GET HARD (Etan Cohen)

[quote]DATE DE SORTIE FRANCAISE

1er juillet 2015

REALISATEUR

Etan Cohen

SCENARISTES

Etan Cohen, Jay Martel et Ian Roberts

DISTRIBUTION

Will Ferrell, Kevin Hart, Alison Brie, Paul Ben-Victor…

INFOS

Long métrage américain
Genre : comédie
Année de production : 2014

SYNOPSIS

Lorsque le gérant de hedge fund, le milliardaire James King, est arrêté pour malversations financières et condamné à être incarcéré au pénitencier de San Quentin, le juge lui accorde 30 jours pour remettre ses affaires en ordre. Aux abois, il s’adresse à Darnell Lewis pour le préparer à la vie en prison. Mais en dépit de ses préjugés de milliardaire, James s’aperçoit que Darnell, patron d’une petite entreprise de lavage de voiture, est un gros bosseur qui n’a jamais été verbalisé de sa vie, et encore moins incarcéré. Ensemble, les deux hommes mettent tout en œuvre pour “endurcir” James…[/quote]

Les premiers visuels :

Rhôôôô la la, alors ça je demande à voir, et plutôt deux fois qu’une !!
Au passage, Etan Cohen, c’est un quasi homonyme de la moitié des frères Coen apparemment spécialisé dans la comédie débile, genre “Tonnerre sous les Tropiques” dont il a co-écrit le scénario. Un bon pédigrée pour ce type de projet !

La bande-annonce :

La question se pose : un film avec Will Ferrell peut-il être mauvais ? J’ai vu la semaine dernière le très étrange “Tim and Eric’s Billion Dollar Movie”, dans lequel il fait une brève mais mémorable apparition, du coup j’aurais tendance à dire : non ce n’est pas possible. Bien sûr, le bougre n’a pas joué que dans des chefs-d’oeuvre, hein. Mais quelle filmo hilarante, quand même…

On ne tutoie pas ici les sommets atteints par les bijoux signés Adam McKay, ni même le niveau d’une excellente et solide pochade comme “Les Rois du Patin”. Le principal problème, ce sont les numéros de Kevin Hart, inégaux comme c’est pas permis. Pour ceux qui le remettraient pas, c’est le side-kick du Noir bien gaillard qui jouait dans les “Scary Movie” 3 et 4 (ouais, je sais, c’est pas ce qui claque le plus dans une filmo (alors que c’est très bien !!)).
Il est marrant un coup sur deux (voire moins), forcément ça plombe.

Mais alors, quand ce surhomme du rire qu’est Will Ferrell apparaît à l’écran, dans un de ses rôles de benêt attachant et complètement à côté de la plaque, quelle poilade…
Ce que fait cet acteur est indescriptible ; peu spectaculaire (c’est un peu l’anti-Jim Carrey de ce point de vue), il fait rire sur la base de quelques expressions et d’un sens du tempo comique hors-normes. Les moments de bravoure du film (et il y en a quelques-uns quand même) sont évidemment à mettre à son crédit.

Il faut dire que le pitch prête à bien des “écarts de conduite” : parce que Kevin Hart est noir, le perso de Will Ferrell est persuadé qu’il a forcément fait de la prison, et qu’il fera un bon coach pour le préparer à sa propre incarcération. Usage à foison des clichés les plus éculés sur les prisons et blagues salaces à l’appui, le film déroule un programme éducatif des plus réjouissants, où le yuppie chiffe molle incarné par Will Ferrell devient un “tough guy” capable d’en remontrer à n’importe quel détenu pour longue peine (n’essayez de lui piquer sa bouffe quand il mange, par exemple, technique bien rodée à l’appui).
Des exemples de poilade insensée ? Oh, il y a bien sûr les séquences de capoeira qui valent à elles seules la vision du film (c’est le versant humour slapstick), et aussi une séquence homo-érotique dans les toilettes d’un bar ; pour profiter pleinement de cette séquence à déféquer de rire, il faut impérativement voir le film en version “uncut”, je le précise…
Il y a bien d’autres moments d’anthologie, comme la tête de “mad dog” enragé de Ferrell, j’en passe et des meilleurs. Reste ce rythme un peu boîteux, et le manque de “profondeur” réelle du film (même si une certaine noirceur vient parfois poindre le bout de son nez, conférant de nouveaux niveaux de lecture au film) qui viennent un peu gâcher la fête, mais bon… On se marre bien quand même.

