HEY KIDS ! COMICS ! #1-3 (Howard Chaykin)


(Le Doc) #1

Hey Kids! Comics! #1

WRITER / ARTIST: Howard Chaykin
COVER: DON CAMERON

HEY KIDS! COMICS! takes its cue from nearly a century of turbulence and triumph, despair and drama in the comic book racket. Artists and writers, con men and clowns, ganefs and gangsters, create the foundations of today’s biggest entertainment business – or at least the tail that wags the dog. Some of it really happened, and the names have been changed to protect the innocent and guilty … although in the end, everyone was guilty of something.

32 pages, $3.99, in stores on August 8

Source : www.imagecomics.com


(Jim Lainé) #2

Tiens, tiens, voilà qui est intéressant.

Jim


(Le Doc) #3

HEY KIDS! COMICS! #2

Written by: Howard Chaykin.

Art by: Howard Chaykin.

Covers by: Don Cameron.

Description: Secret Love. My Confession. Crime Does Not Pay. And you thought they were just comic book titles, huh? Art imitates life in an industry with more than its share of drama and deception, as a tale built around real-life happenings in the comic book biz continues to unfold…though “art” may be pushing it.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: September 12.

heykids21

heykids22

heykids23

Source : www.comicscontinuum.com


(FC powaaaa) #4

Ah oui, quand même !


(Jim Lainé) #5

Intéressant, hein ?
Cette grande gueule de Chaykin qui fait du “roman à clé” à peine déguisé sur le Marvel Age naissant, je sens que ça peut chatouiller là où il faut.

Jim


(FC powaaaa) #6

Et graphiquement, c’est vachement propre !


(Jim Lainé) #7

Y a tout ce que j’aime chez Chaykin, là.

Jim


(Le Doc) #8

heykids3c

HEY KIDS! COMICS! #3

Written by: Howard Chaykin.

Art by: Howard Chaykin.

Cover by: Howard Chaykin.

Description: Betrayal. Triumph. Sudden death. No talent, but blind rage will do. More adventures and intrigue drawn from real-world stories of the comic book business. And if you want to know which are the closest to the truth, start with the most inexcusable people, exhibiting the lowest, most deplorable behavior… and work your way up from there.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: October 10.

heykids31

heykids32

heykids33

Source : www.comicscontinuum.com


(Jim Lainé) #9

Purée, faut vraiment que je lise ça, tiens !!!

Jim


(Jim Lainé) #10

Tiens, en lisant le premier épisode de Hey Kids! Comics! (la nouvelle série de Howard Chaykin), je retombe sur la phrase “the rising tide lifts all boats” (la marée montante soulève tous les bateaux) souvent utilisée par Wilson Fisk dans la série.
Dans l’épisode, le personnage attribue la phrase à Kennedy. Après une brève recherche, j’apprends qu’elle n’est pas de Kennedy ni de l’auteur de ses discours, mais d’un politicien qu’ils ont croisé quand JFK était sénateur.
Mais en regardant les épisodes de Daredevil, et en notant cette phrase que je trouve excellente, j’ignorais qu’il s’agissait d’une citation historique.
Qu’est-ce qu’on apprend en lisant des bédés.

