GLENAT COMICS - Les dernières infos


(Grégory D.) #361

Je me trompe peut-être mais c’est rarement dans l’intérêt de l’éditeur de communiquer la dessus (sauf cas exceptionnel où les ventes sont vraiment mauvaises), parce que cela envoi un mauvais message à titre global (mauvaise santé de l’éditeur), qu’individuel (si ça se vend pas, pourquoi je prendrais le premier tome ?)

Je comprend très bien que l’éditeur ne va pas dire toutes ces séries sont arrêtées mais malgré tout, j’achète une bonne partie de leur catalogue et ça m’emmerde un peu de dire que j’ai peut-être 10 séries qui ne vont pas être continuées. Ne pas communiquer donne aussi un mauvais signal je trouve. Je suis plus méfiant désormais sur leurs productions moins mainstream. Et derrière ça, le problème c’est surtout le nombre de séries citées. Si ils ont déjà autant de séries qu’ils vont arrêter sur le catalogue modeste qu’ils ont et le peu de temps d’activité, ça pose question pour la suite. Et enfin, je trouve que ça donne pas non plus une bonne image au nouveau lecteur qui découvre leur catalogue et qui pourrait tomber sur autant de séries qui seront arrêtées.

Pour Hadrian’s Wall, la publication a un rythme normal je trouve. Le dernier single date de août 2017.


(softverre) #362

C’est assez fou de voir la différence entre les éditeurs : Glenat qui interrompt autant de titres, et Urban qui termine presque toutes les séries entamées. Comment expliquer cela ? Glenat n’a pas de grosse locomotive type DC pour compenser les ventes les plus modestes ?


(Blackiruah) #363

Parce que Glénat a des oeuvres portées par des auteurs moins connues et n’ont pas la possibilité d’éduquer le lecteur comme le fait URban


(Grégory D.) #364

Par contre, je me demande où ils ont fait une erreur. Parce qu’ils doivent quand même bien connaître le marché. Ils sont présent sur le franco-belge, les mangas et ils étaient là avec la V1 de glénat comics. Ils savent que les séries très indés sont des paris mais ça ils le savaient avant de les lancer.
Du coup, je comprend pas pourquoi, il y a autant d’arrêt ( non confirmé ) de séries de leur part. Ils évaluent mal leurs ventes potentielles ?
Se tromper sur autant de séries, pour un si gros éditeur…


(Oncle Hermes) #365

Je trouve l’argument discutable.

Les auteurs édités par Urban ne sont pas tous des stars non plus et ce n’est pas comme s’il n’y avait que des inconnus au catalogue de Glénat : Rucka, Fraction, Soule, Gillen, DeConnick, Palmiotti & Gray, Bunn, Darrow… il y a quand même quelques noms à mettre en avant.

Ensuite “l’éducation du lecteur comme le fait Urban”, elle est peut-être moins nécessaire justement parce qu’il n’y a pas toute une continuité super-héroïque à présenter en arrière-fond, mais elle n’est pas “impossible”. S’ils voulaient se donner la peine de resituer les auteurs et les œuvres par rapport à un genre, une histoire de la production, par exemple.

Non, je pense que le problème vient à la fois, d’une part, de séries tout simplement moins “vendeuses” (et je ne parle pas du fait que ce soit de l’indé et pas du super-héros, la qualité n’est tout simplement pas toujours au rendez-vous) (même si parfois elle l’est et pas les ventes, hein, ça arrive aussi) ; et, d’autre part, d’une offre éditoriale décevante : j’entends beaucoup ici critiquer la facture des livres Urban, mais celle des Glénat me semble encore plus cheap ; sans parler de certaines, disons, “bizarreries contestables”, en termes de contenu, comme quand ils ont flingué le début de Lazarus en publiant en ouverture du bouquin les pages de “bande-annonce”…

Historiquement, en franco-belge, il faut dire aussi que Glénat a une habitude bien ancrée de lancer un maximum de séries et de voir où ça mène. Il suffit de se souvenir de la surproduction des séries historiques ou pseudo-historiques toutes bâties sur le même moule dans les années 80. Sauf que s’ils appliquent la même stratégie sur les comics indé qui ont quand même un public beaucoup plus restreint, ça coince.


