JEREMIAH t.1-38 (Hermann)

La critique par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Jeremiah T.32 (simple - Dupuis) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Jeremiah T.33 (simple - Dupuis) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Jeremiah t.36

ET PUIS MERDE
Un incendie ayant ravagé l’hôtel où ils s’étaient installés, Jeremiah et Kurdy se retrouvent au milieu de la nuit, seuls rescapés du désastre, mais sans leurs précieuses motos désormais réduites à l’état de barbecue. La présence de miliciens les pousse à quitter les lieux sans demander leur reste… même si la trogne reconnaissable de Kurdy a tôt fait de précipiter un fourgon à leurs trousses !

Dans leur tentative pour échapper à la case prison, les deux baroudeurs vont mettre le pied sur une propriété privée enclavée dans les reliefs et dont les gardiens sont loin d’être les plus bienveillants à des kilomètres à la ronde. Protègeraient-ils quelque chose d’une immense valeur ? Ou bien quelqu’un ?

Reçus par le maître des lieux, un homme plein de méfiance et de suspicion, Jeremiah et Kurdy ne tarderont pas à découvrir ce qu’il cache ainsi avec tant d’ardeur.

Ce trente-sixième tome de la saga Jeremiah annonce une parenthèse suspendue, aux touches délicates dans un monde de brutes voué à l’extinction. Une fois encore, Hermann réussit le savant dosage de l’humour et de la violence, du désespoir et de la beauté, pour un album doué d’une étrange mélancolie.

PARUTION LE 05/10/2018
Genre : Action / Science-fiction / Aventure
Collection : Dupuis “Grand Public”
Age du lectorat : 12+
Etat de la série : En cours
Album cartonné - 48 pages en couleurs
Hauteur : 300 mm / Largeur : 218 mm
ISBN: 9782800174372
PVP : 12.50EUR

La critique du tome 36 par Vedge.

LA BÊTE

Lorsque Jeremiah et Kurdy débarquent dans un patelin perdu entouré de prés où paissent des moutons, ils ne souhaitent que boire un coup et si possible se refaire un peu de blé au poker dans le premier bar potable.
Mais les terres agraires du coin ne sont rien d’autre qu’une lande immense laissée en friche et à peine surveillée par des bergers. Or, des bêtes sauvages et féroces dévastent les troupeaux et attaquent les humains depuis quelques temps.
Virna, jeune bergère qui semble être en froid avec la loi, emmène Jeremiah et son comparse dans le ranch familial. Alors que les deux hommes pensaient n’y rester qu’une nuit, ils se retrouvent embarqués en pleine guerre de territoire. Une part de la population décide de vendre ses terres à un riche notable du coin, alors que certains fermiers souhaitent continuer à faire paître leurs troupeaux. Mais les loups ne leur laissent guère de choix. Une fois le brouillard tombé, c’est une bête titanesque qui décime les moutons et leurs gardiens.
Pour les beaux yeux de Virna, Jeremiah va prendre parti et se battre pour remporter un combat au sein d’une guerre qui semble déjà perdue.

  • PARUTION LE 27/09/2019
  • Genre : Action / Science-fiction / Aventure
  • Collection : Dupuis « Grand Public »
  • Age du lectorat : 12+
  • Etat de la série : En cours
  • Album cartonné - 48 pages en couleurs
  • Hauteur : 300 mm / Largeur : 218 mm
  • ISBN: 9791034737130
  • PVP : 12.50EUR

Suivre cette sérieDémarrer la lectureVoir les vidéosEn édition spécialeEn numériqueAcheter l’album

Jeremiah - tome 38 - Tu piges ?

Au milieu du désert, à Bend Yellow, Jeremiah et Kurdy attendent le bus pour rejoindre la ville. Mais quand celui-ci arrive, ils assistent à un drame familial. Deux frères à cheval sont venus récupérer leur soeur Jenny, qui s’est enfuie avec son amant Palomino, tué sur-le-champ. Dans la bagarre, ils ont pourtant évoqué une mystérieuse histoire d’émeraudes et bientôt tous les passagers sont au courant. Toujours prêts à rendre service à une demoiselle en détresse, les deux héros jouent les protecteurs auprès de Jenny, exubérante et volontaire, qui ne manque ni de sex-appeal ni de caractère sous sa perruque verte. Dans cette cavale, ils auront bientôt des nouvelles de ceux qui la recherchent, et pas seulement ses frères. Le refuge le plus sûr reste encore l’Enfer, ce quartier qui regroupe tous les marginaux et hors-la-loi de la ville…

  • Broché : 48 pages
  • Editeur : Dupuis (4 septembre 2020)
  • Collection : Jeremiah
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1034747818
  • ASIN : B087FFM19N

