HEROES REBORN #1-7 (Jason Aaron / collectif)

Très brutal et fun - mais pas autant que je l’espérais.
Jason Aaron s’amuse avec Power Princess, qui tabasse salement All-God (un Man-Gog qui a dévoré Odin, Loki et les dieux d’Asgard) mais s’ennuie chez elle, dans la Statue de la Liberté. Elle utilise le Siège du Péril comme voie d’accès à des vins délicats, l’a arraché à la Darkchylde des Limbes grâce à une épée forgée dans la peau de Colossus (yeah). Elle a étranglé Jean Grey / Phénix, soumis Hulk de Planet Hulk, et anéantit tous ceux qui osaient la croiser.
L’exilée de l’île d’Utopia s’ennuie, mais découvre que le tonnerre gronde. Elle réanime un Hercule figé dans la pierre, pouvoir de ses soeurs qu’elle a utilisé contre la Géante Janet van Dyne ou encore Cheet… pardon, Tigra. Zarda se rend à Asgard, croise un Thor enfin sobre après une éternité alcoolisée, qui retrouve enfin Mjolnir même si Zarda utilise son épée invisible. Thor revient, Zarda ne peut le stopper dans sa fuite, et interroge le Squadron Supreme sur les mystérieux Avengers évoqués par le fuyard.
Bon, c’est cool mais ça ne va pas aussi loin que je le pensais. Jason Aaron fait des clins d’oeil funs, mais finalement peu nombreux, presque limités, presque « passage obligé ». C’est sympa’, sa Zarda est badass, elle rappelle bien et beaucoup celle de Straczynski dans Supreme Power, voire celle croisée dans l’univers Ultimate.
Erica D’Urso livre des planches jolies, fluides, avec une douceur qui se lie bien à la violence des combats, un peu gores. C’est cool, c’est bien… mais ça reste « sage » dans le scénario.
En parallèle, Ed McGuinness dessine clairement une Wonder Woman qui bat Gorr, devant une jeune Zarda et une plus âgée, clin d’oeil sympa’ alors que Thor est rejoint par Echo / Phénix. Sobre, mais ça mène doucement au final.

Un épisode un peu frustrant par son côté trop sage.

Hey, ça fait un paquet d’idées plutôt cools d’un coup d’un seul, ça.

Ah ça commence déjà à se fissurer :wink:

Oui, c’est cool ! Mais c’est « juste » évoqué en voix-off, ou via des panels attendus.
C’est sage.
Cool, mais sage.

Laisse-moi écrire écrire ma critique enthousiaste de Squadron Savage, toi.

HEROES REBORN #7 (OF 7)

  • JASON AARON (W) • AARON KUDER & ED MCGUINNESS (A)
  • Cover by LEINIL FRANCIS YU
  • Variant Cover by JEFFREY VEREGGE
  • VARIANT COVER BY Patrick GLEASON
  • TRADING CARD VARIANT BY MARK BAGLEY
  • ACTION FIGURE VARIANT COVER BY JOHN TYLER CHRISTOPHER
  • STORMBREAKERS VARIANT COVER BY IBAN COELLO
  • Together they ended the Kree/Skrull war, defeated Dr. Doom in his Secret War and even endured their own civil war between Hyperion and Nighthawk, but now the Squadron Supreme of America faces their greatest challenge yet: a mysterious new group of troublemakers called the Avengers.
  • 40 PGS./Rated T+ …$4.99

