IN MEMORIAM - COMICS

Merci beaucoup

1 « J'aime »

Elle est dure à lire sa lettre. Sans même parler des faits avérés ou non et de la tonalité qui est forcément SON point de vue (j’ai pas suivi et je m’en fiche).

Elle est dure à lire car on sent la colère et l’incompréhension face à ce qu’il vit. Et l’impossible retour en arrière voire même l’impossible explication à donner à ses détracteurs.

Au moins au Far West, les lyncheurs se salissaient un peu les mains…

2 « J'aime »

Google est mon ami… mais là je ne sais pas si j’ai envie de lui faire subir ça.

Je me fiche pas de l affaire et il a reconu des faits… mais si la jeune artiste a eu bien fait de parler… ce n est pas le cas des autres.
On est pas sur du weinstein… non plus.
En arriver au suicide c est triste et en meme temps sa lettre montre bien le piege sans issue a court terme… et combien sommes nous a ne voir que ca… l issue a court terme.
C est desolant… et en plus ca ne servira ni la jeune femme… ni ce genre d affaire quel qu est pu etre la réalité

C est un fichu gachis pour les deux parties …
Et un gachis… pour ed piskor…

A angouleme je lui ai parlé un peu car il avait parlé de son amour des xmen (c etait avant ses comics marvel et oui j ai ete gentil sans degommer les mutants)… il m a paru sympa… bon je suis pas non plus tom e cul par terre suite aux accusations… et meme pas vraiment de la fin mais … bon sang c est un gachis

1 « J'aime »

Je crois que Fred a bien tout synthétisé.

1 « J'aime »

Bob layton sur fb

3 « J'aime »

J’aimais bien son style. Un peu trop de mâchoires carrées, même pour les personnages féminins, mais dans l’ensemble c’était efficace…

Ouais.

Trina Robbins est décédée :

Jim

2 « J'aime »

RIP

photo que j ai prise à Bordeaux en décembre lorsqu’elle est venue retrouver son mari qui dédicaçait chez Krazy Cat

4 « J'aime »

Oh zut.

2 « J'aime »

Laurent Lefeuvre

Trina Robbins (1938-2024)

« J’en avais marre d’entendre des hommes

me dire que les femmes n’avaient jamais fait de BD »

Comme une réponse à la scandaleuse absence de femmes dans la sélection officielle du FIBD de 2016 (30 auteurs, 0 autrices), Komics Initiative (qui porte décidément bien son nom) s’était lancé en 2019 dans la traduction en France de Wimmen’s Comix, cette aventure éditoriale US longue de 20 ans (1972-1992), dans laquelle des femmes ont donné un équivalent féminin des ZAP, Weirdo et autres comiX underground (Crumb, Shelton, Moscoso, Spain, Rodriguez…) eux aussi très majoritairement masculins dans leur conception, comme dans leurs points de vue.

  • Ne cherchez plus Wimmen’s ComiX en français : ce double-pavé en coffret (Eisner Award 2017 du Meilleur recueil/projet patrimonial) a été vite épuisé.

Il y a Last Girl Standing, autobiographie de Trina Robbins parue récemment chez Bliss.

Trina Robbins était une pionnière, un témoin, une insoumise et une historienne.

Sa disparition marque plusieurs générations d’auteur·ice·s et de lecteur·ice·s

Coup de chapeau à Jean-Pierre Dionnet et Janic Guillerez qui ont publié Trina en France, dès 1976 via Ah NANA (dont une anthologie est actuellement en kiosque, n° Hors-Série de Métal Hurlant) , entourée d’une génération d’autrices françaises (Chantal Montellier, Nicole Claveloux, Cathy Millet, Florence Cestac…) mais aussi quelques RARES mecs (pas de raison de remplacer un ghetto… par un autre) !

  • J’ai glissé quelques images que j’avais produit pour la campagne de financement de Wimmen’s Comix en France, pour motiver les troupes, plus habituées à la testostérone Marvel/DC (je m’inclue dans le lot) qu’aux histoires d’Alison Bechdel (elle a publié dans Wimmen’s Comix à ses débuts).

2 « J'aime »

Bill Sienkiewicz

image

3 « J'aime »