Happy town

Surnommée « Happy Town » en raison de sa douceur de vivre, la petite ville d’Haplin, dans le Minnesota est bouleversée lorsqu’un nouveau crime se produit : un homme, Jerry Friddle, est tué sauvagement dans une cabane. Sept ans plus tôt, une série d’enlèvements non élucidés avait été attribuée à un mystérieux individu surnommé « The Magic Man ». Certains pensent qu’il est de retour…

Les six premiers épisodes de “Happy Town” ont été diffusés sur la chaîne ABC entre avril et juin 2010 (et à compter de janvier 2011 sur Canal + en France). Les deux derniers épisodes de l’unique saison ont été diffusés ultérieurement en ligne.

[quote]CREATEURS

Joss Appelbaum, Andre Nemec et Scott Rosenberg

DISTRIBUTION

Geoff Stults, Lauren German, Sam Neill…

INFOS

Série américaine
Année de production : 2009
Genre : drame, policier
Format : 8 x 42 mn[/quote]

Je pense qu’il y a quelques fins connaisseurs “sériephiles” (rien de dégueulasse, je vous rassure) par ici qui doivent connaître ce show à la réputation plutôt flatteuse. Moi non, mais dans ma recherche un peu aléatoire de vieux trucs à me mettre sous la dent, le titre s’est mis à me faire de l’oeil, avec ses faux-airs "twin peaks"iens. Le parallèle va jusqu’aux fins ouvertes (du moins avant que la saison 3 de “Twin Peaks” ne soit annoncée, bien sûr), ce qui me dérange pas vraiment perso.
Quelqu’un a vu ça ? Je reviens en dire un mot quand ce sera fait de mon côté…

Oui, et c’était très prometteur, si effectivement ça louchait pas mal vers la série de Lynch, c’était moins jusqu’au boutiste, c’est clairement dommage que les ricains soient si frileux/stupides et préfèrent faire 11 saisons d’un Supernatural ou d’un greýs anatomy plutôt que de laisser finir une seule de Happy Town.

Oui, je me souviens que tu avais fait mention de la série sur un autre thread et que tu avais bien aimé…

J’ai maté les deux premiers épisodes et j’ai mordu. Je suis très friand de ces ambiances cheloues, sans compter que les persos ont cette petite touche excentrique (même si c’est pas “Twin Peaks” non plus) qui fait la différence, notamment le perso un peu trouble interprété par l’excellent Sam Neill, tombeur de ces (vieilles) dames et cinéphile érudit.
Autre élément qui le fait bien, ça trace pas mal : deux des “mystères” principaux posés dans le premier épisode (qu’y a-t-il à l’étage de la résidence ? qui a zigouillé l’idiot du village ?) sont très vite résolus pour avancer et rebondir sur autre chose.

J’avoue que ce qui me parle le plus c’est cette touche “païenne” (pour le dire vite) que je sens venir, à la “The Wicker Man” de Robin Hardy toutes proportions gardées : la “fête du dégel” de “Happy Town” ressemble à une version moderne de certains rites célébrant le retour du printemps ou l’alternance des saisons au sens large ; quant au petit groupe de vieilles rombières (les veuves), on dirait une congrégation de sorcières.

Ambiance conspirationniste au possible, j’adhère. Si ça continue sur cette lancée, je sens que je vais me régaler avec les six épisodes restants, série achevée ou pas…

Et à l’issue de la saison, je dois dire que j’ai beaucoup aimé. Vraiment dommage que cette série n’ait pas rencontré le succès requis pour survivre dans le monde impitoyable de la fiction télévisuelle…

Néanmoins, cette déception demande à être tempérée à la vision du dernier épisode : beaucoup de choses sont réglées à l’issue de celui-ci. Déjà (et c’est évidemment beaucoup), l’identité du mystérieux et flippant Magic Man est révélée à la toute fin :

contre toutes attentes, le Magic Man est en fait une femme, et pas n’importe qui : Alice, la mère du héros, présumée morte depuis des années. Un twist ultérieur aurait pu infirmer cette piste, mais la conclusion de la saison est quand même assez claire. Un final réellement étonnant, qui fonctionne à mort, sans compter que les auteurs densifient cette révélation en y adjoignant deux infos cruciales : le père de Tommy était au courant, et on a la confirmation que les victimes sont toujours en vie.

Un final généreux, donc, qui fait son petit effet. D’autres “mystères” sont levés, comme la nature trouble de Merritt Greaves (Sam Neill qui se marre à cabotiner juste ce qu’il faut) et son lien avec le principal suspect Dan Farmer, vrai / faux agent du FBI.
En fait, on pourrait bien considérer que ce “season finale” est un modèle du genre, avec cette avalanche de révélations gratifiantes pour le fan attentif (car la série, très pointue, se regarde facilement deux fois à mon sens : il y a beaucoup à y voir, sans que ce soit explicitement souligné…), mais aussi de nombreux points, souvent passionnants, à traiter ultérieurement (comme le rôle du perso interprété par Lauren German, “l’héroïne” bien rencardée sur bien des sujets). Hélas, dans le cas qui nous occupe, d’ultérieurement il n’y aura point.

Si le final (au chouette titre : “Blame it on Rio Bravo”, sachant que l’épisode est un huis-clos qui rappelle “Assaut” de John Carpenter, en moins atmosphérique et abstrait) est super, c’est la qualité globale de tout le show qu’il faut saluer. Vraiment un chouette “Twin Peaks”-like, l’aura mythique en moins certes, mais le rapprochement se tient à mon sens : le côté “no one is innocent” des intrigues, la nature double de la plupart des protagonistes, le côté bourgade rurale qui se rêve plus propre qu’elle ne l’est, la famille de riches dégénérée, les bad boys un brin caricaturaux du coin, un meurtrier mystérieux au centre… Bref un paquet de points communs en fait. Avec même des contrepieds intéressants par rapport au “modèle”, l’agent du FBI ici étant le complet opposé du lumineux agent spécial Dale Cooper de “Twin Peaks” (le plus beau personnage de fiction du monde, mais je suis assez peu raisonnable sur la question…).

Une sacrée référence, écrasante, mais elle est assumée et honorée ici. Une excellente série, dont l’annulation n’entame en rien le pouvoir de cette unique saison, mais donne certainement à réfléchir sur la façon dont un monstrueux potentiel créatif peut être tué dans l’oeuf par des considérations bassement pécuniaires.
Oui, je sais, je suis un grand naïf. :wink: