JUSTICE LEAGUE INCARNATE #1-3 (Joshua Williamson, Dennis Culver / collectif)

DC annonce la mini-série Justice League Incarnate, suite de la saga Infinite Frontier. Par les scénaristes Joshua Williamson et Dennis Culver et plusieurs dessinateurs, dont Andrei Bressan et Brandon Peterson.

Le #1 sortira en novembre.

E8kb7u7UYAM6BRZ

Joshua Williamson (sur twitter) :

JUSTICE LEAGUE INCARNATE #1! A new 5 issue oversized mini-series spinning out of the events of Infinite Frontier #6! Co-written with @dennisculver with art by @AndreiBressan & Brandon Peterson!

Justice League Incarnate must race across multiple worlds to stop Darkseid from gaining control of the greatest force in the Multiverse.

Each world they visit has it’s own awesome artist!

The second act in the Infinite Frontier Saga begins this NOVEMBER!

We’ll talk more about this new mini-series after INFINITE FRONTIER #6 is out.

Trying to avoid too many spoilers!

Justice League Incarnate will have new characters and new mysteries within the Infinite Frontier storyline.

This mini-series (and a few others) are all on the road to a big story for 2022!

Don’t miss out!

C’est Momo qui doit être content. Williamson prend de la place, je trouve.

Faut dire, y a plus grand-monde…

Dommage pour DC Comics parce que c’est loin d’être un scénariste très intéressant.

Je dirais que c’est un bon faiseur.

Mais plus généralement, avec le départ de Tynion et la pré-retraite de Bendis, le squad DC n’est pas des plus bandants, c’est clair.

Sacrée cure d’austérité chez DC… Nous sommes loin de la période Johns-Momo-Waid-Rucka…

justiceleagueincarnate1a

JUSTICE LEAGUE INCARNATE #1

Written by: Joshua Culver, Dennis Culver.

Art by: Brandon Peterson, Andrei Berssan.

Covers by: Gary Frank, Jorge Fornes.

Description: After the shocking ending of Infinite Frontier, Justice League Incarnate defends the Multiverse from Darkseid across infinite Earths! Following a devastating defeat at the hands of the one true Darkseid, the Superman of Earth-23 leads a team of superheroes from myriad worlds that includes Flashpoint Batman, China’s Flash from Earth-0, Captain Carrot from Earth-26, and the brand new superhero Dr. Multiverse from Earth-8 in a last ditch effort to stop the end of every possible universe as we know it! Written by Joshua Williamson and Dennis Culver with first-issue art by Brandon Peterson and Andrei Berssan and a rotating cast of artists exploring the many different worlds of the DC Multiverse, this can’t-miss series is the next thrilling chapter in the Infinite Frontier saga!

Pages: 40.

Price: $4.99.

In stores: November 30.

justiceleagueincarnate11

justiceleagueincarnate12

Elle est trop belle, la Carol!

Par contre, quand je compte le nombre de dessinateurs pour un premier épisode, j’espère que ce n’est pas dû à de la réécriture intempestive. Nous verrons.

Bon, c’est généreux. Un peu gras, mais généreux.
Joshua Williamson enchaîne après la bonne mini-série Infinite Frontier, avec ici un focus sur Justice League Incarnate, la JL du Multivers. Reprenant directement après Infinite Frontier #6, avec donc Darkseid qui retrouve ses pouvoirs et veut agir dans le Multivers, le Superman-23 et Batman-Thomas Wayne recrutent Avery Ho / Flash pour remplacer Barry Allen, perdu dans IF #6. Ils la recrutent dans la JL Incarnate, puis eux et Captain Carrot sur la Terre-8, du traître Machinehead, ici équivalent de Marvel. Tartarus, un ersatz de Thanos, attaque alors que le Dr Multiverse est rejetée par les Retaliators. La JL Incarnate essaye d’aider, mais Silver Eagle (le Faucon) met en avant leurs fautes. Darkseid attaque pour récupérer Dr Multiverse, entre autres, et bat Tartarus alors que Avery, le Dr Multiverse et les autres disparaissent. Le reste de la JL Incarnate est visitée par un Orion revanchard, alors que l’armée d’Apokolips attaque.
C’est dense, oui. Joshua Williamson et Dennis Culver y vont à fond, proposent beaucoup et livrent ici un épisode généreux, où il se passe beaucoup de choses sans que tout soit franchement clair. C’est efficace, dynamique, un peu rigolo pour les ersatz de Marvel, même si la bagarre de Darkseid contre un pseudo Thanos est un peu naze (on souligne bien que Tartarus / Thanos n’est qu’un Darkseid de pacotille… moui, moui, moui).
Il n’empêche que ça se lit bien, même si la venue de Darkseid est un peu facile et précipitée, et les rebondissements sont très classiques, prévisibles. Dommage qu’on ne prenne pas plus le temps, même si le rythme intense est agréable.
Brandon Peterson, Andrei Bressan et Tom Derenick dessinent tout ça, dans des styles proches mais dont on voit les différences. Ca fait le job, mais c’est de qualité moyenne. Dommage.

