IMMORTAL HULK t.1-5 (Al Ewing / Joe Bennett)

Faut dire que le dessin n’aide pas.

C’est moins pire que The Ultimates : heureusement que les idées sont étourdissantes, parce que pinaise, graphiquement, ça pique.

Mighty Avengers, c’était le groupe de Luke Cage, avec une hotline pour que le voisinage puisse les appeler à l’aide (sujet du formidable dernier épisode). C’est dans cette série, dessinée par Greg Land, qu’on découvre la famille d’Adam Brashear, qu’on voit des flash-backs avec les vampires, et que Shuma-Gorath, le Cthulhu de Marvel, fait une apparition.
New Avengers, c’était le groupe avec Roberto Da Costa et l’AIM. Et l’American Kaiju.
Je crois que tu mélanges les deux.

Je crois pas. J’ai relu la série récemment, et il ne me semble pas.

Jim

C’est plus tard, ça, non ?
Y a un arc avec Wiccan qui est envouté dans New Avengers !

(il n’a vraiment pas été aidé graphiquement, ewing !)

C’est un des trucs qui m’ont marqué. Et qui m’ont fait lâcher la lecture.

Carrément.
C’est pour ça que la présence de Bennett sur Immortal Hulk est une surprise des plus agréables.

Jim

Un premier tome prometteur, écrit par un Al Ewing à son meilleur niveau, malheureusement à l’impact amoindri par l’équipe artistique. [Pour en savoir +].
Les planches de Bennett, José et Mounts peinent en effet à restituer toute l’horreur suggérée par le scénario.
Ils ne sont peut-être pas les seuls responsables cela dit, sachant que travailler en tant que « créatifs » pour Marvel, c’est comme d’être jockey sur un hippodrome.
Les marges de manœuvre sont très encadrées, et la star est toujours le cheval.
Mais comme je le disais un premier tome prometteur.

Même si je ne partage pas ton avis sur la partie graphique, je trouve la métaphore percutante.

Jim

Merci !

80125466_10157701917924648_4354538007064215552_o

IMMORTAL HULK 3
Auteurs : Ewing, Bennett
100% Marvel, 112 pages, 17,00 €
Les masques tombent et les révélations s’enchaînent alors que l’immortel Hulk retrouve en Enfer Rick Jones, Puck et Crusher Creel. La saga encensée par la critique et le public continue de la façon la plus surprenante qui soit.
(Contient les épisodes US Immortal Hulk 11-15, inédits)
SORTIE LE 8 JANVIER

Hell yeaaaaaah !! (c’est le cas de le dire…)

Surtout de les relire. Je me relis les deux premiers tomes de son Hulk et c’est bien tissé, et ce que j’aime dans une série régulière. Ce fameux fil rouge ou porte verte, selon l’expression consacrée, qui me donne l’envie de lire et de relire l’intrigue.

Quelle série!!!

Mon avis sur le tome 3 :

https://www.sanctuary.fr/avis/133324/

Et comment !!! Sans compter que la concurrence est loin, très loin derrière (maintenant que Jason Aaron est en train de boucler un autre run mémorable, celui sur « Thor »)…
Le tome 3 est encore supérieur au deuxième, déjà plus fort que le premier ; quand une série est non seulement très forte mais de plus prise dans une sorte de crescendo qualitatif de ce type, c’est vraiment très prometteur pour la suite.

" - Vous n’êtes pas la première à développer une obsession parce qu j’ai démoli votre maison. C’est déjà arrivé. Et vous n’êtes pas la première à vouloir monter dans une machine à rayons gamma. Les gens me voient, imaginent ce que c’est d’être moi…"

" - En fait…Je ne peux pas l’imaginer. Pas du tout. Ce que ce doit être de ressentir cette rage. D’être capable de ressentir cette rage. D’avoir le droit de la ressentir. Vous dévastez des villes. Vous détruisez des vies, vous avez tué des gens…pas beaucoup, mais c’est arrivée. Six mois plus tard, vous faites de nouveau partie des Avengers. Tout est pardonné[…]Vous dévastez une ville, et le Docteur Strange vous cherche une maison de retraite. Iron Man trouve une planète paradisiaque où vous envoyer. Votre colère est tolérée. Même respectée. La mienne est ignorée…si j’ai de la chance. Vous vivons dans un monde de…d’hommes…d’hommes blancs sortis de l’université, des hommes comme Bruce Banner qui s’énervent, crient, se déchaînent et cassent…et le monde se met en quatre pour le comprendre. Pour le récompenser. Alors…oui. Je vous pose la question. Comment je fais pour avoir ma part, Hulk ? Comment je fais pour devenir comme vous ?"

