JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #1-29 (Steve Orlando / Collectif)

Justice League of America #22

“QUEEN OF FABLES” part one! The Might Beyond the Mirror, the great threat that Batman assembled the Justice League of America to stop, has finally arrived in the form of the Queen of Fables. With her reality-warping power, her intent is to take over the real world and the imaginary and rule over everything—and without Batman, does the Justice League stand a chance against her? Or will reality crumble at the Queen’s whim?

Written by: Steve Orlando
Art by: Neil Edwards, Daniel Henriques
Cover by: Rachel Dodson, Terry Dodson

U.S. Price:
2.99
On Sale Date:
Jan 10 2018

Source : www.theavclub.com

[Ce post révèle un élément important de la suite de l’arc narratif “QUEEN OF FABLES”…donc SPOILER !].

Après Tom Strong dans les pages de The Terrifics, un autre personnage de la collection America’s Best Comics de Alan Moore s’apprête à faire son arrivée dans l’univers DC. Et la couverture du #24 par Doug Mahnke révèle qu’il s’agit de…Promethea !

STL072677

J.H. Williams III, le co-créateur de Promethea, a appris la nouvelle il y a quelques heures, dans un article du site Bleeding Cool. Et vu cette série de tweets, il n’est pas vraiment ravi :

So, this is without affording me the dignity hearing about it from proper channels. I’ve not brought this to Alan’s attention, doubt he knew, until now. Besides that, I can’t in good conscience condone this happening in any form at all.

Thank you. I’m trying my best to remain professionally calm. But feeling pretty twitchy at the moment.

This is not good. Regardless of the creative team’s intentions, DC has again, acted with impunity. And I doubt the team is aware of this. So they shouldn’t get dinged for it.

Joyce, thank you! That is the sweetest thing you could say to me about it. I am rather getting more upset as I think on this happening.

Source : www.bleedingcool.com

Williams III, il n’était pas déjà un peu fâché avec DC ?

C’est pas ça qui va arranger leurs relations !

Oula.
Autant la reprise de Tom Strong ne me gênait pas tant que ça, car Moore avait déjà prêté sa création à d’autres et ne bénéficiait pas vraiment d’un rendu “personnel” de son créateur, autant Promethea est la “chose” de Moore et Williams III, qui dispose d’un début, d’un milieu et d’une fin ; une reprise n’a pas de sens, et pas beaucoup de classe non plus.

L’article de Bleeding Cool pointe un élément intéressant sur les rôles subséquents de Paul Levitz et de Geoff Johns chez DC par rapport au legs de Moore :

Histoire de verser du sel sur les plaies, l’article rappelle aussi, un peu plus loin, que Williams avait conditionné son bref retour chez DC pour Sandman: Overture à la publication d’une grande édition de Promethea, façon Absolute mais au format “à l’italienne” (annoncée il y a une demi-douzaine d’années maintenant sous le titre The Promethea Immateria), et qu’on l’attend toujours…

Purée.
J’ai beau dire que c’est du business, que DC est juridiquement malin avec Watchmen même si c’est immoral, qu’au fond c’est moche mais c’est le game… purée, hein.
Bande de b*tards.

Tom Strong est tout autant la “chose” de Moore que Promethea, qui y a investit un grand nombre de ses idées. Certainement sa BD la plus ambitieuse, tant elle combine une approche tout public, et une synthèse de la culture populaire américaine pointue. Un travail assez proche, en définitive de ce qu’il a fait pour HPL dans Providence. Mais dans un autre registre.

Pour mémoire, Tom Strong participe de manière très active à la fin de l’univers ABC, d’ailleurs en compagnie de Promethea, et pour ceux qui ont lu Jerusalem, la dernière page du dernier Tom Strong est un manifeste pour l’éternalisme que Moore met en scène dans ledit roman.

–Oh, tiens ! un (autre) revenant ! Salut Artemus !–

Artie sort de sa réserve.

