JUSTICE LEAGUE : CRISE D’IDENTITÉ (Meltzer / Morales)

En soi l’histoire est sympa, bien ficelé, après je suis pas super fan des héros contre les héros ni des super-héros qui vire extrême.

Cette histoire n’est qu’une resucée de magnifiques histoires créées 20 ans plus tôt !

[quote=“Vik”]Moi j’ai adoré.

C’est d’ailleurs par cet arc que j’ai mis les pieds dans l’univers DC, on va dire plus concrètement (parce qu’avec Semic, c’était un peu le bazar).[/quote]

En même temps, avant Semic, c’était… rien !

Sérieux : un mag Batman, un mag Superman, les spéciaux qui vont avec, un mag Spécial DC pour tout ce qui est origines avec plein de rédactionnel, et un mag Génération DC. Ça, c’est le kiosque. En librairie, des titres Batman et Superman, des albums Green Arrow et Flash, les gros cross-overs réédités, comme Crisis on Infinite Earths, Zero Hour ou Final Night

Sérieux, le bazar ?
Développer un univers dont tout le monde se moquait entre 1986 et 1999, que plus personne ne connaissait et que peu de monde achetait, installer une certaine cohérence, un vrai programme, des formules éditoriales, et parvenir à refaire de l’argent avec Superman et Batman ? Le bazar ?
Si la licence n’avait pas été perdue, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la qualité du truc, tu aurais eu droit à Identity Crisis et plein d’autres choses chez Semic.

Jim

[quote=“Blackiruah”]

C’est l’oeuvre qui m’a fait vraiment découvrir DC personnellement. L’histoire mêle assassinat et pose des questions sur la cohésion de la JLA. C’est vraiment bien ficelé et il se passe des évènements assez fous quand même.

Vraiment une bonne histoire.[/quote]

Je suis content de voir que cette histoire a donné le goût de DC a de jeunes lecteurs. Même si, pour ma part, je trouve que c’est du pathos facile, de la surenchère choquante pour le principe de choquer, et un sérieux gâchis de plein de personnages et de concepts. C’est en revanche assez bien raconté et ça bénéficie du dessin formidable de Rags Morales, au sommet.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]

[quote=“Vik”]Moi j’ai adoré.

C’est d’ailleurs par cet arc que j’ai mis les pieds dans l’univers DC, on va dire plus concrètement (parce qu’avec Semic, c’était un peu le bazar).[/quote]

En même temps, avant Semic, c’était… rien !

Sérieux : un mag Batman, un mag Superman, les spéciaux qui vont avec, un mag Spécial DC pour tout ce qui est origines avec plein de rédactionnel, et un mag Génération DC. Ça, c’est le kiosque. En librairie, des titres Batman et Superman, des albums Green Arrow et Flash, les gros cross-overs réédités, comme Crisis on Infinite Earths, Zero Hour ou Final Night

Sérieux, le bazar ?
Développer un univers dont tout le monde se moquait entre 1986 et 1999, que plus personne ne connaissait et que peu de monde achetait, installer une certaine cohérence, un vrai programme, des formules éditoriales, et parvenir à refaire de l’argent avec Superman et Batman ? Le bazar ?
Si la licence n’avait pas été perdue, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la qualité du truc, tu aurais eu droit à Identity Crisis et plein d’autres choses chez Semic.

Jim[/quote]

Je crois qu’il a confondu avec Aredit-Artima et Sagédition !
Mais quiconque aurait lu les années Strange l’aurait su ! :mrgreen:

J’ai quand même l’impression que DC joue à la girouette en France !
france-comics.com/article.ph … ticle=5561

Et puis ce serait bien que pas mal de gens qui se plaignent des traductions actuelles relisent du Sagéditions. Là, on était dans le conceptuel, au niveau traduction.

Tu as oublié les Birds of Prey, Jim, qui n’ont pas trouvé leur public par exemple. Quand je dis le bazar, c’est que c’était difficile de suivre tout ça d’une part et tu n’étais pas à l’abri justement de l’arrêt d’un magazine, comme ça, paf du jour au lendemain.
Je ne dis pas que c’est la faute de Semic, loin de là, moi je les ai soutenus dans tout ce qui a été lancé.

Je n’ai jamais trouvé que l’offre Semic était difficile à suivre, c’était au contraire une ligne éditoriale claire, avec deux mensuels sur deux personnages emblématiques et des numéros spéciaux pour mettre en avant des personnages moins exposés. Le tout bénéficiait d’une recontextualisation et d’un éditorial soignés (ne serait-ce que le Superman de Lofficier et Ladrönn ou le Batman de O’neill et Staton, qui contenait un dossier sur les ravages des mines anti-personnelles). La librairie était cohérente aussi, alternant des vieilles sagas importantes comme Crisis on Infinite earths, Zero hour, Kingdom Come et des séries récentes comme les Green Arrow de Kevin Smith, le graphic novel Wonder Woman : Hiketeia de Greg Rucka et J.G. Johns ou Superman : identité secrète de Busiek et Immonen. Sans compter la publication de séries en marge de DC et qui ne provennaient pas seulement de Vertigo comme Leave it to Chance, Concrete de Paul Chadwick et la collection polar avec Torso et Goldfish de Brian Bendis, Queen and Country de Rucka ou encore Le sarcophage de Phil Hester et Mike Huddleston.

Si je devais résumer ça en deux mots, ce serait cohérence et éclectisme.

