HAWKEYE #1-22 (Matt Fraction / Aja, Pulido, Lieber)

moi je suis tres content de l annoce de ce titre j ai adore l equipe sur iron fist (perso que je n aimais pas du tout avant) et la clint est un de mes persos prefere ainsi que kate bishop j ai completement confiance en fraction

Faire des mini-intrigues, ça permet d’annuler le titre rapidement, d’offrir de constants points d’entrée aux lecteurs (Jim devrait aimer :slight_smile:) et c’est un véritable défi scénaristique à l’heure de la décompression. Bon courage.

Bah, des tas de gens savent le faire, Ellis, Slott, Gage, même Abnett & Lanning… Donc je ne me fais pas trop de souci…
Et ouais, je préfère une approche comme ça, ça envoie plein d’idées très vite, ça perd pas de temps, et si la série s’arrête, on n’a pas trop de trucs irrésolus.

Jim

Oui, eux savent le faire, mais Fraction ?
Il m’a malheureusement récemment convaincu qu’il ne sait écrire que des intrigues très longues et très frustrantes.

[quote=“Ben Wawe”]Oui, eux savent le faire, mais Fraction ?
Il m’a malheureusement récemment convaincu qu’il ne sait écrire que des intrigues très longues et très frustrantes.[/quote]

je te conseille son épisode one-shot avec le lcub X qui part dans le passé, certains des .1 sur IM sont bien aussi et efficaces. :wink:

Pour rester dans le sujet, moi je conseillerais aussi le one shot Young Avengers dessiné par Alan Davis avec, o surprise, Kate Bishop et Clint Barton.

Oui, le truc avec le X-Club était parfait. Le .1 de Iron Man, j’en ai lu un, j’ai trouvé ça lourd et mal fichu, avec une vision de l’alcoolisme de Tony Stark qui ne me plaît pas, et qui a été malheureusement reprise dans Fear Itself.
Après, en bon one-shot, l’épisode d’Iron Man avec Spider-Man, le #7 je crois, était très bon.

[quote=“Ben Wawe”]Oui, eux savent le faire, mais Fraction ?
Il m’a malheureusement récemment convaincu qu’il ne sait écrire que des intrigues très longues et très frustrantes.[/quote]

Ses one-shots consacrés à Thor (compilés dans le TPB Thor : Ages of Thunder) étaient bons (même si on pourrait les considérer comme formant une mini-série en trois numéros, accompagnée d’un épilogue).

[quote=“Ben Wawe”] Le .1 de Iron Man, j’en ai lu un, j’ai trouvé ça lourd et mal fichu, avec **une vision de l’alcoolisme de Tony Stark **qui ne me plaît pas, et qui a été malheureusement reprise dans Fear Itself.
[/quote]

Tu pourrais développer stp?

@ Tony Smart : en effet, ils étaient même excellents ! Je suis d’ailleurs frustré et déçu qu’il ait voulu une autre orientation pour sa prise en main de la série éponyme. Je n’espérais pas un tel traitement, aussi cru et sauvage, mais je n’adhère vraiment pas aux idées de Fraction sur Thor.
Déjà, je ne suis pas fan de l’aspect cosmique d’Asgard, que je trouve très casse-gueule et particulièrement mal développé ici. Je trouve que Fraction s’embourbe avec Ygrdrasill et rend une copie brouillonne et lourde sur l’univers et ses règles. Le pire étant, pour moi, le nouveau héraut de Galactus… totalement stupide.
De plus, je n’adhère vraiment pas à la version d’Odin par Fraction : un vieux con arrogant et sûr de lui vraiment insupportable et vraiment trop loin des anciennes versions. La seule vraie bonne idée de l’auteur, c’est Kid Loki, magnifiquement utilisé par Giffen dans JiM.

