I AM NOT OKAY WITH THIS (Saison 1)

Les tribulations d’une adolescente qui doit faire face à ses relations avec ses camarades de lycée. Elle doit composer aussi avec sa famille quelque peu étrange et appréhender la découverte de sa sexualité. Parallèlement, elle va découvrir les pouvoirs résidant au plus profond d’elle.

D’après la bande dessinée de Charles Forsman (en V.F. chez L’Employé du Moi sous le titre Pauvre Sydney).

MV5BODFmMWQ5ZGQtYWMwMy00MmVlLWE5MmItODQ4MWUxZGI5ZjcwXkEyXkFqcGdeQXVyNDk3ODk4OQ@@.V1

CREATEURS

Jonathan Entwistle et Christy Hall

DISTRIBUTION

Sophia Lillis, Wyatt Oleff, Sofia Bryant…

INFOS

Série américaine
Genre : comédie dramatique/fantastique
Diffusion : le 26/02 sur Netflix
Format : 8 x 30 mn

Comme tout le monde en ce moment, je regarde beaucoup de séries télé, et je me suis fait celle-ci en mode « binge watching » (elle s’y prête plutôt). C’est très sympa.
L’actrice principale, Sophia Lillis, est excellente ; j’avais adoré sa prestation dans « Sharp Objects » (où elle était parfaite en Amy Adams jeune) et les échos sur sa prestation dans « ça » sont très bons. Elle est à la fois très drôle et très touchante.
Bien sûr, le ressort narratif de la découverte des pouvoirs surhumains comme allégorie de la puberté et/ou de la marginalité n’a rien d’inédit (n’importe quel lecteur des X-Men connaît ça depuis des lustres), mais ça n’en reste pas moins un ressort puissant, et très bien géré ici. Si on ajoute à ça un cast globalement excellent, une excellente gestion des ruptures de ton (une marque de fabrique du show) et des références qui vont bien (en tête, celle au « Carrie » de Stephen King vu par Brian De Palma, autre récit allégorique de même nature), ça fait un bilan très positif, et le cliffhanger qui clôture la saison donne vraiment envie d’en savoir plus, et de continuer à suivre les tribulations de la pauvre Sydney…

Vendu.