GRANT MORRISON PRÉSENTE BATMAN t.0-8 (Morrison / collectif) + INTEGRALE


(Blackiruah) #761

[quote=“Jim Lainé”]C’est ce que je dis depuis le début : je ne comprenais rien dans la version Panini, et j’ai commencé à comprendre dans celle d’Urban.
N’en demeure pas moins que l’irruption de Final Crisis dans la saga Batman rend celle-ci compliquée, inutilement selon moi. T’ai-je dit aussi que je trouvais Return of Bruce Wayne assez vide ? J’imagine qu’il va falloir attendre encore dix ans pour que je commence à l’apprécier ?[/quote]

Je pense pas que ce truc prenne de la qualité même après 10ans. Néanmoins, il a un peu plus d’intéret si tu le lis en alternance avec les épisodes de la série Batman et Robin qui répondent à cette mini… Mais ça reste très fade.


(Jim Lainé) #762

[quote=“Blackiruah”]
Je pense pas que ce truc prenne de la qualité même après 10ans. Néanmoins, il a un peu plus d’intéret si tu le lis en alternance avec les épisodes de la série Batman et Robin qui répondent à cette mini… Mais ça reste très fade.[/quote]

C’est un des trucs que je trouve dommage dans cette saga batmanienne, c’est qu’il faut lire des morceaux d’autres choses pour comprendre. De mémoire, l’édition d’Urban contient des extraits de Final Crisis ou de je sais plus quoi d’autre.
C’est tout le problème des cross-overs (y a déjà ça dans One Million, ce qui me fait dire que cette intrigue aurait dû prendre place dans la série normale), mais le foutoir de Final Crisis atteint des sommets, selon moi.

Jim


(Oncle Hermes) #763

[quote=“Jim Lainé”]C’est un des trucs que je trouve dommage dans cette saga batmanienne, c’est qu’il faut lire des morceaux d’autres choses pour comprendre. De mémoire, l’édition d’Urban contient des extraits de Final Crisis ou de je sais plus quoi d’autre.
[/quote]

Rhô. Non mais là soit tu as la mémoire en gruyère (ce qui m’étonnerait vu tes connaissances encyclopédiques dans le domaine), soit tu fais un concours de mauvaise foi. Ce à quoi réfère Blackie C’EST précisément le run batmanien. Même si tu n’aimes pas cette partie-là. Si si.

C’est comme si en ce moment avec les Wonder Woman de Rucka et leurs arcs entrelacés, tu te plaignais qu’il faut lire des morceaux de l’un pour comprendre l’autre. Bon, d’accord, l’écriture de Rucka est moins tarabiscotée, mais le principe est le même.

(Et l’édition Urban contient quelques pages de Final Crisis et de 52. Mais de façon générale, se plaindre “qu’il faut lire des morceaux d’autres choses pour comprendre”, venant d’un lecteur de comics plus que chevronné, je reste perplexe.)

Quant au “Retour de Bruce Wayne”… Euuuh… “Fade” ?? “Vide” !!! :open_mouth:

Je suis près à entendre qu’on puisse reprocher beaucoup de choses à cette mini, mais “vide” est probablement ce qui me vient à l’esprit en dernier, et “fade” en avant-dernier.

Bon, déjà, au niveau le plus superficiel de lecture (et de kiff), c’est l’histoire de Batman qui bat Darkseid, qui survit en remontant dans le temps alors que tout le monde le croit mort, et qui re-bat Darkseid. Bam. C’est le motif de Batman enterré vivant et qui s’en sort pour mettre une raclée au vilain, mais poussé à 11.

Ensuite, si on va y voir dans le détail : après la déconstruction opérée dans “Batman R.I.P.” et dans la machine de Darkseid dans Final Crisis, “Le Retour…” nous montre la reconstruction du personnage. Au fur et à mesure de sa remontée à travers les âges - qui devient aussi rapidement une remontée à travers les genres, une archéologie des comics de super-héros par le biais du récit de pirate, du western, du polar noir, de la SF -, Batman rebâtit son identité (ou Morrison rebâtit l’identité de Batman, selon le point de vue) en même temps qu’il construit son mythe à venir.

Pour ce qui est de l’identité individuelle, on peut y voir une trajectoire depuis ce qui apparaît comme une première vérité fondamentale (même amnésique, son premier réflexe est de se mettre au travers d’une attaque pour protéger les innocents) jusqu’aux facettes plus complexes (enquêteur, justicier masqué, vengeur, membre de la famille Wayne, membre de la Ligue de Justice), le journal où il consigne son parcours fonctionnant comme un double inversé du Dossier noir du début du run.

