HEROES REBORN: NIGHT-GWEN #1 (Vita Ayala / Farid Karami)

Tandis que Peter Parker se mue en Jimmy Olsen bis durant Heroes Reborn, Spider-Gwen devient quant à elle Nightbird (il ne manque guère plus qu’un George Stacy moustachu avec un Night-signal sur le toit de son commissariat).

Ils ont quand même peur de rien, quoi !
Mais bon, pour une fois qu’il y a un événement éditorial qui donne l’impression que les gens s’amusent, on va pas bouder notre plaisir !

Jim

Ça rappelle un peu Secret Wars pour ça (qui avait certains tie-ins vraiment amusants)

Mais qui portera la chemise hawaïenne ?

Je vote pour Hulk

1 J'aime

C’est quand un bon troll envers la concurrence non ?

Le trollisme envers DC n’est pas dans l’ADN de Marvel ?

1 J'aime

Bah je sais pas si c’est du trollisme, mais il est clair que Marvel s’est construit en contraste à DC (pour les raisons structurelles que tout le monde connaît, le premier étant diffusé par une succursale du second, il ne fallait pas que ça ressemble trop à une concurrence larvée), puis a régulièrement fait des clins d’œil au catalogue de DC.
L’Escadron Suprême (ou Sinistre, d’ailleurs), c’est la Ligue de Justice. La Garde Impériale Shi’Ar, c’est la Légion des Super-Héros. Ça s’explique aussi par un truc tout bête : les gens qui ont bossé dessus étaient des lecteurs de DC et d’anciens fans. Dans le cas de Cockrum, c’était même un ancien dessinateur de la Légion. Le décalage de génération, ça fait que les gens qui ont construit Marvel n’avaient en tête, pour modèle, que DC (là où Image s’est construit en démarquage de Marvel, par exemple). Y a même des trucs plus tordus : je crois que c’est sur ce forum que l’un de vous avait relevé que Thor, dans ses débuts, était un peu écrit comme le Superman de Marvel (et le fait qu’un ancien scénariste de Superman ait livré des épisodes n’est pas innocent). Quand Wolfman crée Black Cat, il a Catwoman en tête. Quand il crée Nova, qui est un personnage qu’il avait inventé enfant, s’il essaie de copier la formule Peter Parker, il a Green Lantern en tête. Quand il écrit Daredevil, Shooter le fait agir comme Batman et lui adjoint même le procureur Blake qui devient son Gordon. Etc etc.
Donc effectivement, dans un événement éditorial où l’Escadron Suprême devient les Vengeurs, il devient logiquement de tout transformer à la sauce DC, et c’est presque « naturel », ça coule de source.

Jim

1 J'aime

J’usais du terme de Victor.

C’est-à-dire ?

En gros, la personne qui en parlait nous expliquait que le personnage était traité de la même manière que le surhomme de la maison d’en face, avec une mise en avant de la double identité, le thème du double, etc. Et c’est vrai qu’il est super-fort, qu’il vole, qu’il a une cape rouge. Le fait que Robert Bernstein (qui signe « R. Berns » chez Marvel, sans doute pour ne pas se faire remarquer par DC, qui est son employeur principal) soit un scénariste régulier de Superman contribue sans doute à rapprocher les deux personnages.

Je viens de retrouver. C’est d’abord Tony Smart qui en parle ici. Ensuite, Leocomix invalide cette théorie , en faisant valoir que Lee et Kirby sont assez peu actifs sur le titre dont ils se désintéressent assez vite et n’ont sans doute pas envisagé de faire de Thor le Superman local. Ce sur quoi j’arrive, à cet endroit, en évoquant le Thor supermanien dans les Avengers de Shooter (ce qui nous fait rebondir sur notre sujet d’aujourd’hui).

Cela dit, à la réflexion, il n’est peut-être pas impossible de voir dans le Thor des tout débuts, celui qui n’est pas encore bien défini, qui hésite entre la science-fiction, la fantasy et la mythologie et qui teste ses propres limites, une sorte de clone de Superman pour la simple raison que, justement, la formule n’est pas fixée, la recette n’est pas complète. La valse des auteurs et pour tout dire le manque d’ambition de la rédaction concernant le personnage fait que les différents intervenants utilisent des recettes éprouvées ailleurs. Là encore, la présence de Robert Bernstein, qui signe une grosse poignée d’épisodes (Journey into Mystery #92 à 96), a sans doute un impact. Le #95, par exemple, est une histoire de double, un savant créant un rayon capable de dupliquer des êtres vivants : typiquement une intrigue qui aurait pu fonctionner avec Superman. Le Radioactive Man, dans le #93, est un super-vilain qui aurait pu affronter le héros de Metropolis. Et les complots de Loki, qui force par exemple Thor à détruire des monuments, dans le #94, auraient pu être ourdis par Lex Luthor, par exemple, avec un peu de bidouillage. Dans les épisodes de Bernstein, on trouve un truc récurrent, l’incapacité de se servir du marteau : c’est un peu l’équivalent narratif de la Kryptonite de Thor.
Après, faut pas tout résumer aux cinq épisodes de Bernstein (d’autant que Stan Lee y est crédite du « plot », donc de l’intrigue), mais dans les chapitres écrits par Larry Lieber, par exemple, on trouve des trucs un peu voisins et encore plus clarkkentiens, genre Thor qui met sa cape sur un mannequin pour faire diversion, ce genre de choses qui pourraient très bien fonctionner avec la double identité de l’autre personnage.
Le Thor des débuts est sans doute le personnage de la jeune écurie Marvel qui tâtonne le plus, qui prend le plus de temps à trouver son identité. Ça va plus vite pour Iron Man, ou pour Ant Man. Et fatalement, vu qu’il est surpuissant, il me semble assez évident que l’influence de Superman se fasse plus ou moins sentir.

Jim

1 J'aime

Merci !

Tellement vite qu’il change d’identité tous les 5 ou 10 épisodes !

Oh disons qu’il met quand même un peu de temps à devenir Giant Man. J’ai pas regardé précisément, mais son identité d’Ant Man dure un peu, je crois…

Jim

J’exagérais volontairement, mais on peut aussi évoquer Giant-Man, puis Pourpoint Jaune. :wink:

Ah bah ouais, bien sûr, et Goliath et…
Mais bon, c’est plus tard, quoi…

Jim

Pardon, je voulais dire Goliath.

C’est de bonne guerre après la vague de titres inspirés par des héros Marvel que l’on a eu chez DC de 2018 à 2020 sous la bannière The New Age of DC Heroes : The Terrfics/FF, Damage/Hulk…

1 J'aime