GIRL FRIENDS t.1-5 (Milk Morinaga)

j’ai beaucoup aimé tres émouvant, bien construit hate d’avoir la suite ^^

Franchement t’es limite insultant là! :open_mouth:

Bon… je me lance dans ma critique du premier yuri de Taifu. Rien à dire, c’est un bon choix, si le but était de viser un public d’adolescentes. Non ? Bon, tant pis.
J’ai acheté Girl Friends parce que j’ai lu tout le scan, que c’était mon plaisir honteux question yuri, et que je suis reconnaissant envers Taifu de prendre des risques avec ce genre trop facilement assimilé au hentai par les deux boutonneux du fond qu’on entend faire hurr hurr de très loin.
Comme je le disais, Girl Friends est TRES orienté adolescentes. N’attendez pas une profondeur incroyable, c’est pas le but. Ce ne sont pas de jeunes femmes au passé tourmenté ou autres bêtises, les personnages de Girl Friends sont des gamines de 15 ans. Alors ça cause (beaucoup) chiffons, régimes, mecs et maquillage, mais selon moi, l’intérêt de cette histoire réside justement dans sa capacité à se transposer facilement à la situation de n’importe quelle fille de cet âge, en prenant le plus petit dénominateur commun.
Bref, à mettre entre des mains jeunes, féminines et curieuses.

Si vous n’aimez pas les niaiseries d’ados et que vous préférez des titres plus matures style Ebine Yamaji, un seul conseil :

ACHETEZ-VOUS UN LIVRE D’EBINE YAMAJI. Comme ça vous serez contents.

Sinon, si vous n’avez quand même pas aimé Girl Friends, guettez la sortie de Sasameki Koto chez Clair De Lune en mai.

@CCeles : tu n’as JAMAIS croisé de camarades de classes de 15 ans de la même profondeur ? Pas possible.

[quote=« Kyon »]
@CCeles : tu n’as JAMAIS croisé de camarades de classes de 15 ans de la même profondeur ? Pas possible.[/quote]

Non mais apprends à lire, j’ai jamais dit que ça existait pas (à part l’épisode de la salle de bain). J’ai dit que c’était inintéressant, mal raconté, et pas crédible à cause du fan-service.
Et je n’ai rien contre les titres pour ados quand c’est bien fait.

[quote]
Ce ne sont pas de jeunes femmes au passé tourmenté ou autres bêtises, les personnages de Girl Friends sont des gamines de 15 ans. Alors ça cause (beaucoup) chiffons, régimes, mecs et maquillage, mais selon moi, l’intérêt de cette histoire réside justement dans sa capacité à se transposer facilement à la situation de n’importe quelle fille de cet âge, en prenant le plus petit dénominateur commun. [/quote]

Pour prendre comme exemple une autre série (dont l’histoire n’a rien à voir, mais c’est pas le sujet), Mermaid melody aussi mettait en scène des ados aux conversations limitées (une référence dans le genre niais). Mais au moins Mermaid melody était crédible dans sa superficialité, on sentait que ça s’adressait à mort aux gamines du même genre. Girl friends est bien trop moe et fan service pour s’adresser surtout aux filles, faut être aveugle pour pas se rendre compte que le principal public visé est masculin.

Et puis si tu veux débattre, merci d’éviter les gros obvious de ce genre, je crois que je suis pas encore débile au point de m’attendre à du Ebine Yamaji en ouvrant Girl friends.

Je rejoindrais Cceles sur un seul point l orientation moe de ce manga est fait aussi pour attirer le public masculin c est clair.
Par contre j aimerais qu on arrete de confondre moe et eichi (je dis ca de maniere general et pas pour quelqu un en particulier). Et je ne vois pas ou est le mal d essayer d attirer un public masculin sur ce genre de manga.

[quote=« Sorata »]Je rejoindrais Cceles sur un seul point l orientation moe de ce manga est fait aussi pour attirer le public masculin c est clair.
Par contre j aimerais qu on arrete de confondre moe et eichi (je dis ca de maniere general et pas pour quelqu un en particulier). Et je ne vois pas ou est le mal d essayer d attirer un public masculin sur ce genre de manga.[/quote]

Non mais il n’y a aucun mal à s’adresser aux mecs, je disais ça à cause de ce passage (entre autres) :

[quote=« Kyon »]
Comme je le disais, Girl Friends est TRES orienté adolescentes. (…) Alors ça cause (beaucoup) chiffons, régimes, mecs et maquillage, mais selon moi, l’intérêt de cette histoire réside justement dans sa capacité à se transposer facilement à la situation de n’importe quelle fille de cet âge, en prenant le plus petit dénominateur commun.
Bref, à mettre entre des mains jeunes, féminines et curieuses.[/quote]

Et j’ai aussi la sensation que ce côté moe fait perdre beaucoup de crédibilité à Girl friends (mais là je commence à me répéter, donc je vais m’arrêter là).