Immortal Hulk #11

Et ce n’est même pas l’aspect le plus intéressant de ce cycle dont la qualité augmente au fil des épisodes. On pourrait parler de l’aspect magique du personnage (bien plus finement tissé que quand JMS jouait avec l’idée de totem dans Spider-Man), de cette manière d’être facilement accessible pour quiconque n’ayant jamais lu la série et pourtant d’user de l’histoire du personnage avec brio, de l’écriture intelligente des rapport entre les personnages, du caractère horrifique de la série (renouant avec la source première du personnage et s’infusant finement de plein d’œuvre de Frankenstein à The Thing en passant par le cinéma de Cronenberg), du dessin de Joe Bennett en totale symbiose avec l’écriture de Ewing, de ce rythme sans faille alternant grande aventure haletante sur plusieurs numéros et récits bouclés en un épisode servant de respiration mais toujours servant à développer les personnages, de ce travail en profondeur sur la psyché, sur la relation à la figure du père, sur la légitimité de la colère dans un processus de reconstruction etc.

Le travail d’Ewing me plait depuis longtemps mais là, avec Immortal Hulk, il passe un cap pour proposer une très grande œuvre qui est sans conteste la meilleure série Marvel actuelle.

IMMORTAL HULK T04 : ABOMINATION
Auteurs :Ewing, Bennett
100% Marvel, 120 pages, 17,00 €
Le meilleur ami de Bruce Banner, Rick Jones, est mort. Hulk est prêt à tout pour découvrir ce qu’il s’est passé. Une horreur abominable attend notre héros.
(Contient les épisodes US Immortal Hulk 16-20, inédits)
SORTIE LE 16 JUILLET

Après un passage en enfer, Al Ewing s’occupe des proche de Banner dans ce tome 4. Le moins que je puisse dire, c’est que la série continue à faire merveille. En dehors des expérimentations faites sur Jones et Blonsky, on voit bien qu’Ewing veut montrer que les transformations Gamma ne sont pas glamour, comme il a été montré par le passé, mais bien quelque chose de douloureux et d’horifique. C’est particulièrement flagrant dans ce tome avec ce qui est réservé aux deux personnes que Banner doit aimer le plus. Graphiquement parlant c’est aussi le cas (la transformation, Bruce/Hulk en double page est wahou).

A côté de ça, Ewing travaille sur son intrigue à long terme et il semble que Banner et le Hulk mauvais parviennent à une entente, qui va faire sombrer le monde. J’ai beaucoup aimé comment en 1 case Ewing résume les psychés de Bruce. Par contre de plus en plus j’ai l’impression que Bruce n’est pas l’entité primaire, dans toutes les personnalités et que plus que jamais il n’est qu’un passager.

Encore une fois du super bon boulot pour ce qui est surement (depuis la fin de Thor ou sa presse fin) la meilleure série Marvel actuellement.

Question existentielle : ce tome 4 n’est pas vendu avec une jaquette ?

Non, et c’est plutôt bizarre en effet, vu que le 3 l’était et comprenait aussi des jaquettes pour les deux premiers tomes. J’imagine que les retours sur cette initiative n’ont pas été positifs ; c’était très gadget, honnêtement.

C’était pas voué à être poursuivi la jaquette. C’était juste pour harmoniser les 3 premiers tomes avec les suivants suite au changement de maquette des 100% Marvel.

Ah ok, j’avais pas saisi le sens de cette démarche.

Merci pour l’info. Mais Panini s’est embêté pour pas grand chose…