I AM A HERO t.1-22 (Kengo Hanazawa)

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Eh bien je vais attendre tout de même ta critique du tome 3 avant de me lancer dans ce titre. En tout cas merci pour les critiques Ivan

oui, pareil, j’ai lu tes critiques et je vais attendre de voire ce que tu nous dis sur le tome trois…

Manga au dessin et scénario très maîtrisés! une excellente surprise que je conseille à tous les amateurs de mangas de zombies (l’approche du sujet la plus intéressante que j’aie pu voir depuis très longtemps). Par contre, si vous n’aimez pas le gore, passez votre chemin. Sinon, achetez bien les deux premiers tomes d’un coup car ils se complètent réellement. Mais surtout (point qui n’est pas tellement abordé dans la critique de Ivan), qu’est-ce que c’est drôle! Le côté déconnecté du personnage principal fait tout le sel de ce manga.
Encore une fois, la collection big kana ne me déçoit pas : ils ont vraiment un catalogue seinen incroyable!

Drôle ? Complètement déluré et décalé oui, mais pas drôle. Et j’espère bien que ce côté-là du manga sera rapidement mis de côté.

C’est vrai que « drôle » n’est pas l’adjectif que j’emploierais…
C’est plutôt spécial comme style…
Et c’est vrai que les digressions du personnage principal sont un peu agaçantes, et cassent complètement le rythme…
Notamment au début de ce volume 2 :Il a la tête coincée dans une porte, sa copine « zombifiée » qui l’attrape, et essaie de le mordre, mais il se contente de regarder l’intérieur de l’appartement
Cela dit, j’ai bien aimé, mais il faut vraiment dépasser le premier volume, et c’est bien dommage : beaucoup vont arrêter leur lecture avant la fin de celui-ci, je pense.
Au début du premier volume, on se demande vraiment ce que c’est que ce manga… Mais plus on avance et plus on se pose la question (même si, dans la deuxième moitié du premier volume, on sent l’ambiance devenir de plus en plus oppressante).
Mais, dans ce deuxième volume, le rythme est plus rapide, et on entre dans le vif (enfin, plus mort que vif, en l’occurence) du sujet.

Et je suis comme ivan, j’espère que le côté décalé sera moins présent dans la suite.

Tori.

J’ai feuilleté ça a l’air sympa mais bon comme vous l’avez fait remarqués le fait que le perso principal soit un peu déconnecté de la réalité et un peu con me gêne, j’attends également les prochaines critiques

Je dois avoir un humour bien déviant! lol
Mais je comprends tout à fait que tout le monde ne soit pas sur la même longueur d’onde.
Tout de même, la critique de la société japonaise totalement passive face à l’épidémie de zombie (les gens s’excusent presque de se faire bouffer!) est assez corrosive et tordante ; ou encore, la scène où il se bat dans le studio aux côtés de son pote mankaga complètement frustré est un grand moment, je trouve.
Justement, a-t-on vraiment envie de relire un n-ième walking dead à l’action bourrine? (quoique, le mangaka s’en sort très bien sur ce plan-là dans le tome 2)
J’ai vraiment ressenti une grande originalité dans ce manga et j’espère pour ma part qu’il gardera ce petit plus scénaristique, cette originalité par rapport aux clichés du genre qui fait son charme.

Qu’il y ait une bonne dose d’humour noir dans le récit d’Hanagawa, ok. De là à dire que c’est drôle, il y a tout de même une marge immense ! De même pour le côté “tordant”.

Quant à la comparaison avec Walkind Dead… Elle n’a clairement pas lieu d’être pour tout un tas de raison. En premier, parce que le monde du manga, dans son immense variété et productivité, n’a pas réussi à nous sortir un seul titre de zombie. Le seul qui s’en rapproche, c’est le navet HOTD, avec ces gonzesses à grosses poitrines triangulaires et ces lycéens décérébrés. Donc, oui, un “vrai” titre de zombie, ça n’aurait pas été de refus, parce que ça manque cruellement.

Et puis, ne serait-ce que par le contexte, I am a hero s’éloigne très rapidement de Walking Dead, et ce dès les premières pages. Un héros au charisme bien différent, au “métier” presque opposé, et puis surtout, qui va découvrir la “transformation” de son monde “en direct”. Rien que ce point de vue-là en fait quelque chose d’original, tout comme la représentation des zombies.

Du coup, le rajout fortement appuyé de la presque folie d’Hideo me parait inutile. A petites doses, avec parcimonie, pour montrer notre héros totalement déconnecté et qui refuse de voir la réalité, pourquoi pas. Mais il ne va pas falloir pousser le délire trop loin…

Le dernier point qui me turlupine un peu, c’est le fait que Kana ait cru bon de mettre en slogan “il croyait avoir une vie normale, il va basculer dans l’horreur”. Si la vie d’Hideo est “normale”, ça fait peur tout de même.

