GUEULES NOIRES (Mathieu Turi)

1956, dans le nord de la France. Une bande de mineurs de fond se voit obligée de conduire un professeur faire des prélèvements à mille mètres sous terre. Après un éboulement qui les empêche de remonter, ils découvrent une crypte d’un autre temps, et réveillent sans le savoir quelque chose qui aurait dû rester endormi…

Horreur
Long métrage français
Ecrit et réalisé par Mathieu Turi
Avec Amir El Kacem, Samuel le Bihan, Thomas Solivares, Jean-Hughes Anglade, Philippe Torreton…
Année de production : 2023
Sortie prévue le 29 novembre 2023

Dis donc !

Tiens tiens, un film de genre, en France ?

Jim

Parait qu’il y en a qui ont même eu la palme d’or

Tu parles d’Anatomie d’une chute ?

Jim

Non de Titane de Julie Ducourneau

Pas mon délire mais c’est du film fantastique. Je te trouve un poil injuste en fait parce que du film de genre en France on en a. Là on va faire l’avant-première de Acide le long-métrage de Just Philippot (adapté de son court) qui est un film fantastique et c’est son deuxième après La Nuée. Sur les dernières années j’en ai vu des films français de genres : L’heure de la sortie, Rebelles, Yves, Seules les bêtes, Nos héros sont morts ce soir (bon c’est plus vieux mais je kiffe Ménochet), Notre-Dame Brûle, Kung-Fu Zohra, As Bestas (je triche c’est une co-prod, réal espagnol et acteurs français), Jacky Caillou (c’est de la merde, fuyez), Coupez etc.

J’en oublie, je compte pas ce que je n’ai pas vu.

Je pense qu’on a des films de genre en France et que beaucoup passe sous les radars à cause d’un prisme ou filtre qui fausse le truc. Filtre à la fois de la part des créateurs et de la production qui ne revendique pas assez l’appartenance de leurs films à ces genres, de la critique (forcément) mais aussi du public qui ne s’y intéresse guère à cause de cette promo mais aussi parce que "c’est français donc c’est nul/chiant/etc.)

Et pourtant cette année l’un des plus succès français c’est Les Trois Mousquetaires. Il y a du mieux à faire, il y a eu des faux départs, il y a des trucs qui se préparent en coulisses sur la productions et la mise en avant de ces films c’est sur.

Mais quand même, il y a des films

1 « J'aime »


Suis le seul chez qui ça a flashé ?

Faut croire…mais j’avoue que je connais mieux les films de Paul W.S. Anderson que ceux de Paul T. Anderson…^^

1 « J'aime »

Bon bennnnn c’était moyen/pas glop

C’est à dire que ca commence pas mal du tout mais ca de délite au fur et à mesure pour devenir franchement médiocre et quelconque à la fin.

Le « ça commence bien » c’est une bonne ouverture qui sait gérer son effet, l’arrivée du jeune recrue marocaine permettant d’avoir d’une part un aperçu des conditions de recrutement par les grandes compagnies françaises et d’autres part d’avoir un référent pour le spectateur afin de découvrir le lieu et le métier. C’est aussi de beau décors, une bonne utilisation des lumières, une histoire efficace au départ et la constitution d’un groupe composé d’archétypes classiques permettant au tout de résonner positivement à mes oreilles.

Mais le « c’est totalement ripou » c’est avant l’interprétation des comédiens qui sombre peu à peu dans le mauvais (symboliquement quand ils atteignent les niveaux où se trouve la menace). Comme si les acteurs savaient comment interpréter un mineur dans un drame mais se trouvait complétement à la ramasse pour bien jouer la peur face à une menace inconnu dans le cadre d’un film d’horreur. Comme si il manquait cette expérience de jeu dans la profession. Je passe sur Anglade totalement invisible pour aller directement au winner : Le Bihan. Bon lui ca va plus loin que les autres, le mec ne sait pas jouer dès le début. Il fait à peine illusion le temps de deux ou trois scène avec un maximum de dialogues d’une ou deux phrases mais le reste du temps c’est la misère. Il a pourtant une belle gueule de l’emploi mais on aurait du en faire un personnage muet ou mutique pour notre propre bien. En plus quand tu vois le personnage de mineur de la première scène tu te dis qu’il y a une erreur de casting.

Et de ce gros défaut va découler le reste : une histoire qui se délite tout en complexifiant, à tort, la nature de la menace. Cette dernière est mal gérée visuellement et à la limite du ridicule. On verse dans des clichés à foison qui auraient juste gagné à être mieux nourri par le contexte du film pour fonctionner et enfin un final qui retombe comme un soufflet dès lors qu’on joue pour sa survie.

Ca se présentait bien, ca se fini bien mal.

1 « J'aime »