Né le 17 juillet 1938, à Bévercé, dans la province de Liège, Hermann est autodidacte. Dans son village natal, la seule culture, c’est celle des champs. Et il doit attendre que sa mère l’emmène à Bruxelles (où il vit encore aujourd’hui) pour découvrir ce qu’il y a au-delà de l’horizon. Depuis, il n’a eu de cesse d’explorer, d’imaginer, d’expérimenter, comme un chercheur dans son laboratoire. À Bruxelles, il prend ses premiers cours de dessin, dans une de ces Académies des Beaux-Arts qui fleurissaient alors. Mais le directeur de celle-ci le décourage bientôt : « Raconter des histoires par le dessin ? Mon pauvre ami, ce n’est pas un métier ! ». Il apprend donc d’abord celui d’ébéniste, mais son diplôme ne lui servira qu’une quinzaine de jours : il n’apprécie guère la vie de l’atelier, et l’univers étriqué et mesquin de ce milieu. À 17 ans, fasciné par le rêve américain, il part vivre au Canada. Mais le rêve était dans la tête; et c’est la nostalgie… Pour combler, il s’intéresse au jazz, à la musique classique, aux livres, à la peinture, au cinéma. Quatre ans plus tard, de retour en Belgique, il devient dessinateur architecte et décorateur d’intérieur. C’est son mariage, à 22 ans, qui donne une nouvelle orientation à sa vie. Il illustre en 1964 un « Oncle Paul » pour SPIROU (« Livreuse d’avions »). Son beau-frère, Philippe Vandooren, futur directeur éditorial des Éditions Dupuis, remarque son talent de dessinateur et lui propose de collaborer au magazine scout PLEIN-FEU qu’il dirige à cette époque. Ce récit complet parodiant la BD d’aventures le fait remarquer et engager au studio Greg. Son premier projet de bande dessinée est rejeté par Goscinny et le magazine PILOTE. Ensuite viendront « Bernard Prince » et « Comanche » chez TINTIN, sur des scénarios de Greg, « Jugurtha » de Vernal , puis « Nic » avec Morphée dans SPIROU. En 1977, il décide de s’occuper lui-même des scénarios : la série « Jeremiah » débute, suivie, en 1982, des « Tours de Bois-Maury ». En 1991, quand il publie « Missié Vandisandi » dans « Aire libre », son premier « one shot », il apprécie énormément la liberté qu’offre une histoire complète et décide d’orienter sa carrière vers ce style de création qui satisfait pleinement ses désirs d’auteur. Dans la même collection, il clame sa vigoureuse indignation à l’égard de l’actualité bosniaque en 1995 dans « Sarajevo-Tango », puis revient au western avec « On a tué Wild Bill » et salue l’an 2000 en illustrant « Lune de guerre », un étonnant scénario contemporain de Jean Van Hamme. Il s’offre également une petite distraction humoristique en assistant son fils Yves dans la réalisation de son premier album (« Le Secret des hommes-chiens ») et en illustrant un scénario de Yann inspiré de Perrault, « Deux citrouilles… et plus si affinités », pour le second volume des « Sales petits contes » dans la collection « Humour Libre ». Dans la collection « Signé » du Lombard, il illustre des scénarios de son fils: « Liens de sang » et « Manhattan Beach 1957 ». En trente ans de carrière, il a publié près de soixante albums. Ils ont tous été créés avec la conscience de l’artisan et l’inspiration de l’artiste. HERMANN se définit d’ailleurs comme un « indépendant discipliné », amoureux des images et jaloux de leur liberté. La Ville d’Ottignies-LLN a remis son Prix Diagonale au dessinateur Hermann pour l’ensemble de son oeuvre, le 18 octobre 2009. En janvier 2016, Hermann est élu Grand Prix du Festival d’Angoulême par la communauté des auteur(e)s professionnel(le)s de bande dessinée au terme des deux tours du vote organisé par le Festival.

Hachette débute cette semaine la collection Jeremiah. Et comme d’habitude, le tome 1 est à 1,99 EUR.

numero1

Ah tiens.
Bon, moi, j’ai quand même beaucoup de mal avec Hermann, hein…

Jim

Je ne sais même pas de quoi ça parle.
Je ne sais pas si j’ai envie de me faire le tome 1

Pour faire court, c’est une série post-apo.

Jim

Je connaissais juste la série de titre et je n’ai rien lu d’autre d’Hermann. Et j’ai plutôt bien aimé ce premier tome, avec son ambiance de western post-apocalyptique. L’auteur rentre vite dans le vif du sujet (la description de la fin du monde tient en une seule page), les personnages sont bien campés et le style du dessinateur m’a bien plu. En plus, cette première aventure n’est pas à suivre et c’est tant mieux (car j’achète souvent les #1 de ces collections pour découvrir et je préfère quand le tome 1 se suffit à lui-même)…