Hayate the Combat Butler - Manga

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Content que ça t’ait plut.
Personnellement j’était parti, un peu comme toi, avec un à priori. D’autant plus que les manga de type harem ne sont vraiment pas ma tasse de thé.
Mais on remarque vite qu’on assiste là à une grosse parodie du style. ( Car le harem, n’a rien de glorieux pour ce pauvre Hayate, contrairement à bon nombre de manga où les filles rivalisent de taille de poitrine gigantesque et son prête à se donner corps et âme au héros)

+1 (sans les fautes :-° )
pour pas me répéter.
Ivan, oui c’est un Harem, mais ça arrive plus tard (et d’une meilleure façon que dans ichigo 100% AMHA). :laughing:

Ha ben on verra, ça me plaira peut-être moins à ce moment-là. Pour le moment, on en est loin mais comme ça semble plus orienté parodie, ça me va. Comme je l’ai déjà dit, j’ai été agréablement surpris (d’autant que j’avais pris le titre en me disant que ça faisait longtemps que je n’avais pas descendu une nouveauté :mrgreen: )

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Dites, la traduction ne vous a gêné en rien ? Autant pour Kekkaishi, vous le signalez avec force (et raison !), autant ici, pas un mot… Alors qu’il s’agit sans aucun doute de la PIRE traduction qu’il m’ait été donné de lire en manga.

Rien n’a de sens, aucune phrase ne semble naturelle, le traducteur se permet même des contre-sens ! C’est impardonnable pour quelqu’un qui se prétend professionnel de rendre un travail avec autant d’erreurs. Ce n’est pas une question de style ou de goût, le problème se situe au niveau même de la compréhension de base. Exemples :

  • Lorsque Maria renverse Hayate dans le parc, elle lui demande si elle peut lui poser une question. Petit délire d’Hayate, et puis la question : "D’un autre côté, j’aimerais bien avoir une copine. Bon, elle est encore jeune, elle ne doit pas avoir plus de 13 ans. Tu ne l’aurais pas vue ?"
    Cette phrase n’a absolument aucun sens dans le contexte.
    Ce ne serait pas plutôt, “Je cherche une amie, une fille aux alentours de treize ans. Tu ne l’aurais pas vue ?” Ou quelque chose du genre ?

  • Lorsque Nagi est enlevée, elle demande dans la voiture : “J’ai un service à vous demander”. Puis elle enchaîne avec : “Ca pollue mon air”. Et le bandit lui réplique que ça l’arrangerait qu’elle cesse de respirer. C’est quoi le service qu’elle demande au final ? En fait, je n’ai absolument rien compris à ce passage de l’enlèvement, tant le texte est imprécis et incohérent.

Et c’est loin d’être des cas isolés (qui seraient déjà fort grave en soi), toute la traduction est comme ça !

Et ça me dégoûte d’autant plus que j’attendais ce titre avec une certaine impatience. Seulement, le texte est tellement mauvais que j’ai eu un mal fou à terminer le premier volume, et que j’ai juste feuilleté le second pour voir s’il s’agissait d’un événement isolé. Et bien non, le deuxième volume est aussi pourri par cette même traduction bancale !

J’encourage vivement à bien souligner ce problème auprès de Kana, afin qu’un remaniement en profondeur soit fait pour le tome 3. Sinon, pour ma part, je suivrai la série en anglais. C’est plus cher et je serai obligé de commander sur le net, mais c’est mille fois préférable que de voir un titre bien sympathique massacré de la sorte…

La différence entre ici et Kekkaishi c’est que pour Kekkaishi, on avait une base à laquelle comparer et que ça sautait aux yeux…mais il est vrai que ça saute aussi aux yeux à la lecture dans certains passages sans avoir besoin de base pour comparer, je te l’accorde… Je m’attendais tellement à toute autre chose avant de lire le titre que j’ai préféré souligner les points qui m’avaient plu et que tous ces passages qui m’avaient particulièrement gênés (en effet, on ne comprend parfois rien…) m’étaient sortis de la tête.

