qui campe bien les personnages principaux tout en laissant planer quelques mystères.