La sinister aussi qu on voit dans la série de Robinson

1 J'aime

Cool.
Jason Aaron et Aaron Kuder préparent le final de la saga Heroes Reborn avec ce #7, qui réunit le Squadron Supreme of America. Quelques flashbacks montrent leur équivalent de Civil War (Hyperion VS Nighthawk avec symbiote et l’Oeil d’Agamotto, pour affaiblir Hyperion), la création d’un Dark Squadron par The Goblin (avec Sentry, Moon Knight, Valkyrie, Nova et Ghost Runner), le sacrifice de la femme de Blur en enfer (femme qui est… Mary-Jane !) ou le combat contre l’Alpha Flight d’un Canada anéanti par le Squadron (et un Weapon-X aux griffes rendues magiques par Shaman qui tue Hyperion alors). Mais c’est bien l’enquête du Squadron après les événements qu’ils ont croisés dans leurs numéros spéciaux qui l’emporte, et ça se passe bien.
Le Squadron remonte la piste jusqu’à la légende du Wakanda, qu’ils retrouvent mais… les Avengers sont là pour les attendre. En parallèle, le Président Coulson prend acte des événements, échange avec son chien qui est en fait Mephisto, puis tue son Vice-président Thunderbolt Ross et son Secrétaire de la Presse Jameson pour faire passer ça pour une attaque du Wakanda. Coulson décide surtout d’agir, de revenir sur la survie des Avengers, avec le Pandemonium Cube… un cube cosmique démoniaque !
C’est cool et habile. Jason Aaron réunit ses pistes, synthétise l’approche, caractérise bien ses personnages : Hyperion est un monolithe qui ne sait pas gérer ses émotions, Nighthawk est un maître du contrôle brutal, Power Princess est une dominatrice, Blur est un p’tit crétin et Dr Spectrum est un patriote dément.
Ca fonctionne bien, ça se lit bien. C’est un peu moins fun que d’autres fois, mais l’histoire avance et ça fonctionne bien, avec même des chocs comme Zarda qui tue The Goblin après avoir été lassée de ses provocations quand elle l’interroge. Aaron Kuder propose de belles planches, même s’il n’est pas toujours régulier.
Ed McGuinness lui complète les back-ups avec un passage correct sur Coulson. Efficace, propre.

La saga continue d’être très agréable, le final s’annonce fort !

HEROES RETURN #1

  • JASON AARON (W) • ED MCGUINNESS (A) • Cover by LEINIL FRANCIS YU
  • Variant Cover by ED MCGUINNESS
  • TRADING CARD VARIANT BY MARK BAGLEY
  • ACTION FIGURE VARIANT COVER BY JOHN TYLER CHRISTOPHER
  • STORMBREAKERS VARIANT COVER BY PATRICK GLEASON
  • An epic, oversize slugfest between the Squadron Supreme and an otherworldly group of Avengers for the final fate of the whacked-out world of HEROES REBORN.
  • 56 PGS./ONE-SHOT/Rated T+ …$5.99

1 J'aime

Bon, la fin d’une grosse saga est souvent décevante, car les attentes sont rarement récompensées. Notamment dans les événements contemporains, où souvent les auteurs et l’éditeur « préparent » une suite. Brian Michael Bendis et Marvel avaient clairement institué ça entre Avengers : Disassembled et Siege, où grosso-modo chaque « fin » menait à la prochaine échéance.
Ici, on a à peu près ça, au fond : Heroes Reborn et le one-shot Heroes Return ne sont pas le grand final du run de Jason Aaron sur Avengers, et ça se sent. Dans le sens où on a la grosse baston attendue, qui n’est pas « si facile que ça » pour les super-héros réveillés, même s’ils arrivent essentiellement à vaincre le Squadron Supreme (la jeune Starbrand anéantit le prisme de Dr Spectrum pour venger Rocket, son père de substitution ici ; Black Panther mutile Blur pour l’empêcher de courir ; Starbrand et Echo/Phénix battent Power Princess, tandis que Hyperion est affaibli par le Vibranium qui fait ici office de Kryptonite). Même le Président Coulson est vaincu, malgré son Cube Cosmique Démoniaque, par Cap’ mais aussi une Carol Danvers ici pilote « rebelle » de l’US Air Force. Cela débouche sur le retour à la normale du monde, avec seulement Blade qui se souvient et la gamine Starbrand qui a bien maintenant 8/10 ans. Oh, et surtout, on a confirmation que le chien est bien Mephisto, qui en fait a voulu « prouver » à une sorte de conseil des Mephistos ce qu’il peut faire seul ; pour préparer une union de dizaines de Mephistos de plusieurs formes. Tandis que, en parallèle, Nighthawk veut ramener son monde et Hyperion erre, triste et seul.
Bon, c’est bien. Jason Aaron livre ce qu’on attend, sans grosse surprise hormis ce final surprenant sur ce « conseil rouge ». L’idée est surprenante, je ne sais pas encore si c’est vraiment bien, mais ça a de l’audace et ça continue le subplot. Le combat Avengers/Squadron est assez bien, même si Black Panther qui arrive à juguler Hyperion et Nighthawk, c’est un peu beaucoup. Ed McGuinness propose des planches dynamiques et puissantes, c’est complètement adapté et fun.

