INVINCIBLE IRON MAN #1-11 (Brian Bendis / Stefano Caselli)

[quote=“Jack!”]

Comme Ultimate Spider-Man #160 où il était pourtant écrit en gros : “La Mort de Spider-Man”.

Mais même sous blister, il n’empêche que la couverture de Captain America #25 avait été diffusée sur le net avant la sortie de l’épisode en question.[/quote]

Ok merci pour les précisions Jack.

[quote=“sylvain cordurié”]

Arrête !!! C’est déjà bien assez moche comme ça. :slight_smile:
Je comprends la nécessité de faire évoluer un catalogue pour attirer de nouveaux lecteurs. Mais la manière dont Marvel s’y prend, c’est ahurissant.
Pour un rajeunissement intelligent - Spider-Man adulte (Peter)/Spider-Man gosse (Miles)… je n’aime pas ce qui préside à l’idée, mais faut être honnête, c’est cohérent - on se tape une tripotée de nouveaux alter ego rivalisant d’inintérêt.
.[/quote]

On est bien d’accord que pour être aussi affirmatif, tu as lu les dits épisodes ou apparaissent ces personnages ?

Donc faut tout acheter pour juger si l’idée de base nous intéresse ? Et si on n’aime pas, faut quand même aller au bout pour être sûr qu’on est pas d’accord avec la vague de refonte des personnages ?
Mais je vois d’ici, ceux qui vont me dire (comme on me l’a dit pour SW), mais si t’as pas aimé, pourquoi t’as été au delà du numéro X ?

C’est ça qui est bien, c’est qu’on ne peut pas avoir d’avis négatifs a priori et que si on a des avis négatifs a posteriori … C’est qu’on est …

Enfin bon, sujet de philo, peut-on dissocier idée de base et réalisation et les juger différemment et indépendamment ?

Moi l’idée de Sam Wilson en Cap ne m’a jamais intéressé, Thorette idem même si la réalisation est sûrement bien foutue puisque ça a l’air de faire l’unanimité, Riri Wiliams en IM ne me tente pas plus que si c’était Pepper ou Rhodey déjà que ça me fatiguait avec Stark …
Les jeunes premiers X-men ramenés dans le présent, on a bien vu que … heu … en fait on en a rien fait …
Le cas Miles est différent à mon sens car provenant de l’univers Ultimate et il n’était pas sensé revenir dans le 616 à l’origine.

Oui. Franchement, Victor, quel intérêt ton commentaire, à part juste pour me contredire une fois de plus ?
C’est une approche globale dont je parle. Le fait est que l’éditeur féminise à mort son catalogue, et qu’il joue aussi à mort la carte de la jeunesse. Dire ça, ce n’est pas juger le contenu, c’est faire le constat d’un paysage.
Marvel a peut-être “féminisé” par le passé. Mais là, on atteint des sommets.

Après, dis le contraire si ça t’éclate…

Moi je me dis que la féminisation du catalogue tout comme le rajeunir c’était déjà le cas avant dans les années 80, ça va par vague.

Mais es-tu sûr de savoir ce qu’est “l’idée de base” sans avoir lu la (en l’occurrence ce serait plutôt “les”) série(s) ?

Personnellement, j’ai tendance à penser qu’il n’y a pas de mauvaises idées dans les comics (dans le sens absolument aucune). Tu pourrais faire un crossover où tous les héros changent de sexe ou se transforment en gorille (ça a déjà été fait), et il pourrait très bien fonctionner. Il n’y a que des mauvais scénaristes.*

On en revient à l’histoire de la vitrine comme l’entend Sylvain Cordurié. Mais la vitrine ne fait pas le magasin et elle n’a que peu de conséquence sur l’habileté des faiseurs. C’est pas joli, c’est mécanique, mais tant que le produit est de bonne facture…

Après, que Bendis soit mauvais comme un cochon… Je ne lis plus ses séries de toute manière.


[size=85]*D’ailleurs, j’aime vraiment beaucoup ce que fait Spencer avec Sam Wilson en Captain America. Il a une main bien campée sur les nouveaux moyens de communication, pour le moins succincts dirons-nous, et il n’hésite pas à les appliquer aux sujets sensibles (dernièrement les violences policières qui sont plus que jamais au centre du débat aujourd’hui même, malheureusement). Au final, la série Captain America : Sam Wilson prend des formes de brûlot qui rend l’emblème de l’Amérique plus en phase avec sa réalité, aussi acerbe soit-elle.

Rien que pour ça, il n’y a aucune raison que pour les idées bancales (Sam Wilson en bannière étoilée ou Superior Spider-Man) ne se concrétisent pas.[/size]

Oui. Mais on n’est plus dans les années 80. Et aujourd’hui, cette mécanique… l’effet de masse est terrible.

Simplement parce que la communication atteint plus facilement la masse.

[quote=“Jack!”]

Mais es-tu sûr de savoir ce qu’est “l’idée de base” sans avoir lu la (en l’occurrence ce serait plutôt “les”) série(s) ?