Une réserve toute relative mon cher Soyouz, puisque j’ai continué d’écrire sur mon blog, mais pour le coup, car si je ne commente pas je continue de vous lire (salut Oncle Hermes), j’ai éprouvé l’envie de le faire, tant la série Tom Strong me paraît sous-évaluée.
Quand bien même les gouts des uns et des autres ont tout autant le droit de cité que les miens, le tour de force auquel Alan Moore se livre dans les 23 numéros qu’il a écrits dépassent me semble-t-il, les clivages. J’avais d’ailleurs tenté sur feu SUPERPOUVOIR.Com, de montrer la richesse de la série.
Découvrir par exemple que Millennium City était un avatar de la White City de l’Exposition de Chicago de 1893, a certainement été la sensation la plus proche du sense of wonder tant vanté, que j’ai pu ressentir adulte.

Pour en revenir, et puisque je suis là, à la nouvelle du jour (grâce au Doc, la cheville la plus industrieuse du forum certainement, son pilier le plus indispensable en tout cas), et bien que Moore soit le scénariste que j’aime le plus dans le domaine de la BD (et de la littérature en général), et quelqu’un qui d’après l’impression que laissent ses interviews, dont je me sent assez proche sur pas mal de sujets, j’ai toujours en tête lorsqu’il s’agit de parler de la reprise des ses propres inventions (Watchmen, Promethea, Tom Strong, etc.) qu’il n’a pas lui, en son temps, manifesté de réticence, a écrire sur des personnages qu’il n’avait pas créés.

Je ne crois pas savoir que Moore ait demandé à Mick Anglo ou Steve Ditko leur autorisation lorsqu’il a réinventé, et avec quel talent, Marvelman ou qu’il a écrit une histoire avec des personnages de l’éditeur Charlton, devenue ce que l’on sait.
Pas plus n’a-t-il, à ma connaissance eu de réticence à s’approprier, avec un brio époustouflant et beaucoup de finesse, les personnages de Baum, Carroll ou Barrie.

Et la liste est longue ; car outre un penchant à puiser dans le fond commun de l’imaginaire collectif, il a longtemps travaillé dans une industrie dont le fond de commerce est justement l’exploitation de personnages inventés par des individus qui n’en sont pas propriétaires. Une industrie que par ailleurs nous cautionnons.

Tout comme Before Watchmen n’a pas amoindrit Watchmen, pour la simple et bonne raison (pour ce que j’en ai lu) que cette prequel ne joue pas sur le même terrain, il y a peu de chance que l’utilisation de Promethea fasse de l’ombre à la série originale. Ceux qui l’ont lue et aimée, continueront à l’aimer, et profiteront peut-être d’ailleurs de cette réapparition dans la Justice League of America pour s’y replonger.
Et comme j’ai été curieux de lire le travail de Peter Hogan sur Tom Strong, je suis curieux de lire ce que va en faire Lemire.

Hogan, Lemire, Johns ou Steve Orlando sont des gens payés pour entretenir un cheptel de personnages, tout comme Moore l’est devenu lorsqu’il a été contacté pour écrire Swamp Thing. Probablement d’ailleurs pour un salaire moindre que ses homologues étasuniens de l’époque.

Avec un peu de chance et beaucoup de travail, peut-être ces scénaristes arriveront-ils à nous étonner.
Sans oublier qu’il est tout à fait possible d’ignorer ces reprises, ou le rôle qu’on veut faire jouer à Watchmen dans l’univers Rebirth.

Même si une partie du jeu consiste à construire (et entretenir) des discussions autour pour attiser notre curiosité, et qu’on est tous tenté d’y participer. D’une manière ou d’une autre.
[-_ô]

OH Artie, ça fait plaisir de te revoir, du coup je vais arrêter ce que je faisais et je vais te lire tiens xD

Bon j’ai lu les dires d’Artie, et j’en parlais dans notre groupe de discussion “à la con” avec les GG Comics, j’arrive pas à saisir ce tollé de ralage, d’autant plus que j’ai l’impression que c’est cyclique… C’est pas nouveau, ça a toujours été ainsi… Je ne pige pas… Pour moi c’est mettre un coup d’épée dans l’eau.

