JUSTICE LEAGUE : LAST RIDE #1-2 (Chip Zdarsky / Miguel Mendonca)

DC annonce la mini-série Justice League : Last Ride par le scénariste Chip Zdarsky (Daredevil) et le dessinateur Miguel Mendonca (Aquaman). La publication débutera en numérique en avril sous la forme de 16 chapitres hebdomadaires de 10 pages qui seront ensuite rassemblés sur papier en 8 numéros disponibles sur un rythme mensuel à partir du 11 mai. (EDIT : plus de « digital first » pour ce titre).

"Once, the Justice League was the most powerful collection of superheroes in the universe. But an unthinkable tragedy within its ranks has caused Batman, Superman and Wonder Woman to go their separate ways, leaving the League broken and disbanded under a veil of anger and mistrust. Now, against the backdrop of the universe’s greatest murder trial, can the League reconcile the past before they’re eradicated by the greatest villains in the cosmos?

Ah, pourquoi pas.

Couverture variante par Miguel Mendonca :

comme quoi même des hachures de vitesse ne donne pas toujours cette sensation. C’est mou et moche comme couv.

Je ne trouve ça ni mou ni moche.
Tu es dur.

Le dessin est mou, mais Kab est dur.

Bon, je vous laisse, je ne voudrais pas déranger.

Jim

C’est surtout quelconque.
Les deux couvs sentent le « Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire ? Quelqu’un a une idée? »

Une idée pas trop moche, pas trop molle, en somme. :wink:

Once, the Justice League was the most powerful collection of superheroes in the universe. But an unthinkable tragedy within its ranks has caused Batman, Superman and Wonder Woman to go their separate ways, leaving the League broken and disbanded under a veil of anger and mistrust. Now, against the backdrop of the universe’s greatest murder trial, can the League reconcile the past before they’re eradicated by the greatest villains in the cosmos?

Written by: Chip Zdarsky
Art by: Miguel Mendonça

On Sale Date:
May 11 2021

Il commence à être un peu partout, Chip Zdarsky !
En plus de ses travaux Marvel (Daredevil, Spider-Man : Spider’s Shadow), on le voit dans Batman : Urban Legends et donc ici. Sur ce récit hors-continuité, avec des éléments clairement divergents (d’autres costumes, les New Gods ont été tués par Lobo, J’Onn J’Onzz est mort a priori à cause d’une mauvaise décision de Batman à qui Superman en veut depuis, au point de vouloir dissoudre la Justice League).
Bon, c’est pas mal. C’est surtout très joli, avec un Miguel Mendonca qui livre de belles planches, un peu proche de Darick Robertson. Mais bon, en soi, ça me fait penser à un DC : Civil War envisagé par Zack Snyder. Avec des personnages crispés, qui font la gueule (mention spéciale à Wonder Woman hautaine et violente), une tension énorme entre Batman et Superman, et un prétexte pour remettre tout ensemble.
Bon, ça se lit quand même bien, mais ça reste un peu superficiel.

The League needs to prevent galactic upheaval by protecting a ruthless killer, and the only way to do that is to visit the scene of their greatest failure! But can Superman ignore the ghosts of the past to do what’s needed?

Justice League: Last Ride (2021-) #2

Written by Chip Zdarsky
Pencils Miguel Mendonca
Inks Miguel Mendonca
Colored by Enrica Eren Angiolini
Cover by Darick Robertson
Release Date: June 8, 2021

Moui, pas mal.
Chip Zdarsky a la politesse de déjà commencer les révélations sur les événements qui mènent à la dissolution de la Justice League, avec donc une énième attaque globale de Darkseid. Sérieusement, est-ce que DC se souvient qu’ils peuvent avoir d’autres super-méchants généraux ? Pff.
Bref, on voit le bordel cosmique, la JL éclaté et débordé, et on pressent la future mort de Martian Manhunter, a priori du fait d’une décision de Batman, qui lui est reprochée « à mort » par Superman. Retour au présent avec la JL qui file vers Apokolips pour y cacher Lobo, emprisonné, et ça se chamaille partout.
Bon, ça se lit bien mais ça n’est ni passionnant, ni vraiment réussi. Chip Zdarsky est un peu « gras » dans son approche, ses personnages sont extrêmes : Wonder Woman est extrêmement badass et violente en combat (bim, décapitation de Granny Goodness en flashback !), Wally/Flash est extrêmement gentil et naïf, Batman est extrêmement strict et planifie tout, Superman est extrêmement touché…
Miguel Mendonca propose des planches très proches d’un Darick Robertson, et encore une fois, ça se lit bien. Mais c’est un peu lourd, les éléments sont trop soulignés en gras.