HEROES IN CRISIS #1-9 (Tom King / Clay Mann)

(Oncle Hermes) #102

Sur la première l’hypothèse (l’A.I. meurtrière et suicidaire) c’est effectivement une des idées que je suspecte fort aussi. Sur la seconde, en revanche (les morts seraient une simulation) ça m’est venu aussi à la lecture du dernier numéro, mais je n’y crois pas. Ne serait-ce que parce que le point de vue dépasse celui de l’intérieur du Sanctuaire, que ce soit dans le cadre de la série (quand la Trinité débarque, déjà) ou dans les répercutions dont d’autres séries ont pris acte (on ne l’a pas mentionné, mais le numéro tie-in de Green Lantern intégralement consacré à l’enterrement de Roy Harper était très bien, soit dit en passant).

(Ben Wawe) #103

Ou alors les morts ne le sont pas, mais ont été exfiltrés par l’IA, touchée par tant de drames, qui fait croire à leurs morts pour qu’ils puissent avoir des vies nouvelles, loin de leurs traumatismes.
Certains l’auraient voulu, d’autres non. Comme si l’IA avait organisé un réseau de “fuite”, mais qu’elle aurait pété un câble.

(Le Doc) #104

Heroes In Crisis #4

Wonder Woman versus…Booster Gold?! Diana finds out the hard way that Booster can be a formidable opponent when his back’s against the wall. Of course, being the prime suspect in a superhero massacre and exposing a secret trauma hospital for metahumans will do just that. Meanwhile, Batman and the Flash combine their detective skills to investigate what went awry at Sanctuary and uncover a serious glitch in the system—not to mention an explosive, spoiler-ific secret!

Written by: Tom King
Art by: Clay Mann, Tomeu Morey
Cover by: Trevor Hairsine
Variant cover by: Ryan Sook

U.S. Price:
3.99
On Sale Date:
Jan 2 2019

Source : www.dccomics.com

(nikohell) #105

#4 WW vs Booster Gold ? Faudra me dire où et quand ?
Batman & the Flash qui enquêtent … la préview livre la seule page où ils enquêtent tous les deux dans ce numéro …
C’est sympa de prendre ses lecteurs pour des cons …

Sérieusement elles me fatiguent ces minis interviews bouche-trous et je me demande vraiment ce qui est le plus important : le buzz d’un article à sensation et la résolution de multiples meurtres … Beaucoup de personnages dans ce récit et on se demande toujours à quoi servent les 3/4 … Heureusement que la sortie semaine permet de ne pas trop oublier ce qu’il se passe avant sinon ce serait terriblement pénible … là c’est juste soporifique vu qu’il ne se passe rien …

Tout le monde ne sait pas faire les interviews façon DnA dans GoG et ça se voit

(Ben Wawe) #106

Je ne lis pas les interviews, ni la promo’.
Du coup, ma lecture a été agréable. :slight_smile:

Tom King poursuit sa saga, et nourrit encore l’ensemble par plusieurs bonnes idées et bons moments. Les errances du début, et notamment le #1 qui donnait la sensation de n’être que l’ensemble de quelques scènes précédant le générique d’un film, ont disparu, pour laisser place à une intrigue dense, où d’autres pièces viennent s’assembler au puzzle, où les autres personnages viennent s’impliquer dans l’affaire.
Déjà, il était temps que l’événement aille au-delà de la Trinité, mais Tom King gère bien la chose. En dehors d’une page un peu putaclic sur Loïs Lane et une pose surprenante, le scénariste maîtrise bien ses personnages, et commence surtout à aller au-delà des victimes ou de leurs proches dans la gestion, à la fois des vidéos du Sanctuaire que des réactions.
Le passage sur Donna Troy est brillant, vraiment (Xavier Fournier disait dans sa review Comic Box que King devrait écrire les Titans, il n’a pas tort), et les réactions de Green Arrow & Black Canary mais surtout celle de Batgirl sonnent très justes.
A nouveau, l’auteur démontre sa maîtrise de la caractérisation, et les rebondissements interviennent (enfin, l’on pourrait dire ; mais j’ai apprécié la création d’une ambiance, d’une atmosphère dans les précédents). La création de camps est une bonne idée, l’ensemble se tient toujours, et cette fameuse ambiance perdure… ainsi que quelques bons mots des personnages. J’avoue que le retour du tandem Gold & Blue m’a beaucoup plu sur ce point.
Clay Mann assure, hormis cette fameuse page de Loïs, pas très jolie et finalement mal amenée ; comme si le dessinateur ne l’aimait pas, lui-même. M’enfin, il rend une copie très propre et jolie, et est pour beaucoup dans cette atmosphère étrange, mais si intéressante.

Quasiment à la moitié, Heroes in Crisis me convainc, mais m’intrigue encore.

