GAIJIN SALAMANDER (Massimo Rosi / Ludovica Ceregatti, Renato Stevanato)

Gaijin Salamander

Date de parution : 29/01/2020 / ISBN : 978-2-413-02009-7

Résumé

À la croisée des chemins de Blacksad et Lone Wolf and Cub ce récit anthropomorphique enchanteur met en scène des samouraïs inspirés du recueil La Guerre des Souris & des Grenouilles d’Homère.

« Nous sommes les derniers guerriers, les derniers pacifistes de cette école, et je vous la laisse en héritage à vous, un Gaijin ». Gaijin Salamander parle de la futilité de la guerre et du désir de paix d’un Gaijin (un étranger), représenté sous les traits d’une salamandre, qui vit dans un Japon féodal peuplé de grenouilles, et qui doit faire face à des hordes d’envahisseurs, incarnés par des lézards.

Plus précisément, il s’agit de la Batrachomyomachie (soit « le combat des grenouilles et des rats »), une épopée comique, parodiant l’Iliade, et rédigée en 303 vers (donc : pas un recueil). Elle est majoritairement attribuée à Homère, mais plusieurs sources citent d’autres noms.
Et les amateurs de comics connaissent la Batrachomyomachie par l’intermédiaire de ce que Walt Simonson en fait dans ses épisodes de Thor.

Jim

C"est du one-shot de combien de pages ?

Alors j’ai du mal à trouver l’info, ainsi que l’origine exacte du récit. En effet, il a été édité sous forme de six comics (donc on peut conclure qu’il fait entre 120 et 144 pages de BD) chez Action Lab Comics au printemps 2019 (sous le titre Coldblood Samurai), mais je n’arrive pas à déterminer s’il s’agit d’une traduction d’une œuvre italienne, ou d’une création pour l’Amérique. J’ai trouvé un site italien qui recense les créations transalpines de Massimo Rosi, et celui-ci n’en fait pas partie…

Jim

La Fniacque dit 16,50 euros pour 160 pages … c’est pas cher du toout.
Bon, le site dit aussi « tome 1 », ce que ne dit surtout pas le site de Delcourt …

La Fniacque ne sait pas tout.

Bon, autre détail, c’est la collection « contrebande », en général l’écrin des comics. Donc si ça se trouve, c’est une création américaine (par des Italiens).

Jim

C’est ce que voulait dire ma phrase du dessous …

La Fniacque qui ne sait pas tout dit :
Format 19 x 28

ça se confirme un peu …
(sauf si c’est sous estampillé « Fabric Comic »)

Ils publient aussi le Solo de Oscar Martin, qui est une BD espagnole. Donc vu les auteurs, je me suis dit que ça avait sa place dans cette section…

Bon, je ne lis pas la langue, mais ça m’a l’air d’être italien à l’origine…

image

image

image

Ce qui me confirme que c’est de la traduction, pas de la création.

Jim

En soi, je suis d’accord, mais je crois que la publication d’origine est américaine. Enfin, « je crois » : disons que je ne trouve pas de trace d’une édition originelle italienne, mais c’est pas parce que je trouve pas qu’elle n’existe pas…

Que c’est compliqué, la mondialisation.
:wink:

Merci.
Je parle suffisamment italien pour commander mon café ou demander ma rue, donc là, je vais sans doute ramer un peu, mais je vais voir ce lien.

Jim

Voilà ce que Gogol Trad dit (sans filtre) :

Définie par la critique internationale comme le meilleur début de la salamandre Gaijin 2019, publiée par Action Lab aux États-Unis et par Delcourt en France, GAIJIN SALAMANDER est l’histoire d’une salamandre dans un Japon féodal peuplé de grenouilles samouraïs et au bord d’une guerre civile. C’est précisément la présence de cette salamandre sans nom qui change le destin d’un pays tout entier qui l’a hébergée toute sa vie.

Et ce site précise que la sortie italienne date de septembre dernier :

Bon, l’édition en fascicule chez Action Lab Comics semble avoir commencé avant, cela dit, mais c’est peut-être une clause de la vente à l’étranger.

Jim

Ou que Delcourt va inviter l’italien à Angoulême … et que le dernier trimestre français est un brin encombré (en tout cas, ça me dit envie, ce que je vois)

Visiblement, c’est sorti aux US avant. Delcourt le précise dans l’OURS que c’est initialement publié par Action Lab.

Ok, je l’ai passé en comics VF…

C’est pas mal du tout, ça. Pas vraiment redondant avec Usagi Yojimbo, parce que, déjà, c’est un tome, et surtout, le personnage n’a pas du tout le même caractère (il est suicidaire), mais par contre, le même genre de perso en ce qui concerne l’âme du samouraï. Et l’intrigue se situe peut être dans un Japon plus récent, car l’occident vient tenter de séduire (envahir) le Japon.
Le rythme de l’histoire est pas mal, j’ai lu les 6 épisodes en 3 ou 4 fois. Y a un fond intéressant sur la culture du samouraï et sur une forme d’art du combat de sabre (alors, je ne sais pas si des récitatifs sont empruntés ou inventés, mais j’ai bien aimé) qui densifie le récit.
Le dessin est plutôt attrayant. Les plans, les tailles des cases sont variés. Le calme batracien est bien retranscris, notamment face à la fougue des salamandres (l’expression des visages est sympa). Un bémol (ou alors c’est moi) peut être sur deux ou trois cases, que je n’ai pas trouvé très claires de prime abord. Mais c’est vraiment pour chipoter, parce que Ceregatti arrive à donner un coup d’énergie d’un seul coup, sans vraiment prévenir, à l’instar des coups de sabres.
Le jeu des couleurs, pour les transitions passé et présent, est pas mal aussi.

Sans être l’histoire de l’année (parce qu’en soit, c’est assez classique … suffit de regarder l’Arme Fatale 1 Laughing ), c’est quand même une BD que j’ai lu avec beaucoup de plaisir et pour laquelle j’ai vraiment aimé le style graphique (les pages présentées au-dessus rendent beaucoup mieux dans le bouquin)