Petit bonus pour les érotomanes nostalgiques de l’excellente série “Community” : la torride et faussement ingénue Alison Brie (alias l’inoubliable Annie Edison dans le titre sus-nommé) apparaît ici en fiancée peste comme c’est pas possible de Ferrell. Une chouette idée de casting, vu qu’elle est très drôle comme d’hab’ même si on la voit peu ici…

Pour ma part je citerais A Deadly Adoption une espèce de merde incroyable et ringard. Un énième tv film nanar daubesque hypocrite construit pour faire un buzz (comme les sharkmabite et consort) et qui se révèle comme d’habitude totalement affligeant.

Ca pour le coup c’est bel et bien une sombre merde.

Je serais plus gentil concernant Get Hard mais je trouve tout de même que le film ne vole pas très haut. C’est assez mal rythmé et le concept est trop mince et ne tient pas la route pour un long métrage. Si Ferrell est toujours très bon (bien que son personnage soit véritablement un espèce de clone standard qu’on duplique dans plein de film sans la touche de folie et de décalé qui caractérise les meilleurs films de l’acteur) son duo ne fonctionne pas du tout avec un Kevin Hart peu convaincant.

Ouais, je suis peut-être un peu trop sympa avec “Get Hard” par manque d’objectivité humoristique. Le film est plutôt bas de front, en effet, mais si je mesure sa réussite à la jauge de rires, c’est quand même mission accomplie en ce qui me concerne…

Je n’ai pas encore vu “A Deadly Adoption”, mais le concept me plaisait bien sur le papier. C’est une parodie de ces productions “Lifetimes”, qui faisaient des téléfilms à la chaîne sur des histoires vraies dramatiques genre “on l’a hébergée et elle a voulu détruire notre couple” ; beaucoup de spectateurs US semblent l’avoir pris au sérieux tant la parodie colle à l’esprit des originaux…

[quote=“Photonik”]
Petit bonus pour les érotomanes nostalgiques de l’excellente série “Community” : la torride et faussement ingénue Alison Brie (alias l’inoubliable Annie Edison dans le titre sus-nommé) apparaît ici en fiancée peste comme c’est pas possible de Ferrell. Une chouette idée de casting, vu qu’elle est très drôle comme d’hab’ même si on la voit peu ici…[/quote]

Elle est très bien également dans Mad Men, même si son personnage a moins l’occasion de briller par rapport à la série d’Harmon.

Le coup du “c’est une parodie” c’est de l’argument marketing et le beau piège à con de cette merde.

Je haïs littéralement ce genre de truc au même titre que les Sharkmoncul. C’est la démonstration de la récupération économique et capitalistique d’un phénomène que je qualifierais quasiment de spontané. Un nanar ça ne se calcule pas et ne se décide pas mais ce genre de production tente de l’industrialiser et cela marche parce que, pas con, cela joue d’abord sur un buzz et ça excite les bobo/hipster de mes couilles qui croit être trop des dinglingos parce qu’ils matent un nanar produit par Syfy ( :unamused: ) mais qui n’ont jamais entendu parler de Vivre pour survivre, Devil Story, Le Code ou Ninja Condor 13.

C’est exactement le cas pour A Deadly Adoption qui s’est tapé un excellent buzz sur les réseaux à coup “hahaha c’est trop drôle parce que c’est sérieux lol” mais qui se révèle être une véritable baudruche. Vraiment ne perds pas ton temps avec ça.

(et pris pour que Zoolander 2 soit bien)

([size=50]j’suis un peu vénèr ce matin. Faisez pas gaffe, c’est lundi et les vacances sont pas encore là[/size])

Bon, voilà qui a le mérite de la clarté… :wink:

J’attends de toutes façons avec plus d’impatience “Daddy’s Home” en fin d’année, qui marquera les retrouvailles de Ferrell et Mark Whalberg, après l’excellent “Very Bad Cops / The Other Guys”, et dont le trailer comprend deux trois gags impayables.

HA HA !!