(nikohell) #107

Je parle des interviews dans HIC pas à côté, et je trouve qu’elles sont surtout bouche-trous hormis quelques passages, ça reste du remplissage pour moi …
Pour moi, les 4 numéros sont sur le même plan … J’attends …

Après c’est joli oui.

(Ben Wawe) #108

Ha, je ne lis pas ça non plus ! :slight_smile:

(Hush2 0) #109

Pour intriguer, il faut un peu de miel. Et ce HiC en manque terriblement et lorsque je lis que la série a été étendue de 2-3 épisodes supplémentaires, je me demande encore pourquoi…

Ce manque de sel, de miel ou d’intérêt tout simplement coule le titre à mon goût. Petit à petit dans une sorte de Doomsday Clock. Finalement, on s’en tape de Heroes in Crisis…

C’est beau, ça parlotte, mais ZZZZzzzzZZZZZZZZZZZZzzzzzzzzzzzzz…

(nikohell) #110

Il en est où d’ailleurs ce Doomsday Clock, je sais même plus à quel numéro je me suis endormi :smiley:

(Hush2 0) #111

Bah mon intérêt a sériseusement repris depuis que j’ai vu la couverture du dixième épisode avec le gamin qui lit le fameux All-Star Comics #3 avec Doc Manhattan à la table de la JSA. Je crois que c’est le principal intérêt que je porte à la série, le retour de la JSA teasé depuis Rebirth.

Finalement, c’est cool à lire mais la publication aléatoire du titre est problématique. Metal a eu plus de conséquence sur la reconduite de la continuité que 8 épisodes de DC.

(Ben Wawe) #112

HiC a au moins deux avantages sur Doomsday Clock :

  1. l’ambition est bien moindre
  2. ça sort, au moins
(Blackiruah) #113

oO Mais ils en sont au 8 non ? J’ai acheté l’épisode juste à cause de la cover

(Hush2 0) #114

Mea culpa.

J’ai fini de lire Heroes in Crisis. Je pense que ma petite fille de 4 mois avait du faire un petit popo interrompant cette lecture.

Je ne retourne pas ma veste mais… Mais cet épisode sauve le rythme du début avec notamment une fin qui mettra à mal la Trinité à coup sûr. Ce principe n’est pas original mais il met en avant les seconds couteaux “plus plus” et le duo souligné par la Vague Bénite. Et ça, ça me plaît bien. :wink:

Faut juste que Tom King arrête d’introduire d’introduire et lance enfin ses personnages secondaires dans cette enquête. :wink: Ce qui semble le cas.

Je regrette toujours le rythme de la série, les quelques cases figées de Mann mais j’ai aussi pris plaisir à relire la révolte des “gilets jaunes” de DC. :wink:

(Le Doc) #115

Heroes In Crisis #5

written by Tom King
art by Clay Man, Tomeu Morey
cover by Trevor Hairsine
variant cover by Ryan Sook
The secrets of the DC Universe are hacked! Sanctuary wasn’t supposed to keep records, but now that the A.I. is compromised, superhero secrets are leaking all over the ’Net. Booster and Harley set aside their differences to focus on who they believe is the real killer (assuming one of them isn’t lying, that is). Meanwhile, Batman and the Flash continue to investigate the mysterious murderer. The answer can be found in Sanctuary…but is it safe to go digging in the crime scene?
ON SALE 01.30.19
$3.99 US | 5 of 9
32 PAGES | FC | RATED T+

Source : www.newsarama.com

(Oncle Hermes) #116

Après un #4 “de transition” en quelque sorte — mettant en place des choses nécessaires à l’avancée de l’intrigue (l’alliance Babs/Harley, les retrouvailles Booster/Ted, la publication par Lois), mais pas forcément le plus marquant en soi comparé aux précédents —, la série atteint un nouveau sommet avec ce #5. L’enquête et l’histoire progressent, les fils narratifs sont tissés et entremêlés avec maestria, les personnages sont bien écrits, le propos méta sur certains habitudes de l’industrie résonne (je pense en particulier à l’entretien avec Commander Steel), mais s’efface, avec une certaine justesse, devant celui, plus large, charrié par le grand discours de Superman, qui constitue le point d’orgue émotionnel du numéro, emporte, élève, et touche à l’estomac dans le même temps (d’autant qu’il est assez facile de se rendre compte que pour le coup King ne parle pas que de super-héros ici…).

Oh, et il a aussi l’obligeance de confirmer ma petite théorie émise en début de série, vraiment sympa ce King. icon_mrgreen

Spoiler

Le tout est absolument sublimé par un Clay Mann qui, s’il m’avait laissé un peu dubitatif sur le numéro précédent, signe ici des compositions fabuleuses — notamment dans de grandes pages dévolues à la gloire de héros plus ou moins “mineurs”. Là il y a quand même un certain nombre de cases et de planches qui vont me rester dans la rétine un moment, c’est sûr.

