INVISIBLE REPUBLIC t.1 (Corinna Bechko, Gabriel Hardman)


(Le Doc) #1


*couverture à venir

Invisible Republic t.1

Parfait mélange entre Breaking Bad et Blade Runner, Invisible Republic nous plonge dans la peau de Croger Babb, un reporter qui va découvrir les plus lourds secrets de famille d’un Empereur. Entre course contre la montre, colonies galactiques et action crue, Invisible Republic est un polar coup de poing, qui ne se prive pas pour dire ses quatre vérités politiques à un lecteur qui identifiera bien vite des points communs entre ses thèmes et le monde qui l’entoure.

Prix : 15,90 EUR
Relié: 128 pages
Editeur : Bragelonne
Sortie : 14 février 2018
Collection : HI COMICS


(soyouz) #2

C’est Glénat qui fait le descriptif ?


(Le Doc) #3

Héhéhé…je me suis fait la même réflexion…:wink:

D’après le site 9ème art, qui a assisté à la présentation au Comic Con Paris, Hi Comics publiera également la série Generation Gone de Ales Kot et André Araujo (Image)

https://imagecomics.com/comics/releases/generation-gone-1

ainsi que les comics des Tortues Ninja…

D’après le même article, l’éditeur prévoit de publier 2 albums par mois.

Source : http://www.9emeart.fr/post/news/comics/hi-comics-annonce-generation-gone-et-la-venue-d-ales-kot-en-2018-7570


(soyouz) #4

Ah, faudra regarder !


(Jim Lainé) #5

Ils tapent fort, pour un lancement.

Jim


(soyouz) #6

C’est bien The Few ?


(Jim Lainé) #7

Aucune idée.

Jim


(soyouz) #8

Ah … donc le “tape fort”, c’est uniquement pour Invisible Republic ?


(Jim Lainé) #9

Voui, essentiellement.
Et puis Generation Gone, qui a l’air très bien.

Jim


(Le Doc) #10

La couverture du tome 1 :


(Oncle Hermes) #11

Babb, un journaliste miteux et à moitié grillé suite à certaines actions passées, est venu couvrir les lendemains de la chute du régime politique d’Arthur McBride sur Avalon, une ex-colonie spatiale reculée dont pas grand-monde ne semble avoir vraiment grand-chose à faire. Babb voit pourtant sa chance pour un retour en grâce lorsqu’il tombe par hasard sur le journal écrit par une certaine Maia Reveron : une cousine du dictateur déchu, dont toute trace de l’existence semble avoir été complètement effacée, et dont le témoignage, dès les premières pages, jette une lumière inédite sur la “légende” officielle des origines de McBride. Dès lors, Babb s’attache à tenter de retrouver la trace de Maia et à reconstituer les parcours croisés des deux cousins quatre décennies plus tôt… mais la vérité va s’avérer plus complexe que le simple “scoop” espéré.

Invisible Republic est une fort bonne série que je ne peux que recommander, à condition néanmoins de ne PAS y chercher ce que le blabla de Bragelonne veut faire croire qu’on y trouvera, car j’ai rarement vu un argumentaire aussi complètement à côté de la plaque.

  • Mélange entre Breaking Bad et Blade Runner ? Je cherche le rapport, je ne vois pas trop. (Pour leur défense --plus ou moins–, les pros du marketing de Bragelonne ont juste piqué le titre d’une interview des auteurs sur Newsarama au moment du lancement original de la série ; sauf que le titre attrape-clic n’a rien à voir avec ce que disent les auteurs dans ladite interview. Pour l’info, CBR, cité sur la 4e de couv’ du volume en v.o., évoquait plutôt un croisement entre Les Hommes du président et Battlestar Galactica.)
  • Un Empereur ? Ils ont dû se dire que “dictateur d’une petite lune” n’envoyait pas assez du rêve.
  • Colonies galactiques… Oui, certes, mais enfin surtout au singulier, tout de même.
  • Action crue ? Polar coup de poing ? Pas vraiment le point fort de la série.
  • “Dire ses quatre vérités politiques au lecteur” ? Euh… Faut peut-être pas pousser non plus.

Restent les “points communs entre ses thèmes et le monde qui (nous) entoure”, mais bon, c’est un peu parler pour ne rien dire.

Après, je peux concevoir qu’Invisible Republic ne soit pas non plus la série la plus facile à “vendre” aux foules en délire : en vrai, c’est de la SF en mode polar politique, certes, mais assez résolument anti-spectaculaire, et qui vaut d’abord pour l’ambiance dans laquelle le scénario et le dessin nous immergent de concert.

Je ne suis pas sûr néanmoins (euphémisme !..) qu’essayer de faire passer ça pour du simili-StarWars soit une stratégie vraiment payante : ça semble plutôt le meilleur moyen de faire fuir des lecteurs / acheteurs potentiels et de décevoir ceux qui seront “tombés dans le panneau” attirés par l’argumentaire, et ne se referont pas avoir pour les tomes suivants…


(Blackiruah) #12

Moué, c’est pas avec ça que tu tappes fort mais plutot rick & morty et à la rigueur le TMNT si ça ne se ramasse pas comme Soleil


(soyouz) #13

Pour TMNT, le problème, c’est que ce ne sont pas les seuls à s’être ramassés, chez Soleil !