@ n.nemo : je t’avoue que je ne peux pas cibler directement ce qui m’a posé souci, mais c’est surtout un goût, une ambiance, un sentiment qui m’ennuient sur la vision qu’a Fraction de l’alcoolisme de Stark. Je me souviens d’un .1 où Stark témoigne à une réunion des A.A. et je n’ai pas aimé le discours adopté, emprunt d’une certaine arrogance, d’une frime trop forte et lourde. J’ai trouvé Fraction très peu inspiré là-dessus, en traitant, à mon avis, par-dessus la jambe l’alcoolisme de Stark et en faisant du personnage quelqu’un étant passé au-delà de ce problème.
J’ai retrouvé ça dans Fear Itself, où Stark fait un sacrifice pour invoquer Odin : il boit. D’une, je ne vois pas en quoi le dieu des dieux nordiques en a quelque chose à faire ; de deux, je ne vois pas une invocation comme une obligation pour l’invoqué ; et de trois, je trouve ça complètement mal fait et stupide. L’alcoolisme de Stark a été magnifiquement créé puis entretenu, sa remontée a été sublime, son combat depuis est très fort et a une valeur de symbole. Revenir dessus ainsi, je trouve ça stupide et bête. Autant construire une histoire plus digne et plus intelligente qu’un bête retournement de situation au milieu d’un event.

Ca m’intéressait d’avoir ton avis dessus parce que si j’aime bien ce .1 au niveau de sa construction j’apprécie fort peu l’approche de l’alcoolisme façon alcoolique anonyme, avec leur volonté forçonné de réduire les gens à leur pathologie qui est tellement pauvre et mortifère, très narcissique en fait. Une sorte d’arrogance de sa petite différence. Je ne sais pas si tu visais ça mais je fais volontier mien tes mots c’est une thérapie que je trouve “emprunt d’une certaine arrogance, d’une frime trop forte et lourde”.

Ouais, c’est un peu ça. L’idée d’utiliser une réunion pour raconter l’histoire de Tony est bonne, mais le discours était pompeux et arrogant : “moi je”, “moi je”, “moi je”, “moi j’ai fauté mais ça va mieux”, “donc moi je”.
Je n’ai pas lu, pas ressenti en tout cas une blessure encore ouverte chez Stark, alors qu’à mon avis, Tony Stark doit/devrait encore se sentir honteux, responsable et “bouffé” par cette tache dans son existence et dans sa carrière. Pour quelqu’un d’aussi perfectionniste, d’aussi extrême que lui dans son envie de forger le futur, le fait d’avoir été vaincu par soi et par l’alcoolisme doit/devrait être une blessure qui a certes cicatrisé mais qui est encore fraîche.

Ca n’est pas apparu dans cet épisode et ça m’a gêné. J’ai eu l’impression de lire un discours de quelqu’un qui avoue avoir eu un souci, mais l’a dépassé et depuis tout va bien, tout est redevenu comme avant ; je crois même qu’il drague une nana et a son numéro à la fin.
C’est très éloigné de ma vision d’Iron Man, un homme à la base volage, arrogant, irrespectueux et m’en foutiste qui se rend compte de sa propre fragilité, de sa propre vulnérabilité et qui se prend au jeu de l’héroïsme pour finalement faire siennes des idées d’honneur et de responsabilités qu’ont les gens vis-à-vis d’autrui (je pense que ça tient une grande part dans la psychologie du personnage : il est un génie, il a le pouvoir, DONC il doit agir).

Après, que ça soit à cause d’une mauvaise idée de Fraction ou du système même des A.A., je n’en sais rien et je ne m’avancerai pas sur ce terrain.

Je crois que dans l’esprit du scénariste le fait qu’il drague une nenette à la fin est le signe de cette blessure non cicatrisée dont tu parles.

Bientôt on va nous faire tony stark sex addict en réunion avec Johnny Storm et Matt, on appellera ça le numéro “.x”.

Mouaif, je comprends l’idée générale, ce besoin de se rassurer en draguant pour se prouver qu’il va bien, mais j’ai trouvé ça mal fait. J’aurais plus aimé voir Tony essayer de draguer, galérer étonnamment et lâcher prise pour simplement discuter de son problème et de sa vie avec cette femme, pour qu’elle fasse de même : pas de relation de séduction, mais juste deux malades qui essayent de s’entraider en évoquant leurs situations personnelles.