Il est vrai que ce ne sont pas des cas “isolés” dans le sens où cela se reproduit 3 ou 4 fois par tome (dans le second, je crois que les passages avec Sakuya sont parfois tout aussi incompréhensibles que ceux que tu cites) mais il y a tout de même suffisamment de passages “compréhensibles” pour apprécier la lecture. Même si cela gêne fortement au premier abord, je dois bien le reconnaitre…

On verra bien ce que donnera le tome 3. Une idée des autres titres traduits par le monsieur ? (vu que tu es un spécialiste du genre et peut-être futur traducteur ?) J’ai feuilleté un peu ma biblio et j’ai trouvé Muhyo et Roji où il ne s’en sort pas si mal mais il faut reconnaitre qu’Hayate est d’un genre complètement différent.

[quote=“ivan isaak”]
J’ai feuilleté un peu ma biblio et j’ai trouvé Muhyo et Roji où il ne s’en sort pas si mal mais il faut reconnaitre qu’Hayate est d’un genre complètement différent.[/quote]

Pour Muhyo et Roji, je me souviens avoir été un peu choquée par certaines phrases dans les premiers tomes. Je n’ai plus d’exemples en tête, mais j’avais trouvé ces situations complètement vides de sens. Sur le coup, je m’étais dit que c’était l’auteur qui déconnait, mais maintenant que vous en parlez, ça doit surtout venir du traducteur.

Concernant Hayate, je suis bien tentée par le titre après ta critique, mais je vais attendre un peu vu mes retards de lecture. Je craquerai si la qualité se confirme :slight_smile:

M’en souviens plus… ça remonte les premiers tomes de Muhyo. Faudrait que je note ce genre de trucs, j’oublie vite après (comme là quoi :laughing: ) Et faudrait aussi que je me fasse une petite liste des traducteurs pour voir… En tout cas, le titre reste quand même très drôle par moments, en espérant que la suite soit du même niveau (et qu’on comprenne tout sans avoir à trop réfléchir :mrgreen: )

Bah je m’en souviens surtout parce que ça avait beaucoup choqué Arkio et qu’on en avait parlé à ce moment là :laughing: Je me rappelle vaguement des engueulades entre Nana et Muhyo, et on ne comprenait pas toujours bien comment elles commençaient. Mais bon, ça reste très mineur et pas vraiment gênant ^^

La longueur du titre me fait quand même un peu peur… J’ai peur que ça s’essouffle rapidement et tombe entièrement dans du fan service… :angry:

J’attendrais donc que la série soit plus avancer pour me décider…

Ce n’est pas du tout du fan-service. Pas du tout du tout du tout…

Je comprends bien que si tu n’en attendais pas grand chose et que tu as été agréablement surpris, tu as pu passé outre pas mal de choses dans le texte. Mais j’attendais assez ce titre, parce que j’étais un peu “en manque” de titre comédie pure à la Gintama (de l’émotion et du rire sans fan-service) et que j’avais beaucoup apprécié les deux trois chapitres que j’avais lu en scans, notamment le graphisme et l’ambiance générale.

Mais comme tu l’as déduit, je suis un futur traducteur (demain, si tout va bien), et je bloque probablement bien plus sur certains détails que la moyenne. Genre les répétitions de “ça”, “c’est”, etc., c’est super moche je trouve dans une traduction, et ça donne l’impression que le passage a été traduit très littéralement. Même quand c’est compréhensible, je trouve que le tout est très peu naturel… Il y avait nettement moyen de simplifier les phrases pour un meilleur rendu, moins lourd. Et à la limite, ça m’ulcère…

D’après Amazon., il a travaillé sur Muhyo et Roji (dont la trad. s’était fait descendre sur mangavoraces je me souviens, ce qui m’avait découragé à débuter le titre), Prince of tennis, Docteur Koto, Détenu 042 et Eureka seven. Je n’ai lu dans la liste que les deux premiers tomes de détenu 042, et je ne garde pas une impression désastreuse de la trad., même si elle ne m’avait pas semblé d’un niveau terrible. Mais ce n’est donc pas un débutant, et je ne comprends pas comment on peut faire des fautes pareilles dans ce cas, et en si grand nombre. Surtout que soyons honnêtes, le titre est fait pour être lu par des ados de douze à seize ans, ce qui veut dire qu’il y a de nombreux hiragana pour faciliter la compréhension. Et même avec ça, il parvient à se tromper complètement…

Et je suis particulièrement virulent parce que je venais de terminer le tome 24 de Kekkaishi, et avait été très très déçu des changements opérés (“le casque noir”, ben voyons ! Sans parler du vouvoiement et du reste…), et que je me disais : “bon, pour faire passer la pilule, je vais enfin lire un titre qui va me faire un peu rire”. Et je ne suis pas parvenu à me détendre, vu que j’avais l’impression de corriger la copie d’un cancre de ma classe… La goutte d’eau qui a fait débordé le vase.