Bref, tout ça pour dire que, pour moi, I am a hero n’avait pas du tout besoin de ce côté délire fortement poussé dans lequel l’auteur plonge son lecteur durant près d’un tome et demi. Cela n’apporte pas grand chose et pourrait repousser plus d’un lecteur. Mais j’attend beaucoup de la suite, car le dernier tiers de ce second volume ouvre plein de jolies perspectives. Et j’espère ne pas être déçu. :wink:

Je trouve justement que le côté décalé de Hideo est un élément important du manga et je dirais presque que c’est ce qui fait tout son intérêt.
Ce titre m’a à la base attiré car j’avais compris qu’il s’agissait d’un personnage souffrant d’hallucinations (ce qui est bien le cas, bien qu’après la 1ère moitié du 1er volume, on ne les voie pour ainsi dire plus) et qui du coup ne faisait pas la part des choses entre son imagination et la réalité. Finalement ce dernier point est vite mis de côté. A mon sens c’était ce décalage qui faisait toute son originalité.

Je ne dirait pas non plus que c’est drôle, mais de nombreux passages m’ont quand même bien fait sourire et j’espère que les volumes suivants réussiront encore à me faire sourire entre 2 scènes me mettant mal à l’aise (les ongles et les dents ça restent toujours efficaces pour moi…)

Bref moi j’ai adoré l’ambiance, le décalage, la mise en scène, l’introduction qui prend son temps pour nous plonger dans l’univers d’Hideo (le fait d’avoir les 2 premiers volume d’un coup a quand même grandement aidé), les graphismes réalistes…

En revanche au niveau de l’édition, certaines pages m’ont semblé un peu trop coupées au niveau de la reliure gachant la lisibilité et donc l’effet recherché par l’auteur, notamment sur les doubles pages de fin du 1er volume.

En tout cas je le conseille fortement.

Je viens de finir les 2 premiers volume. Je trouve que l’humour est à prendre au second, voir troisième degrés… Parfois on se sent comme dans le film “Shawn of the dead” avec Simon Pegg… Un humour à l’Anglaise.^^ Je peux comprendre que certain soit plus septique à ça… Moi j’adore…^___^

Personnellement j’ai trouvé les longueurs totalement justifié et nécessaire.Le processus de mise en abîme est très originalement mené et ça annonce du lourd niveau talent de scénariste de l’auteur.Je me lis le tome 2 ce soir pour me confirmer mes bonnes impressions

Mais avait-on besoin d’autant de “bizarreries”, d’autant de HS, pour faire monter la pression ? Pour moi, cette introduction est clairement trop longue et n’atteint pas le but qu’elle devrait : instaurer une certaine tension avant que le monde ne parte en sucette… Bref, je n’adhère pas au choix, mais ce n’est pas pour autant mauvais.

La série continue sur sa lancée et trouve son rythme de croisière! Toujours aussi gore, cette série, avec son humour caustique inimitable relevé par une bonne louche de misanthropie (cf. la scène du métro), est indispensable pour les amateurs de survival horror!

Effectivement le tome 1 dans son intégralité n’est rien d’autre que l’introduction de l’histoire. Intro longue mais bonne…
Oui, c’est un peu long a se mettre en place, mais en même temps on est pas lassé (moi pas en tout cas), tout doucement les évenements au départ insignifiants, se multiplient, s’enchainent …etc…
Il faut ce qu’il faut, j’aurai trouvé ça baclé si seulement au bout de quelques pages les “zombies” proliféraient partout.
Les personnages ont un aspect réel (de part leur situation, leur vie, le graphisme…)ce qui rend l’histoire d’autant plus sympatique.
J’aime beaucoup, j’ai hate de savoir comment s’en sortira notre antihéros. C’est comme visionner un bon film d’horreur !

J’adhère assez avec les avis de emanu853… je ne pourrai pas dire mieux.
Je pense sincèrement suivre la collection jusqu’au bout. J’adore Hideo, héro malgré lui, avec ses tocs, ses manies, ses hallucinations et ses délires… Bref un vrai névrosé! Ca change de ces héros “beau”, fort et super inteligent, toujours (ou presque) maître de la situation.

Agréablement surpris par ce titre. La longueur du tome 1 ne me gène pas du tout, car la plupart du temps dans les titres a zombies, ils débarquent un peu (trop?) vite.
Le fait que ça soit autant de “bizzareries”, ça change un peu, le fait que le héros se rende pas compte tout de suite, et aussi un peu bête et long a la détente, c’est bien. D’habitude tout le monde veut “jouer les héros” et tirer tout de suite dans tout ce qui bouge.
Les dessins sont super, les décors vraiment bien foutu, et on apprécie les pages couleur.
J’ai dévoré les trois tomes paru a ce jour. J’espère que la suite sera aussi bonne :slight_smile:

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

J’ai les mêmes reproches qu’ivan à formuler…
J’ajouterai aussi le passage dans le taxi : mais comment ne s’aperçoit-il pas plus tôt qu’un truc cloche ? O___o

I am a hero est un titre étrange : à la fin de chaque volume, on a une sensation bizarre, on ne peut pas apprécier entièrement et, pourtant, on attend la suite avec impatience !

Tori.