GO WEST YOUNG MAN (Tiburce Oger / Collectif)

Très sympathique. Le bouquin s’articule selon une technique déjà éprouvée, à savoir suivre un objet qui passe de main en main et voir ce qu’il advient de chacun des propriétaires. C’est un peu le principe de Mémoire d’un 38, de Fromental et Franz (et je crois me rappeler un téléfilm américain qui procédait selon le même schéma, mais le titre m’échappe pour l’instant).

Ici, l’album s’ouvre et se ferme sur une séquence située au début du XXe siècle, dessinée de main de maître par Paul Gastine, et qui s’arrête sur la montre et le mystère qu’elle représente. Puis on commence à revoir la « vie » de cet objet.

La particularité, c’est que c’est une anthologie. Donc il y a des styles variés, la plupart de haute volée. Le risque de l’exercice est de donner un résultat trop disparate et inégale, mais ici le fil rouge (la montre) et le décor commun (l’ouest sauvage) contribuent à créer une unité. L’autre risque, c’est d’obtenir une tonalité uniforme, et là, Tiburce Oger parvient à varier les modes d’écriture. Belle prouesse.

Bref, un album événement qui mérite le détour, reposant sur un pari narratif assez réussi. Qualité du recueil et logique narrative en font un vrai plaisir à lire.

Jim

Tiburce Oger, en décembre dernier sur BDGest :

Pour en revenir à Go west, je travaille sur autre album sur le même concept, avec un point de vue totalement différent et j’ai la grande joie d’annoncer que messieurs Derib et Yves Swolf seront sur la piste avec nous :) !!!

Jim