Avant de revendre, j’attends de voir si des changements ont été opérés dans le tome 3. Faute de quoi…
Mais même si j’aurais sans aucun doute adoré le titre, je ne peux pas passer outre un tel manque de professionnalisme et le cautionner. J’ai vraiment l’impression de me faire prendre pour un pigeon, limite, en tant que lecteur…

C’est vrai que personnellement, je n’attendais pas grand chose de ce titre, à part un peu de divertissement… Et je n’ai même pas eu le courage de lire le deuxième volume tellement tous ces petits passages incompréhensibles m’ont gâché mon plaisir… J’ai bien aimé l’histoire et les gags, mais les phrases qui s’enchaînent sans relation évidente ou celles qui ne veulent rien dire, ça va un peu…

C’est dommage, car ça enlève beaucoup au titre, du coup.

Tori.

Allez, je vais prendre mon courage à deux mains et je vais essayer de relire ces 2 premiers tomes en relevant les endroits où la trad est bancale pour faire un petit listing et voir si c’est aussi fréquent que vous le dites. Je me souviens de certains passages (notamment ceux cités par Sorrow ou dans le volume 2 une grande partie où je n’ai pas tout compris) mais je ne pense pas que cela soit le cas de tous les chapitres du manga, même si le fait que cela arrive trop régulièrement est forcément gênant voir énervant… J’essaie de faire un topo de chacun des 2 premiers tomes d’ici ce week-end ^^

Well, good luck with that…

J’ai tenté le coup afin d’envoyer un mail exhaustif et pas piqué des hannetons à Kana, et après dix pages de bouquin, j’avais une page de commentaire écrite à la main en tout petit, avec explications évidemment pourquoi ces passages m’ont gêné…

J’ai donc changé de tactique, et je vais pourrir le sujet Hayate sur le forum de Kana de temps en temps, en repérant les perles après une lecture au hasard… Je vais d’ailleurs leur faire savoir que normalement, Maria et Hayate appelle Nagi “Mademoiselle” (ojô-sama), pour montrer leur respect envers celle qui les emploie… Même ça, alors que c’est écrit en toute lettre en japonais, il n’est pas capable de le comprendre… Et qu’on ne vienne pas me dire non plus que c’est utile d’expliquer à un public français ce qu’est un kaméhaméha (ils avaient déjà fait le coup sur Gintama)…

J’ai trouvé des scans français d’Hayate, et je dois dire que c’est incomparable de clarté et de fun par rapport à la VF officielle, ça me désole.

Moi, ce sera nettement moins exhaustif et je ne noterai que les passages flous et/ou incompréhensibles que n’importe quel lecteur lambda pourra remarquer en étant un brin attentif. Par exemple, pour la manière dont Hayate ou Maria appellent Nagi, cela ne fera pas partie du listing, tout comme les répétitions de “ça” ou “c’est” comme tu le notes plus haut. Enfin, j’ai dit que j’allais essayer de le faire, je n’en ai pas fait la promesse (et les promesses n’engagent que ceux qui y croient :mrgreen: )

PS : pour le fait que tu seras peut-être bientôt traducteur, ce n’est pas une déduction. Il m’arrive d’aller ailleurs que sur MS et des Sorrow attentifs sur les trad, y en a pas des masses :mrgreen:

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Le début est assez difficile mais on sent bien le potentiel surtout sur les références mangas.
Je me fais pas trop de soucis, je suis sur que la série va trouver son rythme de croisière (sachant quelle marche bien au japon je ne prends pas trop de risque en disant ca :mrgreen: )

les références, c’est pas forcément ça qui va attirer le public (surtout si elles sont mal traduites :-° ) et pis le fait de dire que ça marche au japon, c’est un argument en carton.
Mais bon, comme pour le moment on reste à 2 mois d’écart, je prie pour que ça le reste jusqu’à la fin (enfin, jusqu’à que ce le japon soit rattrapé).