Il est agréable de retrouver l’ambiance Infinite Frontier, même si la qualité a baissé d’un cran.

Mais y’a combien de prologue pour le prochain Event DC ?

Autant que de titres X-Men inutiles entre HoX / PoX et Inferno. :stuck_out_tongue:

C’est plus écrit comme un feuilleton.

Bien résumé, Ben. Ca donne, ça donne…

En revanche, le dessin, parfois, c’est vilain.

1 « J'aime »

1021DC115

JUSTICE LEAGUE INCARNATE #2 (OF 5)
DC Comics
1021DC115
1021DC116 – JUSTICE LEAGUE INCARNATE #2 (OF 5) CVR B JORGE FORNES CARD STOCK VAR – $5.99
(W) Joshua Williamson, Dennis Culver (A) Kyle Hotz, Andrei Bresson (CA) Gary Frank
As Darkseid’s quest leaves a bloody trail across the MultiversE, the Justice League Incarnate ventures to the dark world of horror known as Earth-13. They must enlist the aid of Super-Demon and his League of Shadows against not only Darkseid but also the evil power couple of Asmodel and the Sheeda Queen! While on Earth-11, the Batwoman Who Laughs begins her schemes.?
In Shops: 12/21/2021
SRP: $4.99

Justice-League-Incarnate-2-3-min

Justice-League-Incarnate-2-4-min

Justice-League-Incarnate-2-5-min

Il est vraiment cool, Williamson. Après sa période Waid, il avance dans sa période Morrison (Batma, et maintenant Multiversity).

Pour cette série, il faut juste croiser les doigts pour la qualité des dessins. Le premier épisode oscille entre le très bien et moins moins moins bien.

Ah ouais, peur de rien.
Joshua Williamson et Dennis Culver y vont à fond, et font littéralement feu de tout bois dans leur mini-série. Ils tirent de tous les côtés, et chopent tout ce qui bouge.
On a ainsi un récit très dynamique, où une partie de la JL Incarnate gère (mal) une attaque d’Apokolips sur la House of Heroes, avec un Orion autoritaire et relou qui exige de diriger pour gérer. Le coeur de la JL Incarnate est sur Terre-13, la Terre magique, avec quelques personnages rigolos (un John Constantine en « super-héros » Hellblazer, avec costume) mais surtout la découverte que ça ne va vraiment pas. La JL Incarnate arrive brutalement au milieu d’un affrontement entre Darkseid d’un côté, et Asmodel et la Reine Sheeda de l’autre. Et si Avery Ho veut libérer Barry / Flash, elle débloque en fait Batwoman Who Laughs (gros facepalm en voyant ça), qui est la Kathy Kane de Terre-11 corrompue par Darkseid. Bagarre, finalement la JL Incarnate est évacuée un peu partout, sur plusieurs mondes.
Et ben, il s’en passe, des choses ! Joshua Williamson et Dennis Culver vont vite, sûrement trop vite, car l’ensemble est dense et beaucoup d’éléments sont survolés. Mais c’est dynamique, nerveux, certes précipité, mais bien prenant. Les auteurs s’amusent à rapatrier de grandes figures DC, en soi pour continuer la reconstruction d’un Darkseid qu’ils veulent confirmer en super-puissance.
Ca se lit bien, notamment car les scénaristes n’oublient pas quelques interactions, notamment la drague Dr Multivers / President Superman ou le lien Avery / Captain Carrot. C’est bien, et c’est bien fait.
Graphiquement, chaque dessinateur a sa partie et ça fonctionne. Andrei Bressan livre des planches correctes sur la House of Heroes, Kyle Hotz propose une super ambiance pour la Terre-13, alors que Paul Pelletier et Norm Rapmund ont de belles planches classiques et iconiques.