(Lord-of-babylon) #366

En proposant des séries médiocres voire très mauvaise

(notamment)


(Lord-of-babylon) #367

Concernant “l’éducation au lecteurs” je le formulerais autrement. Un des gros avantages d’Urban (ou disons une force qu’ils ont su voir et mettre en avant) c’est qu’avec des auteurs naviguant dans le catalogue indé et mainstream, ils ont su jouer sur la carte de la complémentarité. Par exemple c’est sortie Preacher et les épisodes d’Hellblazer par Garth Ennis sur la même période.


(artemus dada) #368

Lorsqu’on est dans dans le jugement de goût, la médiocrité de ce que l’on juge est très relatif.

Cela dit sur les échecs supposés des séries citées en exemple, on a clairement de la bédé américaine qui n’est pas du super-héros, et je crois que c’est là que le bât blesse. Les amateurs de franco-belges n’y vont pas c’est du comic book, les amateurs de comic books, qui je crois en aime surtout le quadrant super-héroïques, n’y vont pas non plus. Ou peu.

En dehors de Marvel, et DC, les masses me semblent un peu frileuses, suffit de regarder les fils de discussion ici, pour voir celles qui sont les plus animées. Non ?!

Ensuite les noms ne sont pas non plus ceux de vedettes, de ceux qui font le “buzz”. Les personnages ne sont pas non plus récurrents et aussi engrammés dans l’imaginaire collectif que ceux de Glénat. Combien de lecteurs lisent avant tout des histoires de personnages avant de lire celles de scénaristes ?

Sur les titres cités par T : Evil empire, Dead letters, the bunker, rumble, sons of the devil, wayward, sex criminals et drifter ; Evil Empire est pas mal, The Bunker est excellent, Drifter est assez saisissant au niveau des planches, mais le scénario m’a un peu perdu, le reste je n’ai pas lu.

Quant à se tromper, si l’édition était une science exacte ça se saurait.


(Blackiruah) #369

Mise à part, Rucka et voire Fraction, les autres ne font pas lever des foules hein, on est loin des Remender / Vaughn et autres Garth Ennis, Mom, Azzarello.

pour le coup non je trouve les bouquins Glénat de bien meilleure facture à ce niveau, par contre je ne sais pas ce que sont les pages “bande annonce”.

Mais on oublie aussi une chose qui me revient. Glénat avait signé en gros les séries de Fraction et ses potes, parce qu’ils avaient un gros projet de tout faire adapter. Ça a du jouer pour se lancer dedans avec pour objectif de trouver le nouveau Walking dead. MAis comme rien n’a été adapté à ce jour… Bah, le prix doit faire mal je suppose…


(Grégory D.) #370

Concernant la qualité d’édition de Glénat, je trouve que les éditions sont de bonnes facture justement.
Par contre, ils devraient s’inspirer des autres éditeurs et proposer des premiers tomes à 10 euros. Et faire comme Urban qui à l’air de proposer des tomes plus imposant sur les séries qui s’essoufflent afin de s’en débarrasser. Ou comme Panini qui édite un bouquin et qui ne le réédite pas forcément. Ou encore avoir leurs idées à présenter…

J’ai déjà lu que l’indé est très apprécié des lecteurs de BD franco-belge. Mais je pense que quand c’est de l’indé moins mainstream comme beaucoup d’œuvre du catalogue Glénat, ces lecteurs ne sont plus là.

Et enfin, pour la qualité des séries, je suis pas tout à fait d’accord. Il y a pas mal de séries que je trouve intéressante chez eux même dans celles que j’ai cité plus haut comme : Rumble, the bunker, evil empire et drifter.

Je pense plutôt que le problème est l’équation ci-dessous :
Lecteur BD > Lecteur Manga > Lecteur comics > Lecteur comics super-héros > Lecteur comics indés > Lecteur comics indés avec auteurs pas connus
= Pas grand monde


(Jim Lainé) #371

La réponse est aussi dans la question.
Si ça ne se vend pas, c’est aussi parce que les hésitants… ont hésité.

Ce que je veux dire, c’est que, si l’on veut soutenir un bouquin (une BD, un roman) et qu’on est au courant de sa sortie, il faut le faire assez vite. Le marché est bien encombré, et même en se tenant au courant, il est possible de rater des sorties. Et celles-ci sont tellement nombreuses que les bouquins ne sont plus d’actualité au bout de quelques mois, voire de quelques semaines. Si l’on aime un truc, il faut le prendre assez vite.

