INHERENT VICE (Paul Thomas Anderson)

[quote]DATE DE SORTIE FRANCAISE

4 mars 2015

REALISATEUR & SCENARISTE

Paul Thomas Anderson, d’après le roman de Thomas Pynchon

DISTRIBUTION

Joaquin Phoenix, Josh Brolin, Reese Whitherspoon, Jena Malone, Owen Wilson, Benicio del Toro, Michael K. Williams, Maya Rudolph, Eric Roberts, Martin Short…

INFOS

Long métrage américain
Genre : comédie dramatique/thriller
Année de production : 2014

SYNOPSIS

L’ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu’elle est tombée amoureuse d’un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l’épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n’est pas si simple…
C’est la toute fin des psychédéliques années 60, et la paranoïa règne en maître. Doc sait bien que, tout comme “trip” ou “démentiel”, “amour” est l’un de ces mots galvaudés à force d’être utilisés – sauf que celui-là n’attire que les ennuis.[/quote]

La bande-annonce :

Pynchon meets Paul Thomas Anderson ? Sur le papier, j’ai envie de dire : wow.

Je me suis marré pendant une bande-annonce d’un film de PTA…ça n’arrive pas souvent… :wink:

La nouvelle bande-annonce :

Autant The Master m’avait laissé…circonspect,autant celui-ci m’intrigue au plus haut point, il a l’air bien déjanté.

putain, mais oubliez Hugh Jackman ! On le tient, le nouveau Wolvie cinématographique !

:wink:

Les gars, personne pour en parler?

J’en ai vu 1h et j’arrive pas à aller plus loin

Un mélange abâtardi entre Tarantino et les polars bavards des années 70; quand P.T Anderson fait sa crise “Drive”, sur-écrit les dialogues, abuse des travelling avant et gâche une distribution classe réduite à réciter des textes ampoulés et surréalistes, perdue dans une intrigue compliquée pour rien.

Ou alors c’est que je comprends plus le cinéma…

Perso, je ne suis pas un très grand fan du cinoche de Paul Thomas Anderson. J’avais bien aimé Boogie Nights à l’époque mais je ne l’ai pas revu depuis, je me suis pas mal ennuyé devant Magnolia et j’ai arrêté *Punch Drunk Love *au bout d’une demi-heure (et ça, c’est rare en ce qui me concerne).
Après, je n’ai pas cherché à en voir plus…mais comme la BA de Inherent Vice m’avait plutôt amusé, je lui donnerai peut-être sa chance lors de son passage télé…

[quote=“silverfab”]Les gars, personne pour en parler?

J’en ai vu 1h et j’arrive pas à aller plus loin

[/quote]

Je précise que j’ai pas vu le film. J’ai bien eu les boules de le louper en salles, d’ailleurs.
Je ne sais pas si tu connais les romans de Thomas Pynchon, dont le film est une adaptation, mais je pense qu’une partie des défauts que tu évoques vient de là. C’est très spécial, Pynchon.
Sur ce projet en particulier, il a paraît-il voulu rendre hommage à “The Big Lebowski” et son fameux perso éponyme, et donc indirectement à “The Big Sleep / Le Grand Sommeil” : le script semi-incompréhensible du film des frères Coen était un hommage à celui tout aussi sibyllin du film d’Howard Hawks. C’est ce type de structure, où l’accumulation de détails ne vise pas tant à enrichir l’intrigue qu’à constituer un effet de style en soi (un autre exemple ce serait “Chinatown” de Polanski), que reprend je crois “Inherent Vice”.

Je ne suis pas le plus grand fan au monde de P.T.A, mais j’avoue avoir pris une claque monumentale sur son précédent film “The Master”. J’attends celui-là de pied ferme…

Je retrouve pas mal de mes impressions dans çe que tu expliques la, en effet, j’ai dit a un moment a ma femme:" les frères Cohen auraient pu écrire un truc comme ça " (en pensant au trop verbeux The Barber par exemple). Si je suis un grand fan de There Will be blood, le reste de la filmo du réal m’a assez vite fatigué.
J’espère que tu le verras rapidement, que tu pousses un peu plus un début d’analy déjà fort pertinent.

[quote=“Photonik”]
Sur ce projet en particulier, il a paraît-il voulu rendre hommage à “The Big Lebowski” et son fameux perso éponyme, et donc indirectement à “The Big Sleep / Le Grand Sommeil” : le script semi-incompréhensible du film des frères Coen était un hommage à celui tout aussi sibyllin du film d’Howard Hawks. C’est ce type de structure, où l’accumulation de détails ne vise pas tant à enrichir l’intrigue qu’à constituer un effet de style en soi (un autre exemple ce serait “Chinatown” de Polanski), que reprend je crois “Inherent Vice”.[/quote]

Vu le côté un peu opaque de l’intrigue à la Chandler, le portrait de l’Amérique 70’s et le caractère du personnage principal, je trouve que l’influence la plus flagrante reste celle du film The Long Goodbye de Robert Altman.

Sinon j’ai vraiment bien aimé ce film, alors que pourtant je ne suis pas hyper fan d’habitude de Anderson, peut-être bien mon film préféré de cette année (mais il y a de grandes chances qu’il se fasse détrôner par Fury Road).

Mince. Tu as loupé la meilleure scène du film.

Je l’ai pas vu celui-là, mais comme il s’agit (comme “The Big Sleep”) d’une adaptation de Raymond Chandler mettant en scène le privé Philip Marlowe, ça semble tout à fait cohérent, en effet.