INSTINCT DE SURVIE (Jaume Collet-Serra)

[quote]DATE DE SORTIE FRANCAISE

24 août 2016

REALISATEUR

Jaume Collet-Serra

SCENARISTE

Anthony Jaswinsky

DISTRIBUTION

Blake Lively, Óscar Jaenada, Sedona Legge…

INFOS

Long métrage américain
Genre : drame/thriller
Titre original : The Shallows
Année de production : 2016

SYNOPSIS

Une jeune femme dont la mère est décédée récemment surfe sur une plage isolée. Blessée, elle se retrouve bloquée sur un rocher à quelques mètres du rivage. Sauf qu’un grand requin blanc rôde…[/quote]

La bande-annonce :

Oh purée.

Collet-Serra m’a impressionné avec deux thrillers proprement épatants, tous deux avec Liam Neeson (que j’aime bien mais sans plus), à savoir Sans Identité (qui m’a bien eu) et Non-stop (qui mérite complètement son titre).
Et de mémoire, j’ai un bon souvenir de son remake House of Wax.
J’ai l’impression que ce gars rentre dans la catégorie des gens qui n’ont pas inventé la poudre, mais qui savent très bien la faire parler (comme cela avait été formulé de manière très adroite dans un vieux Scarce). Il a un montage super vigoureux, il sait tirer profit de ses acteurs, il gère très bien l’insertion de supports narratifs complémentaires (les écrans, les SMS…), bref, c’est du cinéma plein d’énergie.
Et cette bande annonce ne déroge pas à la règle : y a rien, y a tout. Y a un usage du son très prenant, une capacité à faire attendre assez convaincante. Avec un postulat pareil, d’une simplicité angoissante, il peut tirer des choses fortes.

(Après, je salue l’effort consistant à traduire le titre anglais avec des mots français. Ça change. Mais j’aurais bien aimé avoir un truc moins survivaliste, plus proche du pitch de base. Genre “les hauts-fonds”, ou “les récifs”, un truc du genre.)

Jim

[quote=“Jim Lainé”]
Et de mémoire, j’ai un bon souvenir de son remake House of Wax.

Jim[/quote]

Un remake / variation sur un thème vraiment excellent et plutôt original, et étonnamment ignoré, me semble-t-il, de manière générale.

À ce sujet, c’est marrant, mais en cherchant un peu, je vois qu’on renvoie directement au film avec Vincent Price (années 1950 ou 1960, je sais plus, mais loin, quoi…). Mais j’avais pourtant l’impression qu’il y avait une version genre années 1970. J’aurais rêvé, donc ? Ou confondu avec quelque chose ?

Jim

A brûle-pourpoint, une version des années 70 ça ne me dit rien.

En remuant tout cela dans ma tête, je crois que je confonds avec un slasher qui se déroule dans une fête foraine, ou un truc du genre, et qui, me semble-t-il, finit aussi en incendie. De mémoire, c’est fait par un gars connu.
Peut-être Massacre dans le train fantôme, de Tobe Hooper. Que je n’ai pas revu depuis des années, et dont les images doivent se mélanger, va donc savoir pourquoi…

Jim

La nouvelle bande-annonce :

youtube.com/watch?v=k_LGMM9TqtA

[quote=“Jim Lainé”]Oh purée.

Collet-Serra m’a impressionné avec deux thrillers proprement épatants, tous deux avec Liam Neeson (que j’aime bien mais sans plus), à savoir Sans Identité (qui m’a bien eu) et Non-stop (qui mérite complètement son titre).
Et de mémoire, j’ai un bon souvenir de son remake House of Wax.
J’ai l’impression que ce gars rentre dans la catégorie des gens qui n’ont pas inventé la poudre, mais qui savent très bien la faire parler (comme cela avait été formulé de manière très adroite dans un vieux Scarce). Il a un montage super vigoureux, il sait tirer profit de ses acteurs, il gère très bien l’insertion de supports narratifs complémentaires (les écrans, les SMS…), bref, c’est du cinéma plein d’énergie.
Et cette bande annonce ne déroge pas à la règle : y a rien, y a tout. Y a un usage du son très prenant, une capacité à faire attendre assez convaincante. Avec un postulat pareil, d’une simplicité angoissante, il peut tirer des choses fortes.

(Après, je salue l’effort consistant à traduire le titre anglais avec des mots français. Ça change. Mais j’aurais bien aimé avoir un truc moins survivaliste, plus proche du pitch de base. Genre “les hauts-fonds”, ou “les récifs”, un truc du genre.)[/quote]

Hé bien, il fournit vraiment un truc impressionnant à la hauteur de ce que je pensais. C’est prenant, oppressant, avec une musique qui se permet d’être absente dans certains moments, histoire de bien appuyer les effets.
C’est pété d’idées visuelles efficaces (le passage du temps à la tombée de la nuit, renversant ; la mort du soûlographe, entendue le spectateur et vue par procuration par l’héroïne, l’utilisation des vagues…), l’utilisation des écrans technologiques que ce soit dans le cours de la narration ou au sein de l’image est plutôt bien amenée, et les ralentis sont fructueux, pas du tout là pour faire joli.
Le requin, quant à lui, est impressionnant. Les plans insistent énormément sur la bouche béante de cette machine à tuer. Il y a également des images sous-marines épatantes (les méduses). En revanche, j’ai repéré un faux raccord sur la jambe blessée, ce qui est ballot. Et y a un truc vers la fin qu’il faudra qu’on m’explique (ou alors j’ai pas bien suivi).
Mais l’ensemble est tout de même implacable, avec cette puissance que peuvent avoir les trucs minimalistes : court, sans trop de dialogues, avec une tension liée à l’étroitesse et à la dangerosité de l’enjeu.
Impressionnant.

Jim