C’est donc une conclusion prévisible mais réussie, qui achève un événement très fun, par une voie plus sage et plus classique.
C’était cool, le voyage compte plus que la destination, mais ce one-shot épilogue n’est pas honteux et fait bien le job. J’aurais juste aimé plus d’informations sur Coulson, si différent depuis sa résurrection, mais je fais la fine bouche.

C’était ma fois bien sympathique. J’en aurais bien repris. J’espère que l’on reverra ce Squadron à l’occasion, malgré sa fin assez « safe » (toutes proportions gardées. Y’en a qui finissent plutôt mal :grin: ). Je pense qu’il y a un bon potentiel de foil avec toute cette nouvelle backstory de héros déplacés avec un bon gros complexe de supériorité. (Enfin, surtout la volonté de ramener « leur » Terre dans l’équation je dirais. Un petit mélange entre le Syndicate d’Earth 3 et la JLA « lambda » de chez DC, ça peut faire un truc sympatoche.)

1 J'aime

C’est pas le propre d’à peu près tous les events Marvel de finir un peu en eau-de-boudin ? Je dis ça alors que j’ai adoré pas mal d’events hein, c’est juste que bien souvent il faut ranger les jouets, introduire la suite (le nouveau statu quo voire l’event suivant)…

C’était pas Thundra plutôt ?

Non, c’était la Power Princess de Supreme Power qui s’était retrouvée dans l’univers Ultimate après Ultimate Power. Et notamment le one-shot où elle finit au lit avec Hulk.

1 J'aime

Ca me fait penser à l’idée du conseil des Kang dans la mini Avengers The Terminatrix Objecive (baptisé chez nous Objectfi Temps dans le RCM 42).

1 J'aime

Bien vu.
Même si je trouve que le Conseil des Kangs avait une explication « simple » initialement (= un Kang pour chaque temporalité / ligne temporelle possible), bien qu’après d’autres que des Kangs alternatifs deviennent des Kangs (en prenant le costume et le titre).
Là, il va falloir quand même expliquer d’où ils viennent, tous.

Effectivement, c’est la romance avec Hulk qui m’a tout confusé mes souvenirs.

1 J'aime

Tout ce qui tourne autour de Mephisto dans cet event me fait penser à du Kang micro-ondable, pour être honnête. Entre la cube cosmique « des Enfers » qui change de couleur (Bon, c’est pas forcément Kang-esque, mais le principe un brin nanar me fait penser à Kang), le « Conseil des Mephisto » et les sorties mégalo du genre « In Mephisto We Trust » … Je me demande bien ce que va devenir, parce que ça me ferait un peu bizarre que Mephisto devienne juste un Kang, mais satanique.

Et si c’était en fait Kang pour de vrai, tout du long, qui utilise de la technologie et la peur de Méphisto pour faire plier les Vengeurs ?

1 J'aime

J’y ai songé aussi, et j’avoue que ça me plaît beaucoup comme idée !

Bah ce ne sont pas des mephisto d’autres univers ?

C’est possible, mais ce n’est pas dit et je le comprenais presque comme des Mephistos d’autres (cercles ?) enfers.