[quote=“Vik”]Tu as oublié les Birds of Prey, Jim, qui n’ont pas trouvé leur public par exemple. Quand je dis le bazar, c’est que c’était difficile de suivre tout ça d’une part et tu n’étais pas à l’abri justement de l’arrêt d’un magazine, comme ça, paf du jour au lendemain.
Je ne dis pas que c’est la faute de Semic, loin de là, moi je les ai soutenus dans tout ce qui a été lancé.[/quote]

Et j’oublie aussi la tentative de Strange (que j’ai suivie en tant que lecteur, à l’époque), la tentative de Batman Legend (que j’ai aussi suivie à l’époque), le mag JLA (c’est la période où je suis arrivé dans l’équipe). Mais sérieux, en sortant les gros cross-overs dans les albums, en sélectionnant des runs particuliers dans les mags, ça rendait les choses plus accessibles. Je n’en garderai pour preuve que le simple fait que, lors du renouvellement des droits, plusieurs éditeurs étaient sur le coup. Alors on me répondra que c’était pour le catalogue Vertigo. Je veux bien, sauf que Vertigo, aujourd’hui, est en retrait, et que le véritable enjeu (films, rééditions patrimoniales…) c’est les super-héros DC. Et cette remise en avant dans le paysage éditorial, ça a débuté en 1998-1999.

Jim

[quote=“Benoît”]Je n’ai jamais trouvé que l’offre Semic était difficile à suivre, c’était au contraire une ligne éditoriale claire(…)
Si je devais résumer ça en deux mots, ce serait cohérence et éclectisme.[/quote]

Dans mes bras, ami-de-je.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]

[quote=“Benoît”]Je n’ai jamais trouvé que l’offre Semic était difficile à suivre, c’était au contraire une ligne éditoriale claire(…)
Si je devais résumer ça en deux mots, ce serait cohérence et éclectisme.[/quote]

Dans mes bras, ami-de-je.

Jim[/quote]

Absolument d’accord avec Benoît (sans parler, mais là ça sort de la discussion, du travail fait sur les Petits Formats).

Je vous rejoins tous les deux, ça a représenté un attrait énorme lors de ma rechute. Zero hour, les greens arows de Smith … et nombre de choses citées par Benoit.

Perso, c’était les “Crisis on Infinite Earths”, dont je n’avais pas l’intégrale dans les All-Star Comics chez Arédit…que de souvenirs !!

Ce qui est marrant quand on connait un peu Jim, c’est que j’ai lu les albums de CoIE dans le train (enfin, la Micheline) qui fait St Lazare - Cherbourg ! :mrgreen:

Pareil que Jim et Benoit, je ne vois pas ou est la difficulté à suivre DC chez Semic. Des offres attractives (le 1er Batman de Jim Lee à 1€), une gamme claire avec de l’éditorial qui va bien pour bien comprendre.

Après oui BoP n’a pas fonctionné, mais bon un mag qui ne fonctionne pas ne fait pas une incohérence, ou une difficulté à suivre.

Il ne faut pas oublié que lorsque Semic à relancé DC en France ça faisait un moment qu’il n’y avait pas eu DC en France il y a donc eu des tentatives qui n’ont pas fonctionné.

Panini à eu les mêmes soucis. Plusieurs mag qui n’ont pas fonctionné des refontes etc etc

Urban à de la chance de passer après Semic et Panini qui ont permis de réimplanter Dc en France et même encore maintenant ils y vont sur des oeufs avec le kiosque.

Y’avait du bon chez semic, je rajouterais les batman hs ( the gauntlet, darkness/batman, l’avocat du diable… ) que je relis régulièrement quand je retourne en province.

Je suis d’accord avec vous sur ce point, j’ai eu l’occasion de relire le numéro 1 de Batman Legend acheté sur une brocante il y a quelques mois et quand on voit le travail effectué rien que pour ce numéro, on peut avoir confiance avec le reste du matos de l’époque. Je n’ai pas toutes les publications Semic de l’époque, mais il y a vraiment de bonnes choses même si je ne suis pas d’accord avec tous les choix de l’époque. D’ailleurs en relisant le numéro 10 du dernier relaunch de la revue Batman par Semic, j’ai eu la surprise de voir qu’un membre du forum, Jim Lainé (si c’est bien le même) était en charge des éditos. C’était du beau boulot en tout cas.

[quote=“soyouz”]

Ce qui est marrant quand on connait un peu Jim, c’est que j’ai lu les albums de CoIE dans le train (enfin, la Micheline) qui fait St Lazare - Cherbourg ! :mrgreen:[/quote]

ah, merveilleux train : grande vitesse, jamais de retard, confort, chaleur et accueil…

Jim

Mais oui mais oui, c’est bien le même.
Il est partout, ce diable d’homme là.

En fait, j’ai fait partie de l’équipe Semic de mai 1999 à janvier 2005 (enfin, je suis parti le 3 janvier, ça devrait pas compter…). Je faisais les éditos, plein d’articles, les résumés, le courrier des lecteurs, et la relecture et l’encadrement, pour les titres DC, Wildstorm, Vertigo, Dark Horse et quelques autres (genre Gorilla…). Je m’occupais aussi de l’éditorial des pockets, et c’était vachement chouette.

C’est bizarre, je pensais que c’était de notoriété publique. Que dis-je, mondiale. Galactique. Que des banderoles à mon nom étaient suspendues sur les façades de toutes les mairies.
Je suis déception.

Jim

:smiley:

Je n’étais pas sur, ton taf rédactionnel était de qualité en tout cas, je te félicite. Tes ouvrages également sont très intéressants, le livre sur Frank Miller m’a fait découvrir de nombreuses choses et celui sur les Super-héros, ce qu’ils sont, ce qu’ils transmettent étaient également riche en information. Le livre sur Strange fut une merveille, rendant à la fois nostalgique et dépressive quand je découvre les livres que je n’ai jamais eu l’occasion d’avoir en mains :mrgreen: . J’attends beaucoup de ton livre sur Stan Lee.