IRON MAN #1-9 (Christopher Cantwell / Cafu)

Toujours aussi prenant et intriguant.
Christopher Cantwell continue sa saga étonnante, avec un Tony dépressif et égocentrique, qui erre pour essayer de lutter contre Korvac. Il est aidé par Hellcat, blessée au visage lors de l’épisode précédent, et a priori liée à Korvac, avec ses propres démons. Korvac se prend pour dieu et veut aspirer de toute la Terre pour aller sur Ta II, le vaisseau de Galactus. Un beau programme, que Tony veut empêcher en recrutant des alliés au profil inattendu, pour surprendre Korvac, qui réussit sa première étape.
J’aime bien, vraiment. Ce portrait d’un Tony au plus bas, avec cet égocentrisme constant mais ici en forme de bouclier, de défense, où on sent poindre l’écorché vif, ça surprend mais ça surprend dans le bon sens. Le personnage gagne ici une profondeur qu’on a souvent perdue avec lui, et c’est autant pertinent que positif pour moi. Je ne vais pas dire que je me reconnais en lui, mais cette négativité égocentrique, c’est bien vu mais aussi « proche » de ce que j’ai pu connaître.
En outre, Christopher Cantwell gère bien Hellcat, dont la présence m’a surpris mais est maintenant très agréable. Il y a évidemment coucherie, mais c’est sobre et presque touchant, bien réalisé. Je n’ai aucun atome crochu avec Korvac, mais celui-ci est bien utilisé ici, notamment en enlevant Rhodey pour menacer Tony.
Cafu continue de livrer de très belles planches, avec une ambiance lourde et efficace, pleinement adaptée au scénario.

La réussite surprenante continue. Vivement la suite.

IRON MAN #5

Written by: Christopher Cantwell.

Art by: Cafu.

Covers by: Alex Ross, ACO, Jung-Geun Yoon

Description: The first act of « The Books of Korvac » reaches its stunning conclusion! It’s put up or shut up time with Korvac as the android mastermind begins the next phase of his ascent toward absolute power, and Iron Man begrudgingly decides to finally ask for help. But…from who? As he takes charge of new allies and tries to use Hellcat’s weakened state to his advantage, Tony Stark might instead risk everyone’s life including his own, especially when he confronts Korvac himself, one on one.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Jan. 6.

Y a quand même plein de personnages secondaires qui me donnent envie de lire la série…

Jim

C’est une bonne surprise, avec une approche un peu étonnante de Stark.

La chute de Tony Stark se poursuit.
Christopher Cantwell maintient son approche originale, l’égocentrisme d’Iron Man par une dépression et l’accumulation de mauvaises décisions. Il continue ici, notamment en réunissant Scarlet Spider, Gargoyle, Frog-Man et Misty Knight, super-héros qui passent sous le radar pour agir contre Korvac. Surtout, Stark utilise Hellcat comme appât, et ça se passe très mal car Patsy retombe dans la folie qui l’a menée au pire, avec Hellstorm, à cause de Korvac. Ce dernier crispe Tony, qui se demande si Korvac, tellement intelligent, a vraiment « tort » de vouloir agir pour le « bien commun », mais Korvac fait apparemment sauter les alliés de Tony, et Iron Man se retrouve seul… alors que Korvac file vers Taa II.
C’est intense, rude et surprenant. Christopher Cantwell m’impressionne en apportant des éléments neufs au personnage : il maintient l’égocentrisme de Stark, mais l’utilise ici dans une approche dépressive, négative. Avec ici un type qui ne pense qu’à lui, mais accumule les mauvaises décisions et se perd, encore et encore.
J’étais dubitatif initialement sur l’utilisation de Korvac, mais le parallèle avec Tony est bon, et l’ensemble fonctionne vraiment bien. La relation avec Hellcat est vraiment fine et bien fichue, et Cafu livre des planches superbes, assez sombres mais avec une atmosphère très travaillée, très agréable.

La très bonne surprise continue.

IRON MAN #6

Written by: Christopher Cantwell.

Art by: Cafu.

Covers by: Alex Ross, Patrick Brown, Ernanda Souza.

Description: « Books of Korvac: Book Two » begins. After receiving a near-fatal injury from Korvac, Iron Man lands in emergency triage with his life on the line. Halcyon and Misty Knight work quickly to lock Tony in his armor and stanch his injuries…but now he can’t take it off or else he’ll die. With pieces of metal literally holding his body together, Tony regroups with his allies, all while trying not to give into his rage over being bested by Korvac. With Hellcat on the psychological ropes and his other hero compatriots recuperating from their own near-death experiences, can Tony muster what he needs in order to chase Korvac out into space and stop the mad demigod’s quest for ultimate power? Perhaps War Machine is just the friend Tony could use in this moment…but James Rhodes might only be there to bench a manic and battered Tony from action so that he doesn’t get killed. Still, as always, Tony has never been good at taking no for an answer…

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Feb. 17.