Pour ce qui est de la dimension mythique, Morrison prend tous les éléments (l’image de la chauve-souris, le collier de perle, le manoir, etc.) et les charge à bloc en les inscrivant en élément d’une légende multiséculaire. Ce qui donne in fine un poids de fatalité et de révélation littéralement apocalyptique à la scène iconique de Bruce face à la chauve-souris qui lui inspirera son apparence de justicier, mais rejoint aussi là l’une des idées centrales de tout le run, celle qu’ “il y aura toujours un Batman”, que la figure dépasse le seul individu Bruce Wayne. “Tant que la nuit n’est pas finie”.

Et Morrison conjugue les deux, l’humain et le surhumain, l’épique et le subtil. Oh, et accessoirement il se sert aussi de tout ça pour donner des explications sur des choses qu’il avait planté dans sa prestation depuis… des années. À commencer par l’identité du Dr. Hurt. Le tout (et le reste, parce que j’en oublie), en six numéros seulement. “Vide” ?..

Morrison (et je tiens l’ensemble de son run sur Batman pour l’une de ses plus hautes réalisations), ça gagne souvent à être relu. Et rerelu. Et encore. On comprend mieux, on repère des choses (une fois qu’on sait où on va, ça aide), on s’acclimate, on se glisse dedans. On me dira qu’il y a d’autres auteurs qu’on apprécie encore à la relecture et qui ont le mérite de ne pas paraître incompréhensible à la première : c’est vrai. Mais franchement, même en première lecture, même dans ses récits les plus tordus, WTF et déconstruits, même quand on ne comprend pas tout tout de suite et qu’on a l’impression d’être lancé dans un train fantôme à grande vitesse, il y a une chose qui définit Morrison et qui fait son attrait, c’est que le mec balance plus d’idées sur la table en une planche (quand ce n’est pas en une case) que d’autres en un arc complet (voire une série).


(soyouz) #764

J’avais bien aimé le “Retour de Bruce Wayne”. Y avait plein d’indices sur plein de choses, c’était sympa ! (enfin, si je ne me trompe pas de saga)


(Jim Lainé) #765

[quote=“Oncle Hermes”]
(Et l’édition Urban contient quelques pages de Final Crisis et de 52.[/quote]

Ah, tu vois bien qu’il y a des éléments extérieurs incorporés dans l’édition. S’ils y sont, c’est que leur présence facilite la compréhension.
Et c’est moi qui suis de mauvaise foi.

Bah disons que ça diminue l’unité du run. Je n’aime pas les cross-overs, je n’aime pas les events, je préférerais que les auteurs puissent bosser peinards sur leur série. S’il faut aller lire un autre truc à côté afin de choper l’information qui éclaire tout, ça m’emmerde. Lecteur chevronné ou pas. Ça m’a toujours emmerdé. C’est l’un des facteurs pour lesquels je lis de moins en moins de super-héros.

Dans ce cas précis, j’ai toujours eu l’impression que Morrison racontait deux histoires de Batman, et que les hasards du calendrier éditorial n’ont fait qu’amplifier la collision. De sorte que, moi, j’essaie de comprendre la fin de l’histoire avec le Doctor Hurt, et on me balance une histoire avec Darkseid. Comme je l’ai dit, je n’ai rien compris dans l’édition de Panini, et il a fallu une relecture VO et l’édition d’Urban (ainsi que plein de discussions avec des amateurs) pour que je commence à comprendre.
Ce qui ne change de toute façon pas ma perception de Return of Bruce Wayne, qui est la suivante : voilà toute une mini-série destinée à réparer le patacaisse éditorial. Alors je suis bien conscient que ce n’est pas ça (quoique, Morrison disait qu’il avait prévu de finir son histoire bien plus tôt, et je me demande dans quelle mesure les prolongations n’ont pas eu une répercussions sur sa gestion de Final Crisis : si ça se trouve, il voulait en faire deux histoires bien distinctes), mais entre les changements de titres et de supports sur lesquels Morrison raconte son histoire, les épisodes d’explications tardives et la véritable chasse au dahu qu’est devenue la lecture, ça sent un peu la panique éditoriale. Qu’il balance plus d’idées que n’importe qui (à part Alan Moore ?), je veux bien, c’est un fait (à condition toutefois d’oublier qu’en général, ce sont des idées qu’il répète, aussi…), mais quand la forme elle-même vient compliquer une lecture déjà pas simple, avec pour seul résultat de ramener le statu quo (ah ouais, non, pardon : Bruce a des visions de l’avenir, ouah, super…), j’avoue que je range tout ça dans la catégorie remplissage.