(Blackiruah) #117

Du génie cette planche

(nikohell) #118

Moi j’ai toujours l’impression que ça n’avance pas au niveau de l’histoire.
L’ambiance elle est plutôt sympa mais il ne se passe rien et l’avancée de l’enquête se résume tout de même en une phrase : Merci Détective Booster.
Après c’est aussi un ressenti personnel mais le discours de Sups m’a laissé de marbre tellement c’est toujours le même discours encore et encore …
Graphiquement, c’est quand même une “tuerie” ! Mais ça dilue vachement et les encarts d’interview sont là pour combler plus que pour faire avancer ou lancer de vraies/fausses pistes exploitables pour le lecteur

(Ben Wawe) #119

Je rejoins les retours positifs sur ce #5.
Même si l’intrigue n’avance pas réellement (quoique… mais nous allons y revenir), même si Tom King continue d’avoir une saga d’ambiance avec finalement peu de contenu “diversifié”, Heroes in Crisis continue de me plaire énormément.
Notamment parce que le scénariste tape juste, dans ses idées, et sonne juste, dans ses caractérisations.
Booster Gold tente d’enquêter avec Blue Beetle, Harley et Batgirl font de même, tandis que la trinité essaye de gérer le scandale ; voilà, c’est quasiment tout… mais c’est très bien réalisé, en fait. En effet, les encarts sur les enregistrements de Sanctuary demeurent très pertinents (avec toujours ce côté méta, bien vu et bien pensé ; mais, aussi, un respect immense de la continuité, ce qui est à noter pour ces personnages si secondaires), et l’avancée est lente mais puissante.
Oui, le point central demeure le discours de Superman - et le ressenti du lecteur à ce propos jouera beaucoup sur son appréciation du numéro. A titre personnel, j’ai été touché, et j’ai trouvé que les mots de King étaient les bons, dans la bouche de Superman ; une bonne réussite.
Mais, surtout, l’on ne peut vraiment dire que le numéro n’avance pas… car, au-delà de l’excellent travail réalisé sur les psychoses et traumatismes de Booster et Harley (qui me semble bien mieux écrite et comprise ici que depuis des années), il y a une révélation qui, à mon avis, est immense. Je pense de plus en plus que le “vilain” ou responsable est l’un des “disparus”, et je suis persuadé d’avoir ma réponse ; avec, notamment, confirmation que tout ceci n’est qu’un “coup” fomenté par ce personnage, selon ma théorie.
Nous verrons ce que ça donne, mais le numéro est fort agréable : le rythme est lent, oui, mais cela permet une caractérisation parfaite, et une émotion réelle chez et pour les personnages. Clay Mann, en outre, livre une prestation époustouflante et magnifique, qui colle complètement à cette atmosphère particulière.
Une réussite, mais je comprends qu’elle divise.

(Hush2 0) #120

Je veux ta théorie. Le numéro m’a beaucoup plu par le twist relevé par Booster. Là, ça me pique comme il le faut. Et je crois que tu as raison sur l’identité, c’est un mec “mort”.

Tu penses à Flash?

(Ben Wawe) #121

Oui.
Pour moi, Wally West, un temps mécano de mémoire, a soit modifié, soit collaboré avec les systèmes de Sanctuary, dont l’IA a peut-être déjà été “troublée” par la quantité de drames subie par les héros et patients. Héros et patients qui viennent, “déchargent” leurs traumatismes, mais y retournent… et reviennent, toujours plus cabossés.
Wally lui-même, à mon avis, n’a plus supporté l’absence de ses enfants et l’amnésie de sa femme. Il a été un héros depuis l’adolescence, il a tout vécu… il a tout perdu, à cause de ce job ; et il voit, autour de lui, tant d’autres qui subissent la même chose.
A mon avis, Wally et Sanctuary ont “organisé” des morts, et Wally a voulu “exfiltré” des héros traumatisés, en leur offrant une mort officielle, et en les réinstallant ailleurs ; comme le programme de protection des témoins.
Mais certains ont dû refuser ; Roy Harper, notamment, qui au-delà de tous ses troubles et drames, n’a jamais cessé de vouloir être un héros. J’imagine le ton qui monte entre eux deux, deux amis qui en viennent à se dire les pires choses, puis aux mains… et Roy meurt ; sûrement par accident (c’est le seul à avoir eu un vrai enterrement dans des tie-ins).
Wally se cache, ensuite, et organise sa propre mort ; mais il le fait dans l’urgence, et “finalisera” mal certains détails, comme le placement des corps (différent entre HiC #1 et 2) et les mémoires de Harley et Booster. A mon avis, Harley, Booster & Roy sont parmi les “derniers” à être arrivés dans Sanctuary, et les deux premiers ont dû être témoins de la dispute.
Wally aurait voulu “bien” faire, mais se sera perdu.