C’est trop rapide, survolé et bordélique… mais c’est prenant, dynamique et grisant.

Quelle riche idée!

Justice League Incarnate #3 (of 5)

(W) Joshua Williamson, Dennis Culver (A) Andrei Bressan, Kyle Hotz
In Shops: Jan 05, 2022
SRP: $4.99

Doctor Multiverse is caught in the clutches of Darkseid! To save her, President Superman, Flashpoint Batman, and the rest of the Justice League Incarnate team up with Earth-41 heroes Spore and Nimrod Squad; meanwhile, a villain from Multiversity returns to stake their claim on the crack in the Multiverse and the power that lies beyond.

Et bé, on peut au moins laisser à cette saga de tout donner, et de tout oser.
Joshua Williamson et Dennis Culver font littéralement feu de tout bois, une fois de plus, dans un numéro dense et sympathique. On voit en effet Captain Carrott sur la Terre-41, pastiche d’Image, alors que Président Superman et Dr Multiverse sont sur la Terre-33, celle d’Ultra Comics, sans super-héros mais où l’imagination règne. Tous deux décident de prévenir leurs alliés en faisant une BD, et passent de longs mois (où ils se mettent en couple et se séparent) à le réaliser, notamment avec un éditeur motivé mais exigeant. Le Batman de Flashpoint s’échappe du monde de Captain Carrott grâce à Avery Ho, échappée elle-même d’un monde de pirates, et tous deux retrouvent le duo sur Terre-33. Il est révélé que l’éditeur est Darkseid qui les manipulait et tous arrivent sur Terre-41, avec une bagarre générale contre l’équivalent du Violator. On y voit aussi des WildC.A.T.S., Wetworks mais aussi l’équivalent de Cyberforce avec le Cyborg Corps. Finalement, la JL Incarnate en vient à abandonner l’idée de sauver Barry Allen et Dr Multiverse « ferme » les failles dimensionnelles. Mais cela semble être le plan de Darkseid, alors que les survivants de la chute de la House of Heroes sont sur Terre-7 découvrent que celle-ci est devenue l’Oblivion Machine de The Gentry, qui entend poursuivre ses avancées !
Bon, il y a quand même quelques maladresses, ici, avec notamment ce rôle de Darkseid « caché », qui est malgré tout un peu neuneu. Je reste assez peu sensible à l’humour de la Terre de Captain Carrott, mais l’ensemble se lit vraiment bien. C’est fluide, dynamique, rapide, dense. Ca va un peu vite, ça survole un peu, mais… oui, il y a un sacré rythme et ça envoie du bois !
Les deux scénaristes y vont à fond avec plusieurs idées, plusieurs hommages, plusieurs reprises. Tout n’est pas formidable, mais ça se lit bien, ça tape fort et ça donne un peu le sourire, quand même.
Graphiquement, l’ensemble est réalisé par Ariel Olivetti, Nik Virella, Todd Nauck et Mikel Janin. Ca fonctionne, car chacun gère une Terre, grosso-modo, et ça se lit bien. Bon, tous ne donnent pas le meilleur d’eux-mêmes, mais c’est souvent joli et efficace.

Très maladroit mais très riche, et intense.

1 « J'aime »

J’aime beaucoup aussi car c’est un peu le foutoir et c’est bien fun. Après sa période Waid, Williamson reprend les concepts contemporains de Morrison (je pense également à Batman INC).

Il s’amuse, fait sans défaire et saute quelques épisodes (la bataille entre New Gods, par exemple).

Par contre, graphiquement, c’est un peu le patchwork.

1 « J'aime »

Dans son Batman ?