Je crois que je serai irrémédiablement fâché avec les amateurs de Morrison. Il y aura toujours un récit quelque part qui me placera à l’opposé de leur avis. Là, c’est son Batman (et encore, pas tout : moi, j’aime beaucoup le début). Rajoute à ça qu’en général, je n’aime pas tellement Batman, que c’est un personnage qui m’emmerde assez, et tu comprendras que je n’ai pas une folle envie de relire cette période. Ou alors, comme je disais plus haut, dans dix ans.

Jim


(Le Doc) #766

grant-morrison-presente-batman-integrale-tome-1

Grant morrison présente batman integrale tome 1

Batman a déjà affronté Talia Al Ghul et son empire du crime à plusieurs reprises, mais leur lutte prend un tour bien plus personnel lorsqu’elle présente au héros le fils issu de leur union : Damian !
Malgré son jeune âge, il est déjà un assassin de renom et Tim Drake, alias Robin, ne tarde pas à en faire les frais ! Pour Batman, c’est le début d’une épopée qui va l’amener à revisiter toute son histoire et redécouvrir des alliés comme des ennemis passés.

Public : 6+
Collection : DC Signatures
Date de sortie : 06 avril 2018
Pagination : 552 pages
EAN : 9791026814610
Contenu vo : Batman #655-658 + 663-669 + 672-681, pages from 52 #30 & 47 & DCU #0
Prix : 28 EUR


(Photonik) #767

Donc si je comprends bien, Urban baisse ses prix quand Panini augmente les siens ? :yum:

550 pages pour 28 euros, c’est quand même un prix sacrément compétitif…


(bookman-junior) #768

Est ce qu’on sait si le tome 0 sera inclus dans ces intégrales ou il restera indépendant ?


(soyouz) #769

Nom de Zeus … mais Batman, c’est pas un homme-chauve-souris, c’est homme-vache-à-lait !


(Jim Lainé) #770

C’est le truc qui se vend le mieux. Alors quand c’est épuisé, on réédite. Ça me semble normal.
Bon, je trouve dommage que les aventures d’un milliardaire parano fassent plus de ventes que celles d’un journaliste souriant et optimiste, mais ça, c’est une autre histoire.

Jim


(Le Doc) #771

Pour le moment, ce n’est pas précisé…


(Le Doc) #772

grant-morrison-presente-batman-integrale-tome-2

Grant morrison présente batman integrale tome 2
Bruce Wayne est mort !
Gotham ne peut rester sans protection et c’est à Dick Grayson et Damian Wayne de reprendre le flambeau sous les masques de Batman et Robin ! Leur baptême du feu ne se fera pas sans heurts et ils devront bien vite affronter les menaces du Professeur Pyg, du Red Hood et d’un Bruce Wayne zombie !
INFOS
SCÉNARISTE : MORRISON GRANT - DESSINATEURS : DANIEL TONY, QUITELY FRANK, STEWART CAMERON, COLLECTIF, WILLIAMS III JH, KUBERT ANDY
Public : 12+
Collection : DC Signatures
Date de sortie : 17 août 2018
Pagination : 568 pages
EAN : 9791026815266
Contenu vo : Batman #682-683, #700-702, Batman And Robin #1-15
Prix : 28 EUR


(Le Doc) #773

grant-morrison-presente-batman-integrale-tome-3

Grant morrison présente batman integrale tome 3

Bruce Wayne a été envoyé à l’aube de l’humanité par le tyran Darkseid.

Amnésique, il va devoir user de toutes ses ressources pour retrouver son chemin dans le temps, se projetant à chaque fois plus en avant dans les époques, pourchassé par un monstre créé par Darkseid.

INFOS

SCÉNARISTE : MORRISON GRANT - DESSINATEURS : COLLECTIF, FINCH DAVID, JANSON KLAUS
  • Public : 12+
  • Collection : DC Signatures
  • Date de sortie : 05 octobre 2018
  • Pagination : 592 pages
  • EAN : 9791026815365
  • Contenu vo : The Return of Bruce Wayne #1-6, Batman and Robin #16, Batman: The Return #1, Legends of the Dark Knight #6-10, Batman: The Black Casebook, Dark Knight, Dark City (Batman #452-454)