C’est triste, parce que, effectivement, comme tu le soulignes, le lecteur qui s’est lancé dans l’aventure prend un risque (celui de ne pas avoir une série complète), mais c’est comme ça (et ce n’est pas propre à la BD américaine, c’est valable aussi pour le franco-belge, même si la grande période des arrêts massifs de série est peut-être derrière nous), c’est l’une des conséquences d’un marché saturé.

Jim


(Grégory D.) #372

@Jim_Laine Tu m’attribues une phrase que j’avais reprise de @Lord-of-babylon. Je n’ai pas encore compris comment citer la phrase de quelqu’un d’autre, sorry :slight_smile:

Je suis d’accord que le marché est saturé et que le renouvellement des étals de librairies est assez soutenu mais malgré tout, Glénat est une exception dans ce domaine. Quand tu vois qu’ils sont capables d’arrêter ( je répète que c’est une impression non confirmée ) 10 séries sur le petit catalogue qu’ils ont, c’est problématique.

Tu verras qu’il y a très peu d’arrêts de séries que les autres éditeurs voire pas du tout. Pourquoi Glénat n’est pas capable de faire la même chose ?


(Jim Lainé) #373

Quand tu cliques sur le “répondre” d’un post précédent, et qu’ensuite tu choisis l’icône en forme de bulle de BD, tu crées une citation qui reprend l’intégralité du post auquel tu réponds.
Si tu veux seulement répondre à une partie du post, tu cliques sur “répondre” (du post ou de la conversation générale), puis tu sélectionnes la phrase à laquelle tu réponds : elle apparaîtra en citation dans ton post en cours de rédaction. C’est comme ça que je viens de procéder.
Bon, je fais le fanfaron, mais il a fallu qu’on m’explique et que je tâtonne longtemps.
Et par exemple, je ne sais pas faire les adresses avec des “@” comme tu fais. Ce forum n’est pas très intuitif, en tout cas pas pour moi !
:wink:

Sur le pourquoi du comment relatif à la gestion de Glénat, je ne sais pas, je n’ai pas d’idée. Je dois avoir deux bouquins de chez eux, tous des cadeaux. Je n’ai pas suivi leur actualité.

Jim


(KabFC) #374

Oui enfin ca dépend comment on regarde.


(とり) #375

Même pas besoin de commencer par cliquer sur “répondre” : tu sélectionne la partie que tu veux citer, et une petite bulle indiquant “citer” apparaît… Il suffit de cliquer dessus pour que ça mette ce passage en citation.

Il suffit de mettre l’@ devant un peudo… et ça donne @Jim_Laine , par exemple.

Tori.


(KabFC) #376

Parce que ces séries ne sont pas officiellement arrêté, elles sont en stand-bye à un moment elles sortiront. Urban à mis 3 ans avant de sortir le dernier tome de Prophet.

Se tromper sur 5 séries pour un éditeur comme Glénat c’est pas grand chose. Ensuite Glenat est venu trop tardivement avec une majorité des gros auteurs pris soit chez Urban soit chez Panini. Ils ont fait petit au départ, avec un bon succès et ont pris de l’envergure, mais un peu trop. Du coup ca fonctionne moins bien.

Enfin le comportement d’un lecteur c’est dur à cerné et c’est volatile. J’ai plein de lecteurs qui ont laissé tombé Letter 44 alors qu’ils avaient adoré au départ, mais ils se sont lassé, d’autres choses à acheté, merci au revoir. Avoir un ou deux mauvais tome d’une série indéterminée ça ne pardonne plus surtout si c’est le deuxième ou le troisième.


(Lord-of-babylon) #377

Crie pas victoire trop vite. Il est pas encore sorti


(Grégory D.) #378

Le tome 3 est de Prophet est prévu au planning donc il sortira. Mais mettre en pause une série comme ça chez Urban c’est une exception. Ils vont au bout de toutes leurs séries.


(FC powaaaa) #379

Non pas toutes !
(cf liste je ne sais pas où)


(Grégory D.) #380

J’en ai cité le double. Et franchement, ils ont un tout petit catalogue par rapport à Panini et Urban qui vont au bout de leurs séries. Et je parle bien de leurs séries indés parce qu’il est logique qu’ils ne publient pas 100% des catalogues DC et marvel.