JUSTICE LEAGUE ODYSSEY #1-5 (Joshua Williamson / collectif)


(nikohell) #61

Moi j’ai pas réussi à finir le premier numéro … ça m’est tombé des mains et je risque pas de faire l’effort d’y revenir.


(Ben Wawe) #62

C’est pas Darkseid, c’est tout. Ca va tellement foirer qu’on va rapidement oublier ça.
Comme Charles Xavier dans le corps de Fantomex.


(Jim Lainé) #63

C’est bien : tu as écrit tellement de trucs qui donnaient envie de lire les séries que ça fait du bien de lire un commentaire globalement négatif. Merci de jouer les éclaireurs pour nous tous !
:wink:

Jim


(Ben Wawe) #64

De rien. :wink:
Mais j’ai l’impression d’écrire régulièrement des avis défavorables !


(とり) #65

Un avis défavorable, quand il est argumenté peut être favorable pour quelqu’un d’autre (ou au moins aiguiser la curiosité).

Tori.


(Ben Wawe) #66

Certes.
Mais je préfère écrire un avis favorable ; autant parce que c’est plus agréable, que parce que ça veut dire que j’ai aimé le moment de lecture que je viens d’avoir !


(Jim Lainé) #67

C’est sans doute que je ne suis pas souvent tombé dessus. Je dois aller en priorité vers des trucs qui me parlent, et du coup les “déceptions” sont moins nombreuses. Mais j’ai la sensation de te lire souvent enthousiaste, ce qui, au demeurant, est un sentiment agréable.

Jim


(FC powaaaa) #68

Oui, moi aussi (même si vous n’avez pas demandé mon avis)


(Ben Wawe) #69

Content de le savoir. :slight_smile:


(Le Doc) #70

JUSTICE LEAGUE ODYSSEY #4

Written by: Joshua Williamson.

Art by: Philippe Briones.

Covers by: Stjepan Sejic, Terry Dodson.

Description: Next stop on the Odyssey – Planet Cyborg! The space-faring Justice League travels to a new world that worships Cyborg, and meets a population that’s obsessed with body modification in preparation for a galactic war. Cyborg and Azrael clash over whether to stop the simmering standoff or continue following the clues left behind by Darkseid. Elsewhere, Starfire and Green Lantern Jessica Cruz infiltrate the society’s upper crust in order to decipher the second language on the codex.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Jan. 2.

Source : www.comicscontinuum.com


(Ben Wawe) #71

C’est moins pire, mais ça n’est pas brillant.
Joshua Williamson poursuit la découverte du Ghost Spector, et on plonge cette fois-ci sur le monde de Cyborg ; où ce dernier doit prouver être le dieu local, par… un combat de gladiateur contre Azrael. WTF. Tout ça pour finir sur un cliffhanger carrément prévisible, en passant par une rencontre entre Darkseid et Blackfire.
Dit comme ça, c’est assez naze, et c’est plutôt vrai. Mais l’auteur parvient à écrire suffisamment de rebondissements et quelques moments sympathiques pour que la lecture ne soit pas désagréable - mais les pages passent, et rien ne marque ; rien ne reste, surtout, et je ne vois toujours pas comment la série pourrait encore poursuivre.
Philippe Briones fait de son mieux, mais son trait ici très classique participe à l’ambiance générale : Justice League Odyssey, ça “pue” la série du passé, en fait. Le truc qui aurait pu sortir il y a plus de quinze ans, déjà, et qui n’apporte ni fraîcheur, ni bonne idée, ni nouveauté. Même les caractérisations des personnages sont faibles, passables.
Je doute de poursuivre longtemps. Mais, surtout, je doute que ça se poursuive longtemps…


(Le Doc) #72

La suite, ce sera avec Dan Abnett au scénario à partir du #6. Un remplacement qui ne devrait pas être temporaire car Joshua Williamson n’a pas inclus Odyssey dans son programme de l’année sur son compte twitter :

Feeling super charged going into 2019: Batman/Flash X-Over. Continue Flash with Year One and crazy epic arcs after that. Birthright hits its biggest arc ever. Developing new creator owned, and maybe bringing back some old ones. Getting back to horror. Which I miss a lot.
And then starting a new #1 at DC later in 2019 that I’ve been working on the last few months. Too soon to talk about it, but I’m insanely excited and I’ve wanted the series for a long time. It will be a big part of our massive story for the DCU over the next two years.

DC n’a même pas communiqué sur ce changement de scénariste aussi peu de temps après le lancement chaotique de la série…


(Jim Lainé) #73

Tant mieux.

Jim


(nikohell) #74

C’est déjà plus encourageant même si le concept de base est, je pense, bancal à souhait et très casse gueule.


(Ben Wawe) #75

Complètement.
Dan Abnett est quand même le pompier de DC.


(Hush2 0) #76

Si le concept est bancal alors que tu as une armée de personnages DC vivant leurs aventures dans l’espace… A qui la faute?


(nikohell) #77

Ce que je trouve bancal c’est le choix justement des personnages. Effectivement quand tu as une armée de personnages vivant dans l’espace, pourquoi aller chercher Azrael et des persos qui n’y vont pas ou alors que très rarement.


(Le Doc) #78

Writer: Joshua Williamson
Artist: Carmine Di Giandomenico
Colorist: Ivan Plascencia
Letterer: Deron Bennett

It’s Cyborg and Jessica Cruz versus giant battle robots—to the death! To save her teammates, Starfire must absorb the next language in the Codex in order to gain new, dark powers. But this Rosetta Stone could prove dangerous to Kory! And betrayal looms for the Odyssey League when Rapture kidnaps Azrael and offers him a deal that could save the Ghost Sector—as long as he sells out his teammates.

Source : www.comicsbeat.com


(Ben Wawe) #79

Bigre. C’est au dernier numéro que Joshua Williamson parvient à me convaincre, et à donner un sens à sa série. Dommage, en un sens, qu’il parte maintenant, même si je suis content que Dan Abnett arrive : il saura sûrement donner du sens à tout ça, et surfer sur ce #5 qui est le meilleur jusqu’à aujourd’hui.
En effet, dans ce grand final, les rebondissements se multiplient, très dynamiques, avec même une double narration sur la fin, avec la révélation du plan de Darkseid. Le sens de la JLO se dessine enfin : l’idée demeure de rester dans le Ghost Spector, mais il faut autant y retrouver Tamaran que protéger ceux qui y vivent… et ceux de l’extérieur, aussi, de la menace de Darkseid. Celle-ci est un peu bateau, on se dit quand même que ce bon vieux tyran a été quand même très prévoyant dans sa grandeur, mais bon… “ça passe”, on va dire.
Après un début aussi faiblard et peu inspiré, Joshua Williamson surprend en gérant bien ses personnages et son intrigue. Ca n’est pas exceptionnel, ça n’est pas brillant non plus… mais ça fonctionne au moins, là. Je suis curieux de voir la suite, maintenant, mais plus pour Abnett que pour le concept.
La valse artistique continue, mais j’aime bien le trait nerveux de Carmine Di Giandomenico, qui fonctionne bien dans ce grand final bruyant et chaotique. A voir la suite, donc, mais j’ai presque un nouvel intérêt pour ce titre que je pensais arrêter !