JOKER/HARLEY : CRIMINAL SANITY #1 (Garcia / Suayan, Mayhew)

Voici le premier aperçu de Joker/Harley : Criminal Sanity, nouvelle mini-série hors-continuité du Black Label de DC Comics qui revisitera la relation entre le Joker, le plus célèbre serial killer de Gotham, et Harley Quinn, jeune psychiatre médico-légale et profiler.

Joker/Harley : Criminal Sanity est écrit par Kami Garcia et dessiné par Mico Suayan et Mike Mayhew. Le #1 sortira le 9 octobre.

written by KAMI GARCIA
art by MICO SUAYAN and MIKE MAYHEW
cover by FRANCESCO MATTINA
variant cover by MIKE MAYHEW
variant cover by MICO SUAYAN
In Gotham City, where heinous acts of violence are a daily occurrence, the GCPD relies on Harley Quinn, a young forensic psychiatrist and profiler, to consult on their toughest cases. But Harley is haunted by one unsolved case—the night she discovered her roommate’s body marked with the signature of a notorious serial killer known as The Joker.
Five years later, the case remains unsolved and a new series of horrific murders occur throughout the city. As the murders escalate, Harley’s obsession with finding the depraved psychopath responsible leads her down a dangerous path. When the past and the present finally collide, Harley has to decide how far she is willing to go—and how many lines she is willing to cross—to solve these cases once and for all.
Written by #1 New York Times and international bestselling author Kami Garcia (co-author of Beautiful Creatures, author of Unbreakable and X-Files: Agents of Chaos) with art by Mico Suayan (Bloodshot: Reborn) and Mike Mayhew (The Star Wars), JOKER/HARLEY: CRIMINAL SANITY introduces readers to a Joker and Harley Quinn unlike any they’ve seen before, utilizing forensic psychiatry, behavior analysis (profiling) and psychological profiles to create a true-to-life take on these iconic characters that is more terrifying than any psychotic fantasy.
PRESTIGE FORMAT | ON SALE 10.09.19
$5.99 US | 1 of 9 | 40 PAGES
FC | APPROX. 8.5” x 10.875”
MATURE READERS

C’est bien joli. Et le pitch arrive au moins à me tirer un « mouais pourquoi pas ». Mais sortir ça en parallèle de la Harleen de Šejić, dans la même collection, interroge.

Tiens, un roman photo. Byrne participe ?

C’est vrai qu’il y a de ça… Du coup, les pages en noir et blanc me paraissent plus réussies.

Tori.

J’aime pas du tout perso, on dirait du mauvais jay anacleto ou du passable mayhew. Jamais été fan de ce style

Ben, c’est du Mike Mayhew…

C’est donc ça :grin:, j’ai lu les crédits trop vite j’ai cru qu’il faisait que la variant cover. Y’en a vraiment qui aiment ce style ? J’ai jamais accroché à mayhew

Là, il pousse la technique super loin, et si c’est super maîtrisé, c’est complètement froid. Il a perdu le charme dont il faisait preuve il y a quinze ans. J’aimais beaucoup les couvertures de She-Hulk, par exemple, qui naviguaient déjà dans ce photo-réalisme, mais avec une note d’humour et de décontraction.

She-Hulk_Vol_1_7

She-Hulk_Vol_1_8

Jim

Alors… J’ai lu le truc, et c’est pas bien bon.

Accessoirement on a là l’antithèse complète du #1 de la Harleen de Stepan Šejić — les sorties en parallèle ne pouvant qu’inviter à la comparaison, et à mon sens celle-ci ne tourne pas à l’avantage de la présente version. Là où Šejić reste fidèle à la tradition concernant le parcours des persos, mais creuse l’aspect psychologique pour humaniser au maximum son héroïne, Kami Garcia veut tout réinventer de fond en comble mais n’arrive qu’à une collection de clichés, sur des personnages qui à ce stade pourraient porter n’importe quel autre nom*. Sur le principe, je n’ai rien contre un elseworld ou assimilé qui rebat les cartes pour proposer une approche alternative, mais encore faut-il que le résultat le justifie.


*Notons d’ailleurs au passage qu’on n’aura aucune explication sur le changement de nom de Harleen Quinzel devenue Harley Quinn, transformation qui semble ici dépourvue de toute motivation.


Les planches en couleurs de Mike Mayhew ne « fonctionnent » absolument pas à la lecture, et si Mico Suayan s’en sort mieux en noir et blanc, je ne qualifierais pas non plus le résultat de renversant. La principale qualité de la partie graphique, en même temps que son principal défaut, sans doute, est d’être au diapason du ton du scénario de Garcia, lequel aligne des considérations grandiloquentes sur la psychologie des serial killers semblant toutes droit sorties de séries télé de la fin des années 90 — type Profiler ou autre Medium.

Šejić, du reste, bénéficiait d’un format rallongé ; ce n’est pas le cas ici et Garcia, Suayan et Mayhew doivent faire avec les 28 pages standard… Ça reste toutefois une piètre excuse pour l’impression de vide ressentie une fois arrivé à la fin du numéro : ce #1 est de la pure mise en place, donne à peine l’impression de lancer une intrigue, et malgré ses prétentions révolutionnaires dégage un parfum déjà daté… d’une bonne vingtaine d’années, en fait.

Un aperçu du #2, prévu pour janvier :

JokerHarley-Criminal-Sanity-2-2-600x769

JokerHarley-Criminal-Sanity-2-3-600x768

JokerHarley-Criminal-Sanity-2-4-600x768

JokerHarley-Criminal-Sanity-2-5-600x768

JokerHarley-Criminal-Sanity-2-6-600x768

Source : www.flickeringmyth.com

Parce que ça met quatre mois pour sortir un numéro, en plus ?