GIGANT t.1-7 (Hiroya Oku)

Pour Rei, le cinéma est tout ce qui compte dans la vie. Le lycée n’est qu’un prétexte pour monter des projets et parler films avec ses camarades. Il ne l’avouera jamais à ses amis, mais son artiste préférée, Papico, ne joue pas dans des œuvres classiques. C’est une star… du porno ! Il possède toutes ses vidéos, qu’il regarde en cachette. Sa passion prend un tour singulier le jour où des affiches anonymes et injurieuses dévoilent que Papico habite dans le quartier du lycéen !

En bon fan, l’adolescent se précipite pour les arracher au beau milieu de la nuit… quand il se retrouve nez à nez avec son idole ! Pour lui, c’est un rêve qui se réalise, ainsi que le début d’une improbable amitié. Rei est loin d’imaginer que l’actrice s’apprête à l’embarquer dans une aventure digne d’un film de SF déjanté, avec super-pouvoirs et extraterrestres à la clé !

Tome 7

Prix : 7,90 €
EAN : 9791032708194
Date de parution : 02/09/2021

Tori.

Je ne veux même pas savoir ce qui est gigant …

Attends, tu n’as pas vu la couv du tome 8 :

Tori.

Visiblement, la dame ne veut pas qu’on voit;

C’est une vraie merde ce truc.
Après Gantz qui est surcôté, ce truc ne mérite pas les arbres qu’on abat.

Le pitch est ridicule, l’auteur abuse des cases qui n’amènent rien et le scénario est moisi.
Et c’est lent.

Sans compter que c’est racoleur mais finalement pas trop. Enfin pas tant que cela pourrait être.

Je serai curieux de connaître les ventes. Autant acheter un hentai.

Gantz, c’est surtout que c’est parti dans du n’importe quoi… Il aurait fallu que la série ne dépasse pas la vingtaine de tomes.

Ensuite, il y a eu Last hero Inuyashiki, qui commençait bien, mais a dévié rapidement vers du n’importe quoi, là aussi.

Pour Gigant, le pitch est rigolo, mais c’est très dilué (et le graphisme d’Oku est devenu bien moche…). Quant au « racoleur mais finalement pas trop », c’est un côté qui était déjà présent dans ses premières œuvres (non publiées en français).

Euh… Ça n’est pas à ce point, quand même. Il y a quelques scènes chaudes (elles sont un longues, certes), mais ce n’est pas centré dessus et n’est pas le sujet principal… Et on ne peut pas dire qu’elles soient spécialement excitantes, non plus. Dans un hentai, ce serait raté.

Bon, ça reste un manga qui ne demande pas trop de réflexion : une lecture parfaite pour les toilettes ou les transports en commun.

Tori.
PS : Je n’avais pas lu la critique indiquée par Jim…

Un tome qui répond à bon nombre de questions et propulse encore davantage Gigant au panthéon de la SF.

Euh… Non, quand même pas…

Hiroya Oku, au sommet de sa forme, envoûte littéralement par sa patte littéraire et graphique !

O__o
Graphiquement, c’est un des titres de Hiroya Oku les plus moches. Il y a des problèmes de proportions (non, je ne parle pas que de la taille de bonnet des personnages féminins) et d’angles de vue tordus, certaines expressions de visages sont ratées, etc.

Dans mes bras Tori ^^!
Moi, Gantz, l’auteur m’a perdu quand la fille se fait lécher par le chien. OoooooKay…

Dans Gigant, je trouve que l’auteur se prend de moins en moins la tête c’est clair.
Et le traitement SF est moisi. Et le cul n’est même pas excitant, tu as raison.

Tu sais qu’il y a des lecteurs qui vont s’intéresser à la série, là, du coup ?

Jim

Ouais je sais… ^^
Mais Gantz, que j’ai lu en entier, part sur un postulat très intéressant.
Pour partir en vrille au fil des tomes.
Le coup du chien c’est juste… Ben j’ai pas les mots en plus, de mémoire, ça tombe comme un cheveu sur la soupe en plus… Bref…

Et dire que Blackie trouvait qu’on montrait des images trop chexchuelles.