JUSTICE LEAGUE : LAST RIDE #1-6 (Chip Zdarsky / Miguel Mendonça)

Bagarres ! Révélations ! Retours !
Chip Zdarsky y va à fond dans un épisode dense et efficace, même si les surprises se laissent deviner. Oui, le début révèle directement le gros élément : Darkseid n’est pas mort lors de la précédente grosse bataille de la JL, qui a vu J’Onn J’Onzz se sacrifier, ce qui provoque des tensions entre Superman et Batman. Darkseid a pris possession du corps de Hal Jordan, désormais batterie vivante d’Oa, et Darkseid « rallume » Apokolips avec une armée de Parademons émeraudes ; super, tout va bien.
La JL comprend que Lobo a été payé pour être amené ici par eux, et les piéger. Batman engage Lobo pour les aider contre les armées ennemies, dont les Manhunters menés par Cyborg-Superman/Brainiac, et ça bagarre sec. Jusqu’à ce que Wonder Woman et Superman affrontent Darkseid-Lantern… mais un spectre d’énergie GL apparaît sous la forme de J’Onn !
Bon, clairement, le premier twist est bien vu mais le deuxième est prévisible. Ce n’est pas si grave, ça se lit bien et ça bagarre sec, avec de beaux combats et de bons moments d’action. Miguel Mendonça propose des planches dynamiques et vives, avec un trait proche de Darick Robertson.
Ca ne révolutionne rien, mais ça raconte bien une belle grosse crise apocalyptique, avec de bonnes postures et un joli jeu de références.

Bourrin mais cool.