Jim


(Jim Lainé) #11

Bon, hé bien ça tient ses promesses, cette affaire-là.
Le premier épisode passe par plusieurs époques, des années 1940 (ici, le retour des soldats, parmi lesquels deux dessinateurs qui se remettent à chercher un boulot) aux années 2000 (période où les vieux dessinateurs ne se retrouvent que pour les enterrements), alignant des moments de colère, de frustration, de jalousie.
C’est effectivement un roman à clé, dans le sens où, si l’on connaît le sujet évoqué, on identifie facilement les protagonistes, malgré les noms différents, les dates décalées et les situations altérées. Kirby est reconnaissable de manière transparente, Stan Lee presque autant, et l’on devine derrière certains personnages le sort d’auteurs connus (Matt Baker, notamment…). On retrouve des situations que les amateurs connaissent, qu’il s’agisse de la quête d’un genre porteur après-guerre, de la création des Fantastic Four, de la pauvreté dans laquelle les fondateurs du genre finissent par tomber.
C’st redoutable, assez méchant, d’une ironie acide (ah, la scène de la montre…). Chaykin déploie une narration au cordeau, parvenant à faire des scènes à dialogues multiples où, avec une caméra fixe, il trouve le moyen de faire avancer trois conversations dans la même planche (une sorte d’équivalent des dialogues “overlapped” qu’on entend dans les films de Scorcese, par exemple).
Là, il faut aussi souligner le saisissant travail de lettrage de son vieux complice Ken Bruzenak, qui est à la fois inventif, généreux et discret. Quand aux couleurs de Wil Quintana, je trouve qu’elles conviennent mieux à Chaykin que celles de Jesus Arbutov, sans doute est-ce là aussi affaire de discrétion.

Jim


(FC powaaaa) #12

Arf … et dire que ça va rester inédit en VF …


(Jim Lainé) #13

Je le crains.

Jim


(Jim Lainé) #14

M’ouais, on dirait maître Cordurié, quand t’es comme ça.

Moi, j’aime bien. J’ai toujours bien aimé. J’aime ses débuts (ses trucs entre Kane et Adams, son adaptation de Fafhrd et du Souricier gris écrite par O’Neil, ses Scorpion, ses Dominic Fortune…). J’aime ses années 1980, American Flagg!, Blackhawk, Shadow, Black Kiss (je crois que j’adore vraiment Black Hawk).
Depuis qu’il est revenu aux affaires, après son passage (trop long) à la télé, je trouve qu’il est un peu une caricature de lui-même. Ses personnages sont moins beaux, ses tics narratifs trop présents. Et puis, il est passé sur plusieurs séries de super-héros, et c’est pas son truc. Cela dit, j’ai bien apprécié certaines de ses productions (Mighty Love, sa version des Challengers…). En revanche, sur certaines productions récentes, j’ai bien apprécié son boulot. Satellite Sam, ça emprunte un peu trop à Black Kiss pour être honnête, mais j’ai apprécié, et je me suis rendu compte qu’en fait, l’un des trucs que je n’aimais pas, c’était les couleurs. Et là, Quintana me semble faire un boulot qui n’écrase pas le dessin. Et comme les tics d’écriture deviennent des forces (les pages avec trois lignes parallèles pour suivre les trois illustrateurs, c’est pas mal, c’est typique de ce qu’il fait mais ça crée un rythme neuf), l’ensemble est plutôt chouette.

Jim


(FC powaaaa) #15

Donc, là, tu me dis que Kab est un mélange entre toi et Sylvain ?




… Fuyez, pauvres fous !


(KabFC) #16

Ahahahahahah


(Jim Lainé) #17

HAHAHAHA

Jim


(FC powaaaa) #18

Moi aussi, mais je ne sais pas où je l’ai connu et quand !
En fait, j’ai l’impression de toujours l’avoir connu alors qu’en VF, on n’a quasiment rien …
Un vrai mystère pour moi …


(KabFC) #19

Je dois admettre que je connais peu ses débuts, plus ses comics des années 200. J’en avais vu un peu de droite et de gauche, mais ces personnages trop carrés, son style figés ne m’avait pas accroché, puis vint le drame Avengers qui fut une vraie rupture avec l’artiste ou là je me suis dit qu’en fait jamais je pourrais dépasser ça. Alors certaines choses sont bien mieux, attention (notamment ce que tu m’as montré sur l’adaptation de Moorcock, cependant je n’arrive pas à me décrocher du mauvais que j’ai pu voir et du coup c’est malheureusement un repoussoir pour le moment.


(Jim Lainé) #20

Peut-être par quelques lectures chez Lug ?
Il a fait un ou deux Team-Up, notamment avec Doctor Strange et Satanna, dans un album de l’Araignée. Il a fait les premiers Star Wars. Quelques trucs, genre son Dominic Fortune, sont passés dans les pockets d’Arédit…

Jim