Mariko prend lentement, très lentement, conscience de ses sentiments pour Akiko. Elle se pose des questions assez courantes, un chapitre étant souvent consacré à chacune. C’est long, c’est lent, et ça a lieu dans une succession de situations bateau. Une fois de plus, c’est seulement à la fin qu’il y a une vraie avancée de l’intrigue… c’est bien dessiné, mais sinon on ne peut que regretter la superficialité avec laquelle est amenée l’histoire d’amour.

de l’amour/amitié à l’état brute

La critique par Miawka est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

La critique par Miawka est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Une suite tout en pudeur et fraîcheur de vivre. On ne s’ennuie pas, de nouveaux personnages sont approfondis, l’entourage de nos deux demoiselles changent, mais les sentiments de Mariko eux, changent aussi, ou plutôt, elle se rend compte de leur présence. Ce tome retrace la découverte de l’amour, et son acceptation difficile, un genre manquant en France, ce titre suit bien le premier.

On assiste à un renversement de point de vue en prenant la place de Akko. Suite au tome 2, Akko prend soudain conscience des sentiments de Mari, alors que celle-ci nie, feint, et l’évite. Cela dérange Akko, mais pourquoi? Le début d’un sentiment qu’elle ne sentait pas jusque là…Une suite qui va sur la longueur, ce tome 3 est moins bon que les deux premiers, il n’en reste pas moins une bonne suite.

Entièrement d’accord avec cette critique de Miawka! Les mots sont bien trouvés je trouve pour décrire cette petite perle!
Je trouve ces deux jeunes filles super Kawaiii!!! C’est un vrai plaisir de lire cette oeuvre!

La critique par Miawka est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Alors je ne suis pas trop d’accord avec Miawka sur la fin de cette série.
Il est vrai que l’on a l’impression d’un arrêt brutal et qu’on aurait aimé continuer de lire la grande histoire d’amour qui semble naitre entre les deux jeunes filles. Mais de là à être déçus, sûrement pas. Peut être parce que je ne m’attendais à rien de plus finalement. Pour moi ce tome s’achève de la manière la plus logique qui soit et en ce qui concerne la scène « sexuelle » elle reste discrète comme l’on été toutes les scènes des baisers au long des 4 tomes. J’aurais d’ailleurs été choqué par l’inverse, car finalement le plus important ici n’est pas le sexe mais l’amour infini que les deux jeunes filles se portent.
Ce manga aura été pour moi une vrai révélation, c’est une romance belle, touchante et surtout très proche de la réalité. Bref, une vrai perle qui mériterait son MS Award!

Voici enfin le dernier tome de cette série. Après avoir tourné en rond pendant un temps infiniment long, nos deux héroïnes sont enfin ensemble et vont désormais devoir AVANCER, ce qui est une grande première dans ce manga. Et le fait est que ce tome est le premier de cette histoire où j’ai eu l’impression qu’il se passait quelque chose, et pas seulement sur la dernière page comme pour les tomes précédents. Ça fait du bien ! Il ne fait aucun doute que cette histoire aurait pu être condensée sur 2 voire 3 tomes de moins et qu’elle y aurait gagné, parce que lire pour rien, ça va un moment… Quoiqu’il en soit, après s’être habitué au ton très superficiel (Maquillaaaaage ! Coiffuuuuure ! Régiiiime !) qui fait un peu passer les filles pour des demeurées, on peut trouver –pourquoi pas- un peu de plaisir à lire ce manga léger, naïf et empreint de pudeur. Les amateurs de scènes allant un peu plus loin qu’un chaste baiser seront enfin récompensés (mais peut-être pas à la hauteur de leurs espérances, température prise sur un amateur de romances lesbiennes…)

Pourquoi les jeunes ado qui ferait ça serait forcément demeurées ou passerai pour pour reprendre ton expression?
Car je ne vois pas ce qu’il y a de bête la dedans.

Yuri ou Shojo ? (ce fut ma question après avoir commencé ma lecture)

Réponse perso : Dessins shojo, histoire yuri.

Traits de qualité et scénario bien structuré. Nous n’en sommes qu’au début de l’histoire et l’auteur donne déjà le ton en un seul tome, le tout graduellement (évidemment, c’est une femme : elle s’y connait mieux en tribulation de jeune fille).

J’ai bien aimé. Agréable à lire et personnages attachants par leur force, mais surtout par leur faiblesse (trouver le courage de communiquer).

Amour, amour, quand tu nous tiens (Fable - La Fontaine)

Voilà que Mariko se retrouve confrontée à ses propres sentiments, qu’elle ne les comprend pas. Une véritable évolution du personnage tout au long du tome.

Avec les peurs et les doutes face à la beauté des sentiments et du « qu’en dira-t-on ? », le tome se lit avec une facilité bienvenue, toujours clair pour nous là où les protagonistes doutent.

Révélation et renversement

Du point de vue de Mariko pendant 2 tomes, voilà le tour d’Akiko : la confession de Mariko la bouleverse elle-aussi.

Chamboulement des sentiments et découvertes d’une nouvelle part de soi-même pour Akiko.

Une évolution attendue et fidèle à la série.