Je n’ai pas lu le numéro en question, donc je ne sais pas exactement comment c’est traité, mais il y a aussi le fait qu’un alcoolique ne doit plus jamais boire d’alcool ; il ne peut pas se dire “Désormais, je vais me maîtriser et me contenter d’un verre par jour.”. S’il reprend ne serait-ce qu’un verre, il risque de se retrouver au fond du caniveau en raison de sa dépendance.

Ca c’est la version aa de l’alcoolisme avec pour seul remède l’abstinence totale et l’identification à sa patho : “bonjour moi alcoolique” comme d’autre dise “bonjour moi victime”.

La victimologie, on en a un exemple dans la vengeur academy avec tigra qui comme premier pas vers la “guerison” se doit de déclarer qu’elle est traumatisée et qu’elle a besoin d’aide, à la télé en plus comme ça tout le monde le sait bien qu’elle est une victime. Meme principe que les AA.
D’ailleurs au terme de l’épisode, je n’ai pas su dire si le fait qu’elle regarde en boucle le hood se faire castagner, vient souligner le fait que le chemin vers la rédemption est difficile, ce qui serait le comble du ridicule, ou si c’est au contraire une manière pour le scénariste de critiquer l’hypocrisie intrinsèque de ces pseudo thérapies, ce qui serait à porter au crédit de la thèse de Jim comme quoi cette série aurait un sous texte subversif.

[quote=“Tony Smart”]

Je n’ai pas lu le numéro en question, donc je ne sais pas exactement comment c’est traité, mais il y a aussi le fait qu’un alcoolique ne doit plus jamais boire d’alcool ; il ne peut pas se dire “Désormais, je vais me maîtriser et me contenter d’un verre par jour.”. S’il reprend ne serait-ce qu’un verre, il risque de se retrouver au fond du caniveau en raison de sa dépendance.[/quote]

C’est vrai, et c’est dommage de briser ce voeu dans un crossover pourri, dans un bête retournement de situation et surtout dans un “sacrifice” à un dieu. Franchement, que Stark boive, Odin s’en fout, non ?

[quote=“Ben Wawe”]
C’est vrai, et c’est dommage de briser ce voeu dans un crossover pourri, dans un bête retournement de situation et surtout dans un “sacrifice” à un dieu. Franchement, que Stark boive, Odin s’en fout, non ?[/quote]

J’ai pas lu l’épisode en question, mais à ce que j’ai compris il s’agit d’un sacrifice à Odin qui n’a de valeur que par ce qu’il coute à celui qui fait le sacrifice. Dans cette optique présenter l’ abstinence de tony comme ce à quoi il tient le plus, ça a du sens non?

Eh bien, je croyais que l’abstinence était indispensable en raison, d’une part, de la dépendance (le cerveau se retrouve en état de manque et en exige toujours plus pour être satisfait), et, d’autre part, des dégâts corporels potentiels provoqués par la consommation excessive d’alcool antérieure (continuer pourrait se révéler mortel). C’est vrai que ce second point n’est pas vraiment pertinent concernant Iron Man, puisque ses organes ont été recréés/améliorés par l’Extremis.

Quant au “Bonjour, moi, alcoolique”, je pensais que c’était pour obliger la personne à reconnaître qu’elle est alcoolique et à l’afficher publiquement (les gens dépendants auraient tendance à minimiser leur pathologie - “J’ai un problème de boisson…” - et à la cacher).

Pour les dégâts physiques genre cirrhose, c’est pas tous les alcooliques tout de même.

C’est bien ça leur idée. Très américain quoi, avec contrition publique etc.

Il n’y a pas qu’un type d’alcoolisme ni qu’un type d’alcoolique et donc pas de solution unique selon moi à ce type d’addiction. L’abstinence continuelle est loin d’être fondamentale pour tous, même si des moments d’interruption sont parfois nécessaire.