Personnellement, j’ai tendance à penser qu’il n’y a pas de mauvaises idées dans les comics (dans le sens absolument aucune). Tu pourrais faire un crossover où tous les héros changent de sexe ou se transforment en gorille (ça a déjà été fait), et il pourrait très bien fonctionner. Il n’y a que des mauvais scénaristes.*

On en revient à l’histoire de la vitrine comme l’entend Sylvain Cordurié. Mais la vitrine ne fait pas le magasin et elle n’a que peu de conséquence sur l’habileté des faiseurs. C’est pas joli, c’est mécanique, mais tant que le produit est de bonne facture…

Après, que Bendis soit mauvais comme un cochon… Je ne lis plus ses séries de toute manière.


[size=85]*D’ailleurs, j’aime vraiment beaucoup ce que fait Spencer avec Sam Wilson en Captain America. Il a une main bien campée sur les nouveaux moyens de communication, pour le moins succincts dirons-nous, et il n’hésite pas à les appliquer aux sujets sensibles (dernièrement les violences policières qui sont plus que jamais au centre du débat aujourd’hui même, malheureusement). Au final, la série Captain America : Sam Wilson prend des formes de brûlot qui rend l’emblème de l’Amérique plus en phase avec sa réalité, aussi acerbe soit-elle.

Rien que pour ça, il n’y a aucune raison que pour les idées bancales (Sam Wilson en bannière étoilée ou Superior Spider-Man) ne se concrétisent pas.[/size][/quote]

Oui, bien sûr, dans l’absolu.
Maintenant, le clonage excessif d’une même idée, c’est rarement positif sur le moyen terme. Ça la banalise. Il se passe quoi ensuite ? Les lecteurs se lassent et arrêtent ou vont voir ailleurs.
Le talent de certains auteurs favorisera la création de bons titres, dans ce contexte comme dans n’importe quel autre, ça c’est vrai. Mais mêmes ces beaux arbres ne cacheront pas une forêt d’uniformisation.
On voit bien ce que d’autres formes de banalisation ont produit comme effets : les morts à répétition, les events plus cataclysmiques les uns que les autres…
Ça conduit lentement mais sûrement les comics dans le mur, les events étant des traitements de choc pour patient incurable.

[quote=“Jack!”]

Simplement parce que la communication atteint plus facilement la masse.[/quote]

Oui. Mais ça ne change rien. Les dégâts ne sont pas moindres, au contraire.

[quote=“sylvain cordurié”]Oui. Franchement, Victor, quel intérêt ton commentaire, à part juste pour me contredire une fois de plus ?
C’est une approche globale dont je parle. Le fait est que l’éditeur féminise à mort son catalogue, et qu’il joue aussi à mort la carte de la jeunesse. Dire ça, ce n’est pas juger le contenu, c’est faire le constat d’un paysage.
Marvel a peut-être “féminisé” par le passé. Mais là, on atteint des sommets.

Après, dis le contraire si ça t’éclate…[/quote]

Mais justement, tu devrais arrêter de te focaliser sur la forme et plus t’intéresser au fond. Que Marvel “féminise” plus son catalogue, why not du moment qu’au final cela se traduit par de bonnes séries. D’ailleurs, je te ferais remarquer que la stratégie de Marvel, pour le moment, n’est pas si mauvaise que ça vu que tout ces titres existent encore, à l’inverse d’autres titres avec des personnages masculins et/ou plus établis (black knight, hypérion, hercules ou red wolf). Cela prouve bien qu’il y’a bien une “fan base” qui suit ces titres.

Et pour ce qui est de la carte de la jeunesse, je ne vois pas non plus ou est le problème. Cette politique a toujours existé. Franchement des fois j’ai l’impression que certains lecteurs découvrent le monde !!!

Enfin bon, moi ce que je constate de plus en plus, et pas que sur ce forum, ce qui tue le comics, ce n’est pas forcément les choix éditoriaux, mais bien une partie du lectorat qui est plus dans la réaction, malheureusement très souvent épidermique, que dans la réflexion. Et, au final, on retient plus le discours des rageux et/ou des éternels insatisfaits que le message ou l’info initial.

Ce qui tue les comics, c’est une partie du lectorat ? Si ce n’est pas mignon comme approche… Au moins, tu ne dédouanes pas à moitié les éditeurs de leur responsabilité.

Quand le New 52 foire, c’est de la faute des lecteurs ? Et quand la caractérisation des personnages est sacrifiée - caractérisation qui est une base essentielle de la fidélité d’une partie de ce lectorat si coupable - au profit de on se demande quoi, c’est de leur faute également ? C’est encore eux les fautifs quand les éditeurs usent de formules étirées jusqu’au point de rupture de l’élasticité ? Ou qu’ils pètent la réalité à l’envie pour la reconstruire avant de la péter encore ?

Les bonnes ventes du New 52 n’ont pas empêché DC de devoir trouver une réponse à l’érosion de son lectorat. Et les méchants lecteurs n’y sont pas pour grand-chose.

