HATFIELDS & McCOYS (History Channel)

Lors du prochain Memorial Day (le 28 mai 2012) , la chaîne américaine History diffusera une mini-série en 3 épisodes retraçant un conflit devenu légendaire aux USA, celui qui a opposé les familles Hatfield et McCoy après la Guerre Civile.

http://img708.imageshack.us/img708/3500/intensehatfieldsandmcco.jpg

[quote]CREATEUR

Ted Mann

REALISATEUR

Kevin Reynolds

DISTRIBUTION

Kevin Costner, Bill Paxton, Tom Berenger, Jena Malone, Powers Boothe, Lindsay Pulsipher…

INFOS

Série américaine
Genre : Historique/western
Format : 3x90 mn

SYNOPSIS

Deux vétérans , Anse Hatfield et Randall McCoy retournent dans leurs villes natales de Virginie Occidentale pour l’un et du Kentucky pour l’autre. Mais bientôt la tension monte et une bataille éclate entre les deux familles. Les amis, les voisins et des forces extérieures se joignent au combat, amenant les 2 états vers une nouvelle Guerre Civile… [/quote]

Ah ouais, y avait un sujet sur l’ancien SP.
À surveiller. Surtout avec ce méga casting.

Jim

Nouvelle bande-annonce :

Interview de Kevin Costner :

collider.com/kevin-costner-hatfields-and-mccoys-interview/166914/

Bon, j’ai récupéré ça, va falloir que je me le regarde…

Jim

Canal + a acquis les droits de diffusion de la mini-série Hatfields & McCoys.
La diffusion est prévue dans le courant de l’année 2013 ([size=85]et personnellement, j’espère que ça sera en début d’année[/size]).

[quote=“Le Doc”]Canal + a acquis les droits de diffusion de la mini-série Hatfields & McCoys.
La diffusion est prévue dans le courant de l’année 2013 ([size=85]et personnellement, j’espère que ça sera en début d’année[/size]).[/quote]

Ce qui veut dire un an plus tard, maxi, sur D8, genre…

Jim

Bon, je me regarde ça. C’est pas mal. C’est musclé, avec un rythme intéressant, faussement lent, faussement traînant, propice à des accélérations et des accès de violence qui sont d’autant plus percutants qu’on est sur une apparente indolence poisseuse.
Y a aussi une volonté de déglamoriser le western. L’introduction, sur la Sécession, est assez frappante dans ce sens : c’est sale, dépenaillé, triste, désespéré. Les séquences des premières années de l’après-guerre, avec tous ces vétérans en haillons, sont assez saisissantes.
Cette petite touche de réalisme donne de vraies bonnes trouvailles visuelles et narratives. Le nuage de fumée du fusil qui tire, qui arrive avant le son de la balle (truc utilisé deux fois dans le deuxième épisode) est formidable, par exemple.
Le casting est impeccable, les personnages évoluent bien, on évite les situations enlisantes (le deuxième épisode évite avec élégance la structure Roméo & Juliette, par exemple).
Et Kevin Reynolds est super sobre. Il évite également un écueil dans lequel il était tombé dans Waterworld ou Robin des Bois, à savoir de ridiculiser ses méchants. Comme là, il n’a pas de réel méchant (mais deux brochettes de connards), il ne tombe pas dans ce manichéisme.
Bref, pas mal.

Jim