JUGGERNAUT #1-3 (Fabian Nicieza / Ron Garney)

Marvel publiera à partir de mai une mini-série Juggernaut qui verra Cain Marko adopter une nouvelle armure et recruter une nouvelle alliée après s’être rendu compte qu’il ne peut faire partie de l’utopie mutante de Krakoa.

Le scénariste Fabian Nicieza (X-Force, Deadpool…) explorera les conséquences de ce rejet dans cette aventure en 5 épisodes illustrée par Ron Garney (Captain America, Daredevil…).

Fabian Nicieza :

« That basically instigates the entire story. Having been X and lost, what does Cain become now?. After years of back and forth and madness and sadness, he had become a member in good standing of the X-Men, and then while he’s away dancing in Limbo, mutantkind gets everything they could have ever hoped for… and Cain can’t be a part of that. How he reacts to that rejection becomes the exploration of who he is going to become without the one thing that – for good and bad – has defined him for most of his life. »

JUGGERNAUT #1 (OF 5)

  • FABIAN NICIEZA (W) • RON GARNEY (A) • COVER BY GEOFF SHAW
  • READY OR ‘NAUT, HERE HE COMES! A mystic gem. A force of overwhelming power. Nothing can stop the Juggernaut. Except himself. Another building falls. Cain Marko is doneletting others pick up the pieces of the things he’s destroyed. Renowned X-scribe Fabian Nicieza (X-FORCE, DEADPOOL) and celebrated artist
  • Ron Garney (CAPTAIN AMERICA, DAREDEVIL) team up to take the unstoppable in a new bold new direction!

Source : www.cbr.com

Tiens, Ron Garney.

Bonne idée de mini série.

Oui, ça éveille ma curiosité.

J’aimais bien son Juggernaut dans les épisodes de Chuck Austen.

Jim

Un peu moins massif cette fois.

EQNqxhYU4AEzrOc

Ouais, mais j’adore !

Garney, qui a commencé en reluquant John Buscema avant de mixer Jim Lee et Andy Kubert dans sa marmite, est depuis quelques années l’exemple de ce qu’aurait pu faire John Romita Jr s’il n’était pas devenu mauvais.

Jim

La couverture du #2 par Geoff Shaw :

Nouvel aperçu :

Bien vu ! L’image qui précède ton message m’a justement fait penser à du JrJr période Uncanny X-Men!
Je ne suis pas toujours convaincu par son encrage numérique, mais il tente des choses, et semble regarder aussi du côté de Miller période Sin Sity je trouve.

Tu penses à ses DD quand tu dis ça ?

Je n’ai pas lu ses DD. Mais son Men of Wrath semble aller dans ce sens (je crois même que c’est la mini où il passe le cap du tout numérique). Et la récente preview de son Grimm Noir (très jolie d’ailleurs) possède ce genre d’ambiance.

Ah ouais, ça tabasse ça !

Sur ce que je vois là, j’y vois quand même une jolie influence à mon avis de Gabriel Hardman.

Je parle de son évolution sur plusieurs années, voire décennies. à une époque où Hardman devait encore être à l’école.
Sur les dernières images, la parenté ne me frappe pas : Garney a une approche au trait, les zones d’ombre sont des remplissages. Alors que Hardman, lui, dessine avec ses zones d’ombre, avec l’épaisseur du trait, qui devient une masse de noir si besoin. Le rendu de Hardman est plus charbonneux, ça donne un côté plus lâché, plus brouillon, là où somme toute Garney dessine toujours avec précision, et se contente de ne pas fermer son trait à l’encrage (numérique).
La filiation avec le Miller de Sin City me semble plus pertinente. Sauf que Garney fait son truc à lui. D’une certaine manière, ça m’évoque un peu le Scott McDaniel de Daredevil.

Jim

Faut que je reprenne ce message au ralenti.

C’est à dire ?

J’ai pensé à McDaniel. Et ce n’est pas forcément flatteur, parce que ça pose quelques soucis : les ombres marquées par un absence de contours montre une approche qui ne prend pas en compte la couleur ! Et pour une publication qui sortira quoiqu’il arrive en couleur, je ne comprends pas une démarche aussi… radicale (?) pour une publication qui ne sortira pas en n&b ! Mais ça reste très intéressant ! Et quelques images postées par l’artiste sur son compte Instagram donne envie de voir ces planches en n&b !

En gros, il dessine au trait, il trace les formes, et dedans il trace aussi la forme de l’ombre, qu’il remplit ensuite (bon, il est tellement rodé qu’il doit faire ça en même temps, c’est pas un processus par étapes, hein). Hardman, lui, il pense en masses, en silhouettes, et ses zones d’ombres constituent déjà un dessin. Je l’imagine encrer au pinceau ou au marqueur (matériel ou numérique).
Je crois que ça vient de leurs expériences professionnelles : l’un est un dessinateur de comics, l’autre un storyboardeur. Quand tu fais du storyboard, tu n’as pas besoin de « bien dessiner », au sens de montrer les détails. Ce qu’on te demande, c’est de montrer à quel endroit se trouvent les éléments constitutifs de l’image, du plan, du cadrage, et dans quelle direction ils bougent. Donc le dessin est plus jeté, plus immédiat, plus « premier jet ».

J’ai toujours pensé pour ma part que McDaniel, en tout cas dans sa période Daredevil (parce qu’il a stabilisé son approche sur Nightwing ou Batman…), pensait son travail en prévision de la couleur, mais la radicalité de son approche rendait certaines pages difficilement lisibles, sans doute parce qu’il se disait que c’était au coloriste de se débrouiller. Je ne crois pas qu’il avait la vision de Miller, qui pensait justement avec cette absence de couleurs. McDaniel sur Daredevil était maladroit, parce qu’il était le cul entre deux chaises.
Il me semble que Garney a l’avantage d’avoir l’outil informatique et de faire ses propres couleurs (du moins me semble-t-il). Ce qui lui donne un gros avantage par rapport à McDaniel.

Jim

Merci beaucoup.

Ce n’est que ma perception, hein, mais pour tenir un crayon de temps en temps, je vois deux approches différentes.

Jim