Ce que tu ne piges pas, ou que tu ne veux pas comprendre, c’est que la confiance dans les contenus présents et à venir, elle ne coule pas de source. Elle dépend d’une expérience de lecture. Et mon expérience de lecture depuis 10 ans, elle n’est pas brillante, malgré les immenses qualités de certains auteurs et titres. Ce que tu qualifies de réaction épidermique, c’est plutôt de la défiance. Parce que chat échaudé etc.

Depuis que je suis gosse, je me nourris de fictions. Quand je vais au cinoche, je suis toujours dans un a priori positif. Quand j’aborde un roman ou une série télé, pareil. Et depuis 30 ans que je suis Marvel et DC, je kiffe toujours autant ces univers. Sinon, qu’est-ce que je foutrais ici, hein ? Mais depuis 10 ans, j’y trouve de moins en moins mon compte. Tu ne peux pas imaginer - ne serait-ce qu’un instant - que ma réaction a des raisons d’être ?

Le paysage d’ensemble, je le trouve moche. Des Avengers versions culottes courtes, avec leurs leaders (encore) aux pâquerettes ; des X-Men qui ne ressemblent plus à rien après plusieurs pressions à froid (toujours les mêmes idées, l’une des meilleures ayant été abandonnée… le Uncanny Avengers aurait pu permettre de sortir de l’impasse victimisante dans laquelle se perdent les séries mutantes depuis trop longtemps), une incapacité à faire vivres des personnages solutionnée par des remplacements à la louche… Et toi, ton analyse, c’est juste que je suis un “méchant lecteur” ?

Non. Je-n’ai-pas-confiance. Donc, donner du crédit à Marvel, ce n’est pas possible pour moi là tout de suite. Comme je l’ai déjà admis, je louperai de bonnes choses. Mais j’en ai lu trop de faiblardes pour le regretter. Et ça n’a rien à voir avec la lassitude ou l’expression rageuse de mon caractère. Encore que sur ce dernier point, j’avoue être partiellement dans le déni. :slight_smile:
En revanche, prétendre que je suis un éternel insatisfait, je m’autorise à te dire que c’est une belle connerie. Parce que c’est faux (je ne vais pas faire l’inventaire des choses que j’aime… tu n’as qu’à suivre). Je vomis juste la politique éditoriale du moment, bien trop putassière dans son ensemble. Tant mieux si Marvel réussit à conquérir de nouveaux lecteurs ainsi. Moi, ils m’ont perdu en route. On verra combien de temps les nouvelles cibles de l’éditeur lui resteront fidèles.

Je suis tombé sur ça hier. Je suis étonné de voir qu’on en parle déjà dans une émission de télévision française alors que la série ne démarre que dans quelques mois aux Etats-Unis:

C’était le cas aussi pour le Superman asiatique, évoqué dans la même émission.

Tu ne t’es pas fait mal, j’espère ?

Après maintes délibérations, le scénariste Brian M. Bendis a décidé de ne pas donner le nom d’Iron (Wo)Man à la successeur de Tony Stark ; la jeune étudiante du M.I.T. Riri Williams. Au lieu de ça, il a opté pour le titre d’Ironheart.

L’auteur s’explique :

Invincible Iron Man #1 de Brian Bendis et Stefano Caselli sort en octobre 2016 aux États-Unis.

[quote=“Jack!”]L’auteur s’explique :

[/quote]

Ah bon ? Pourtant y’avait un personnage Marvel qui s’appelait comme ça dans le temps (dans la franchise X-Men)…

et 2 autres:

marvel.wikia.com/wiki/Iron_Maiden_(Karen_(Earth-9997)

marvel.wikia.com/wiki/Melina_Vos … (Earth-616

C’est peut-être quand le nom en question est aussi le titre du comic que le problème se pose vraiment ; à ce que j’ai lu, les éditeurs de “Iron and the Maiden” ont eu maille à partir (judiciairement, j’entends) avec le célèbre groupe de heavy-metal britannique. Ce qui est un peu ridicule, comme l’ont souligné leurs avocats, puisque la “Vierge de fer” est un instrument de torture médiéval bien antérieur au premier disque de rock n’roll…

Mais Iron Maiden c’est comme Kiss, qui veut dire bisous, c’est devenue une marque déposé, avec le merch qui va avec. Les mecs ont leur propre bière nom de zeus.

C’est limite devenue une entreprise plus qu’un groupe.

C’est effectivement devenu une entreprise, ouais. Dans le cas de Maiden, c’est 80 ou 90 employés tout de même.
Je comprends qu’il y ait des enjeux financiers (et je suis raide dingue du groupe depuis la plus tendre enfance, en plus), mais je trouve cette “appropriation” un peu gonflée quand même. Surtout qu’à la base, le nom est autant une référence à l’instrument de torture qu’une vanne faisant aussi référence à Margaret Thatcher, la “dame de fer”…
L’esprit potache des débuts s’est définitivement évaporé avec l’arrivée des avocats, j’ai l’impression.