IRA DEI t.1-3 (Vincent Brugeas / Ronan Toulhoat)

Tiens, ça aussi sur la liste du 3 et 4 avril …

Je viens de lire le tome 3, à la suite de sa découverte dans une solderie, et en misant sur le fait que ce début de second cycle permettrait de facilement rentrer dans l’intrigue.

Couv_372074

Bien m’en a pris, parce que, justement, force est de constater que la construction facilite la découverte. Le scénario s’ouvre sur une confrontation avant la bataille, et pour un lecteur qui n’aurait pas lu les deux premiers tomes (genre : moi), le procédé permet clairement d’éclairer les forces en présence.

S’ensuivent différentes scènes qui permettent de voir comment les deux camps en question gèrent la nouvelle situation : les stratégies parallèles, les luttes intestines, les rivalités face à l’ennemi ou vis-à-vis de l’allié. C’est plutôt bien troussé, et Brugeas parvient à équilibrer les portraits en évitant tout manichéisme : en sortant de l’album, je ne sais pas s’il y a un groupe que je préfère, ce que je trouve très bien.

Graphiquement, ça tabasse. C’est vigoureux, exagéré, l’encrage est nerveux, recourant à des traits épais. Je vois dans le dessin de Toulhoat, outre d’évidentes influences comics, un peu de l’école Wendling / Lauffray / Springer, un peu de Stan & Vince aussi, et peut-être un peu de l’école espagnole (Victor De La Fuente au premier chef, la couverture du 48h de la BD m’y faisant grandement penser). J’aime beaucoup. J’aime bien ses effets de couleurs, notamment le cerné orange qu’il place parfois sur fond blanc. J’aime moins ses paroles (cris, hurlements) occupant toute une case, mais il en abuse bien moins que dans Le Roy des Ribauds, et je trouve l’effet à la fois plus lisible et plus maîtrisé.

Bref, je crois que je vais aller me chercher les deux premiers tomes assez vite.

Jim

Attends le 3 avril, pour le 1er.

D’ailleurs…

Jim

Sur le forum BDGest, Ronan Toulhoat montre quelques planches du quatrième tome à venir :

01_iradei_04-COUL

02_iradei_04-COUL

10_IRADEI_04-COUL copie

Jim

C’est qui à la couleur ?

Le dessinateur lui-même.

Jim

Je préfère cette variété de couleurs à celle utilisée dans le Roy des Ribauds … trop sombre à mon goût.

J’ai donc lu le premier cycle. Et cela confirme la première impression très favorable que j’ai eue à la lecture du troisième tome, début du second cycle.

Couv_318329

Bref.
Nous sommes au début du XIe siècle. Après une première séquence, tendance prégénérique, et située en 1037, nous nous retrouvons en 1040 alors que des rivalités secouent la Méditerranée. Nous suivons un certain Tancrède qui se rallie aux mercenaires travaillant pour le strategos Maniakès. Il rencontre Harald, un homme du nord, et Guillaume, un Normand, tous deux plus ou moins à la tête de troupes de chocs. Si le premier se lie rapidement d’amitié à Tancrède, le second pense le connaître, malgré la vilaine brûlure qui balafre son visage. Et pour cause, Tancrède s’appelle en réalité Robert, et l’on apprend bien vite qu’il est noble normand, déchu de son titre et plus ou moins en exil (il n’est pas difficile de deviner quel personnage historique Brugeas et Toulhouat récupèrent à cette occasion, les indices s’accumulent bien vite).

Fin stratège, un brin manipulateur, assez cynique (mais on rencontrera pire dans la série), Tancrède s’impose bientôt comme le chef d’une petite bande, une vingtaine de soldats, modestes par le nombre mais grands par l’efficacité. Sa présence secoue le cocotier, amenant Guillaume à prendre définitivement la tête de son propre groupe, et Harald à écouter de plus en plus fréquemment les conseils de son nouvel ami, au grand dam d’Eudoxie, sa maîtresse (et accessoirement la sœur de Maniakès, ce qui ne va pas sans poser quelques soucis).