Ce qui est marrant, c’est que Alan Moore et Paul Levitz ne s’appréciaient pas du tout il me semble. Et pourtant, on remarque quand même que ce dernier, professionnel, gérait DC Comics avait un maximum de respect envers les auteurs (ce qui n’est pas vraiment surprenant quand on sait comment Levitz a œuvré pour les artistes).

Moui et non. Oui parce que le recyclage de personnage est une chose.

Par contre il y a un truc que vous oubliez un peu tous. C’est que déjà DC à jouez l’arnaque sur Watchmen, mais ça passons.

Par contre quand Moore créer la ligne ABC chez Wildstorm il le fait pour avoir le soutien de Wildstorm en termes de promotion, d’aides à la ventes… Un peu comme la ligne Cliffangher (qui pour le moment n’est toujours pas apparut dans le giron DC bizarrement à l’exception d’Astro City).
A cette époque wildstorm est indépendant et n’appartient pas encore à DC. Les titres que Moore créer sont donc les siens. Après wildstorm est racheté, Moore veut continuez car il est chaud bouillant, mais sans interférence de DC et ne veut jouer qu’avec les gens de Wildstorm, ces derniers acceptent jusqu’au moment ou DC interfère ce qui provoquera le départ de Moore dégoûté.

quand la question de la reprise des personnages vient (notamment pour Tom Strong et Top T’en, Moore accepte de tout laissez, sauf la ligue qu’il continu).

Je pense que Moore à laissez les droits car il en avait finis avec les persos et que ce fut sa plus grande bêtise.

Ce que je veux dire c’est que la reprise de Promethea, Top Ten, Tom strong est du uniquement au fait que Moore soit dégouté et qu’il laisse tomber. DC aurait pu être descend et continuer à se faire du blé en réimpression ou relancer dans leurs univers propre lesdites séries plutôt que de les incorporer dans son univers pour faire du buzz.

Car c’est bien l’unique but de cette manoeuvre, c’est de faire parler, de vendre du comics à court termes, pas d’installer sur le long termes. En ca c’est pas super propre de la part de DC. C’est qu’ils continuent d’arnaquer plus ou moins Moore (notamment watchmen).

Mais c’est aussi dégueulasse que ce qui a été fait à Siegel, Shuster, Kirby et autres. Moore étant le dernier exemples en cours et vivant.

Oui, pardon, je me suis mal exprimé, car je vais de temps en temps sur ton blog, et je vois effectivement que tu es actif !
Disons que tu rentres dans la réserve, dans ce cas !:wink:

C’est un peu le principe de toute discussion qui concerne des comic books édités par des Américains qui ne lise pas ce forum !

Je ne parle pas de nous mais je JH WIlliams III mon cher…

Hop, outre le plaisir de retrouver artemus, je me permets de glisser deux observations rapides.
Je ne critique pas ou ne mésestime pas Tom Strong, ma série préférée d’ABC, véritablement ; je veux bien croire que Moore y a injecté beaucoup d’éléments personnels, mais cela m’a semblé plus prégnant, plus clair, plus évident, et (pour moi) plus porteur sur Promethea. En outre, Tom Strong ayant déjà été repris par d’autres, sa réapparition me gêne moins - son histoire a continué sans Moore ; là où je considère que Promethea avait une fin, formant un tout, qu’il me semblait légitime de respecter, et c’est là où mon souci véritable.
Maintenant, DC n’a aucune raison juridique de ne pas le faire, ils en ont le droit ; mais j’aurais apprécié qu’ils ne le fassent pas.

Sois clair alors !

Oui quand tu parles d’un “tollé de ralage” (je cite) ça laisse supposer que tu évoques quelque chose d’un peu plus large que le seul cas de ce brave J.H.

Lequel, au demeurant, étant tout de même l’un des artistes les plus en vue de ces dernières années, a un peu plus de pouvoir que celui de donner des coups dans l’eau. Même si pas assez pour changer à lui tout seul la façon dont l’industrie fonctionne depuis des décennies, certes, on est d’accord.