Bien, toujours.
Christopher Cantwell fait une pause pour faire un état des troupes, avec un focus sur les failles des personnages, dont Tony. Le scénariste gère bien son personnage, et le reste du casting. J’apprécie son écriture de Hellcat, aussi, et de War Machine, avec notamment l’opposition entre Tony et Rhodey sur la suite à donner.
Cafu continue à livrer des planches chargées et réussies, avec une atmosphère lourde qui fonctionne bien. Tony essaye de se reprendre, on sent que ça ne va pas franchement fonctionner, mais la lecture est intéressante.

Iron Man and his small band of allies go interstellar as they pursue Korvac to the farthest reaches of the galaxy, even as the villainous android intellect tries to telepathically lure Hellcat and Tony toward his bizarre utopian visions. But after an unexpected left turn leaves Iron Man on a remote and uncharted planet, Korvac might take the opportunity to blow Shellhead’s vulnerable friends out of the stars once and for all.

Written by : Christopher Cantwell
Art by : Cafu
Cover by : Alex Ross
Page Count : 23 Pages
Release Date : March 17, 2021
Age Rating : 12+ Only

La proposition de Christopher Cantwell continue d’être intéressante, avec une plongée cosmique ici de Tony et de sa bande de losers pour stopper Korvac. C’est surprenant, mais ça fonctionne plutôt bien, même si ça reste un peu long… et bon, je ne sais quand même pas trop où ça va. Et notamment si Cantwell veut vraiment écrire Iron Man, ou Korvac.
Cafu livre de belles planches, dynamiques et lourdes, et tout ça fonctionne bien. C’est agréable, mais je reste un peu perdu.

IRON MAN #8

Written by: Christopher Cantwell.

Art by: Angel Unzueta.

Covers by: Alex Ross, Carlos Pacheco.

Description: Tony Stark has vanished in the middle of outer space, and his friends are moments away from death at Korvac’s hands. It’s up to a shell-shocked Hellcat to dig deep into her mind with the help of old friend and psychic mentor Moondragon, who reaches across the universe to help Patsy reclaim the once-powerful mental abilities she left behind. But to reignite those powers, Hellcat is going to have to face some pretty frightening demons in her past…one of them literally the Son of Satan himself.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: April 14.

Pas mal, pas mal.
Christopher Cantwell continue le voyage spatial d’Iron Man et de ses Losers, enfin des quelques super-héros paumés qu’il a réunis pour filer derrière Korvac et l’empêcher d’atteindre le vaisseau de Galactus. L’auteur se concentre ici sur Hellcat, avec une petite plongée dans la psyché de Patsy grâce à Moondragon, qui agit de loin.
C’est pas mal, oui. Cantwell est un peu grossier dans son approche de Patsy, mais ça fonctionne et ça se lit bien. Ca reste quand même un numéro de remplissage, avec à la fin la révélation que Tony aurait disparu du vaisseau, sûrement pour faire souffler Cafu.
Angel Unzueta le remplace bien, avec des couleurs qui aident à ne pas voir de différence. Efficace, sans plus.

Donc oui, ça se lit bien, mais on en vient à du remplissage et… bon, ça reste quand même une approche troublante, surprenante. Ca m’intrigue, mais je ne sais pas si je vais continuer à adhérer. A voir la suite.

IRON MAN #9

Written by: Christopher Cantwell.

Art by: CAFU.

Covers by: Alex Ross, Dan Panosian.

Description: The origin of Korvac. After discovering the strange new sensation of self-doubt, Korvac and his crew take a detour in deep space to search for an unlikely ally. But conversion can often be difficult, and soon Korvac is left wondering if he’ll ever have any followers born from faith rather than fear.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: June 9.

1 J'aime

Pas mal, mais le projet interpelle toujours.
Christopher Cantwell propose ici un récit centré sur Korvac, qui ici va retrouver Jim Hammond dans une lune perdue dans l’espace, après les troubles subis durant la série Invaders (où Jim a perdu son corps et a juste un ersatz dégueulasse fourni par Stark pour stopper Namor). L’auteur en fait redonne l’origine de Korvac, depuis les tortures des Badoons jusqu’aux événements cosmiques et autres.
C’est bien. Korvac est encore plus creusé, le lien avec Hammond (car la technologie qui a modifié Korvac est dérivée de Horton qui a créé Jim) est pertinent, et l’ensemble fonctionne même si c’est prévisible : Korvac veut un « frère », il redonne un corps à Jim, qui se révolte et est finalement sous son contrôle. Cafu propose des planches superbes, proches finalement d’un Steve Epting à l’époque Captain America.
Après… après, le projet m’interpelle, quand même. On n’a pas vu Tony depuis deux épisodes, le choix de prendre Korvac comme ennemi depuis neuf épisodes déjà n’est pas le plus fluide pour Iron Man, et l’orientation cosmique est elle aussi surprenante. Ce n’est pas forcément un défaut, mais ça interpelle car, finalement, au-delà de la bonne caractérisation d’un Tony dépressif, il y a peu d’Iron Man dans cette série.
C’est une proposition troublante, qui me plaît encore mais j’ignore vraiment si ça peut se poursuivre, je n’ai aucune certitude.