Rajoutons à ce panier de crabe le diacre Étienne, qui connaît la réelle identité de Tancrède et cherche à tirer profit de ce dernier, non sans comprendre que l’ancien noble normand n’est pas si facile à tenir en laisse. Qu’à cela ne tienne, le moinillon n’est pas en manque d’inspiration quand il s’agit de jouer les éminences grises.

Couv_344637

L’intrigue alterne les grosses scènes de bastons, où le trait énergique de Ronan Toulhoat fait merveille (signalons un très bel hommage au Death Dealer de Frazetta, dans le tome 2) et les conciliabules entre protagonistes, séquences durant lesquelles chacun cherche à tirer les marrons du feu tout en pesant sur les décisions des autres. Bien entendu, Tancrède va finir par trouver plus vicieux que lui en la personne de Maniakès, ce qui amènera à une redistribution des cartes bouclant ce premier cycle.

Prenant au comic book ce qu’il a de meilleur, à savoir des décors grandioses, des scènes d’action étourdissantes et des gros plans qui ne donnent jamais l’impression que l’illustrateur tombe dans la facilité ou le remplissage, la série s’impose comme une très belle expérience de lecture, un tour dans un grand 8 historique où les auteurs font preuve d’une maîtrise de plus en plus grande. J’ai pris la série dans le désordre, mais son souffle épique constitue un fil rouge qui rend l’ensemble parfaitement accessible.

Jim

Hop, sur la liste …

Je crois que ça le mérite bien.

Jim

Si je peux, je me fais le 1 avec les 48BD

Une bonne série qui se perd un peu dans le 3 et qui a du mal à trouver un second souffle niveau vente. Dommage car le potentiel est là.

Le premier cycle se tient bien, même si la profusion des personnages et surtout le changement de statu quo pour certains d’entre eux, entre les deux premiers tomes, rendent parfois un peu l’ensemble difficile à suivre. Mais rien de bien méchant. J’espère vraiment que ça va continuer, parce que c’est plutôt pas mal, et je trouve ça nettement supérieur au Roy des Ribauds.

Jim

J’espère que tous ce qu’ils font va continuer, j’adore les deux auteurs que j’apprécie beaucoup.

La couverture du prochain tome.

232543D2-C245-415F-BF7B-3DD12843A72A

BB2762AF-7077-4716-86C8-F6F6CF68A6BC

Jim

Ben, j’ai pas pu, il restait quasiment rien (essentiellement des mangas).
J’ai pu prendre au moins un truc pour les filles …

image

ah bah c’est pas mal du tout, ça (bon, le contraire m’aurait un peu surpris, surtout que Jim a tout dit). ça se passe au 11ème siècle, en Sicile avec une baston entre les différentes factions méditerranéennes, et forcément, y a un mec (intelligent, revanchard et sans scrupule) qui arrive dérégler quelques forces en présence au sein de ceux qui veulent récupérer l’île.
Mon résumé est un peu simplet, parce que si la ligne globale de l’histoire ressemble à ça, c’est tout de même un brin plus subtile et plus touffu au niveau de l’histoire des perso, et au milieu de toute cette barbarie. C’est un récit plutôt dynamique, qui sait ménager ses effets via les flashbacks qui sont placés à bon escient pour donner plus d’intensité au présent. C’est bien rythmé, sauvage, les dessins de Toulhoat me semblent aller dans ce sens car j’ai l’impression qu’ils sont encore plus nerveux que d’hab’, plus agressifs. ça m’a presque surpris cette nuit, j’ai eu l’impression d’un manque de lisibilité dans les bastons, mais en repassant les pages cet après-midi, ça m’a paru plus clair.

Bon, bah maintenant, c’est bête, j’ai envie de lire la suite, parce que j’ai l’impression qu’on n’est pas au bout de nos surprises.

Disons qu’il faut un peu connaître l’Histoire. Google et wiki ont été mes amis.

As-tu remarqué que les aplats de couleur ont été fait par quelqu’un d’autre ? Je ne sais pas si ça change quelque chose, mais je me suis posé la question, vis à vis des tomes du Roi des Ribauds, justement.

Être normand aide un peu aussi à dénicher des indices.

Jim

Après, il m’a juste fallu trois mots clés pour trouver sur Google, donc les indices sont bien là.