GAME OF THRONES (Saisons 1-8)

Lu sur le site La Garde de nuit (interview de Florence Lottin, directrice éditoriale de Pygmalion) :

La série télévisée Game of Thrones a vraisemblablement fait exploser les ventes du Trône de Fer. Quels sont les chiffres des ventes, et comment cela se compare-t-il à l’ « avant GOT » et à d’autres titres de fantasy ?

Les ventes les plus importantes de la saga se faisaient sur les éditions poches au départ, comme beaucoup de livres de fantasy. En grand format, les ventes moyennes d’un tome de la série étaient de 4 500 exemplaires. Aujourd’hui, elles sont de 60 000 exemplaires. En poche, le résultat est encore plus spectaculaire : de 25 000 au titre, les intégrales atteignent 500 000 exemplaires.
> Si l’impact du show est clairement visible sur les livres du Trône de Fer, il n’y en a pas eu sur d’autres séries fantasy, ou du moins, pas de notables.

[Pour en savoir +]

Ah bon ?

Enfin vu la dernière saison. J’avais lu tellement de critiques négatives qu’il m’a fallu attendre de les oublier pour replonger dans cette saga. J’ai trouvé cette dernière saison pas si pourrie. Certains événements m’ont surpris. Comme daenerys qui sombre dans la même folie que son père ou le choix du roi des 6 royaumes. La bataille contre les marcheurs blanc m’a bien déçue, fait dire que en streaming et pas HD et de faire une bataille de cette ampleur de nuit, y’a pleins de moments où c’est super confus. Tout comme le destin d’arya qui avait une belle montée en puissance jusqu’à la mort du marcheur blanc pour être ensuite pleine de doutes et limite inoffensive. La bataille de port Real quand à elle à remonter mon intérêt, même si j’aurais aimé une mort plus douloureuse pour sersei.
Ca reste une putain de série avec des moments jubilatoires ( la bataille des bâtards reste un des moments que je préfère)

J’ai fini la série la sérié il y a 15 jours.
Je m’étais gardé la saison 8 de côté; recommençant la série du début jusqu’aux ultimes épisodes.
J’ai adoré.
Le changement de tonalité depuis la fin de la saison 6 m’a plu et m’a semblé logique pour clore toutes les histoires. Il aurait fallu 10 saisons sinon.
J’ai aimé cette 8ème saison, jusque dans ses défauts, ses accélérations, ses temps morts, ses ellipses improbables, ses dialogues parfois faibles (un comble), ses rebondissements crées au forceps. Une saison peu subtile mais généreuse comme le bouquet final d’un feu d’artifices.
Du contrepieds en veux-tu en voilà dans les destins des personnages.
J’ai tremblé tout du long. Comme je n’ai pas souvenir qu’une série m’ait tant fait trembler.

Mention spéciale à la scène du dragon qui brule le meurtrier de sa mère/maitresse: le fameux trône de fer. Incroyable et magnifique

Je crois que Tsouin a tout dit, en ce qui me concerne. La bataille des Marcheurs blancs m’a paru illisible sur ma télé, et il y a des trucs pour lesquels j’ai mis un peu de temps à comprendre. L’épisode 9 … euh 5, j’ai cru que je voyais Hiroshima au Vietnam dans la province de Pompéi.
Ouais,Tsouin a vraiment exprimé ce que j’ai ressenti. Une saison de 6 épisodes, mais longuette quand même.

La référence m’avait semblé pourtant beaucoup plus proche (a fortiori pour le public américain) : la ville en ruine avec cette poussière blanche omniprésente, ce filmage à hauteur de rue, pour moi j’y ai tout de suite vu le souvenir des images de New York un certain 11 septembre.

Le destin de Daenerys, soit dit en passant, c’est quand même, simultanément, dans cette saison, le truc le plus fort sur le fond et, ce qui est dommage, sans doute le plus maladroit sur la forme.

En tant que fan de Dune notamment je ne pouvais qu’être sensible à voir les auteurs se livrer à cette déconstruction de la figure du leader charismatique voire messianique (dont les failles et les ambiguïtés ont toujours été présentes à l’écran), et je trouve très fort d’avoir justement convoqué cette imagerie-là pour court-circuiter le culte de la personnalité auquel certains spectateurs avaient pu souscrire.

Le hic, c’est cette trop brusque descente dans la folie meurtrière pour en arriver là, ce moment de bascule qui peut sembler presque gratuit de la part des scénaristes qui l’auraient « joué à pile ou face ». Du coup, toute la dimension de réflexion politique (qu’il n’était déjà pas gagné de faire passer à la plus grande masse même si ça avait été mieux fait…!) passe à la trappe, et on reste sur les ouin ouin les méchants scénaristes ont bousillé mon personnage préféré j’avais donné son nom à ma fille.

1 J'aime

Je mettais pas le doigt dessus. Oui, y a forcément de ça aussi.

Hahahahahahaha
Clap clap clap.

Jim

Oui ça m’a aussi fait rire.
Bonjour Meredesdragons Durand.

mme DaenerysduTyphondelaMaisontargaryenpremière dunomSuzerainedesseptCouronnesProtectrice duroyaumeDamedePeyredragonReinedeMeereenKhaleesdelaGrandeMerherbeuseL’ImbrûléeBriseusedechaînesetMèredesdragons Durand, s il te plait.

J’ai fini par ne retenir que la fin.

Flemmard !