HUMAN TARGET #1-6 (Tom King / Greg Smallwood)

Y a des chances : la couverture est de lui si je ne m’abuse.

Haha.

En effet.

C’est quelqu’un qui sait utiliser l’outil numérique, en tout cas !
Et je comprends ton dilemme.

D’autant que, de ce que je comprends, il a modélisé la tête et peut ensuite l’orienter comme il le souhaite et jouer sur l’éclairage. Ce n’est plus lui qui arrive à ce que le personnage ait toujours le même visage, et ce n’est plus lui qui doit réfléchir pour savoir comment doivent se placer les ombres.
Il peut donc se consacrer au choix de la composition, des couleurs et des textures.

Au passage, il arrive à faire disparaître les références photographiques, également…
Il suffit de comparer le résultat final et cette étape pour s’en rendre compte :

Un sacré boulot, quand même !

Tori.

Voilà, tu as bien résumé le truc.
Ce qui m’impressionnait dans son travail (notamment à partir de Moon Knight, qui m’a laissé sur le popotin), c’était cette capacité à avoir un dessin parfaitement juste en toutes circonstances (ce qui me faisait le comparer à Garcia-Lopez).
Découvrir tout ça me fait prendre conscience qu’il maîtrise ses outils encore plus que je pensais, mais également que ce n’est pas seulement sa main qui arrive à ce résultat. Ses explications sur ses effets de pinceau sec / graphite en version numérique me coupent le souffle, aussi !
Et comme en plus il semble avoir un goût et des références qui trouvent écho chez moi, j’en suis d’autant plus estomaqué. L’alliance des effets de gris sur les silhouettes à une typo et une maquette un peu daté, ça donne un résultat formidable.

Jim

2 « J'aime »

C’est là la différence entre un dessinateur et un artiste ?

Tori.

Hahahahaha.
Je l’ai déjà dit : je ne sais pas ce que c’est, un « artiste ».
:wink:

Jim

En même temps, le fait que l’utilisation de l’ordi soit invisible pour nous c’est qu’il l’utilise sacrément bien !
Ce n’est pas Greg Land quoi…

Çà me donne toujours envie, même si je connais le tour de magie ! Et c’est honnête d’avoir ces explications !

1 « J'aime »

La couverture de Smallwood pour le #2 :

HUMAN-TARGET-Cv2

Rooooooh … Je vois que nous avons les mêmes références à ce sujet.

Magnifique.

Jim

1 « J'aime »

C est tout informatique !

Pouah

Sourire

image

image-1

image-2

image-3

image-4

Graphiquement, c’est une totale tuerie.

Jim

Et ça peut totalement coller aux marottes de king.

Ça me donnerait envie de pleurer !

S’il fait attention de ne pas se prendre les pieds dans sa propre écriture.

The-Human-Target-1-1

The Human Target #1

Art by: Greg Smallwood
Written by: Tom King

Christopher Chance has made a living out of being a human target—a man hired to disguise himself as his client to invite would-be assassins to attempt his murder. He’s had a remarkable career until his latest case protecting Lex Luthor when things go sideways. An assassination attempt Chance didn’t see coming leaves him vulnerable and left trying to solve his own murder…as he has 12 days to discover just who in the DCU hated Luthor enough to want him dead.

Human Target is a hard-boiled, gritty story in the vein of classic detective noirs told by bestselling and critically acclaimed creators Tom King and Greg Smallwood!

The-Human-Target-1-4

The-Human-Target-1-5

The-Human-Target-1-6

Un début réussi, mais tellement prévisible.
Tom King déroule « sa méthode », en reprenant un personnage un peu obscur, pour le lancer sur une maxi-série de douze numéros, avec un graphisme léché (ici un formidable Greg Smallwood, qui propose des planches envoûtantes et une atmosphère prenante) et un jeu sur le style, la narration.
Là, on a donc Christopher Chance qui s’allonge pour, apparemment, mourir et resonge aux douze derniers jours. Car, douze jours plus tôt, il remplaçait Lex Luthor qu’un activiste a essayé de tuer. Mais Christopher est empoisonné par un produit présent dans un verre servi à Lex Luthor, a priori en lien avec la Justice League International grâce à un résidu relevé sur le poison par Dr Mid-Night.
L’ensemble va donc être un « whodunit », avec sûrement beaucoup d’exercices de style de Tom King et de superbes images de Greg Smallwood. Super.
Sauf que tout ça est assez prévisible, redondant, et « la méthode Tom King » me lasse, même si je trouve souvent qu’il s’en sort bien. Je ne sais pas si j’ai envie de continuer, car tout ça sonne assez « facile » quand même.

M’enfin oui, c’est un beau début et c’est très joli.

1 « J'aime »

Sachant que le whodunit n’a jusqu’ici vraiment pas réussi à Tom King (Heroes in Crisis, Strange Adventures), ça ne s’annonce pas follement palpitant (il faut dire que la technique consistant à pointer du doigt - de manière très appuyée - tous les protagonistes qui ne sont ABSOLUMENT PAS les coupables a tendance à en dire long sur le criminel de l’intrigue).

1 « J'aime »