JUSTICE LEAGUE (Zack Snyder)

Ce qui peut être une variation intéressante puisqu il eleverait un fils qui ne serait donc pas le sien comme lui même a été élevé par des parents adoptifs.

Clairement. Même si superman devient la clef des futurs selon le camp dans lequel il tombe.

C est plus nuancé. L.opinion publique l adule aussi beaucoup, et il ne sait pas comment faire avec.

C’est certain, mais ça peut être aussi vu comme une « humiliation ».
L’aimée de Superman, qui est son « monde », a une relation en son absence et il élève le fruit de cette relation avec l’homme qui a voulu le tuer, et s’est sacrifié en martyr.

Superman en ressort moralement « grandi », mais dans une approche macho, comme celle que Batman a dans BvS (« tu n’es pas brave, seuls les hommes sont braves »), ce n’est pas le cas.

Oui, il devient l’outil pour dominer ou sauver le monde.
Mais il est un outil, pas ou plus un personnage qui agit par ses choix. Il ne fait d’ailleurs plus de choix, il est téléguidé à chaque fois par la Justice League (Batman) ou Darkseid.

Superman perd toute individualité.

Oui, mais c’est encore une fois mal montré car les seuls passages où le grand public l’adule en viennent à devenir « gênants ».
Le passage au Mexique où tout le monde le touche, Superman qui vient sauver des gens d’une inondation… il les sauve, il les aide, mais c’est toujours montré comme la « preuve » de son statut divin, et souvent entouré d’interviews ou de prises de paroles politiques qui dénoncent ça.

Oui tout à fait. D où je ne suis pas spécialement demandeur d avoir la suite. il me semble que là snyder a déjà tout dit de ce qu il avait à dire et qui etait plutôt une esthétique d ailleurs. Les persos n évolueront pas plus et l esthétique nous l avons pu voir se développer sur trois film. C est bien, c est suffisant.

Je defends volontier la présentation de superman dans les deux films précédant la league, mais c est aussi dans l idée que ce soit un parcours qui amène à un superman qui s accepte. Clairement pour moi, snyder montre avec la league sa limite dans son approche de superman.

Si whedom a pu apporter quelque chose à la version originale du film, c est au niveau de superman, démontrant d ailleurs que quelque touche suffise à le faire exister désormais.

Dans la version de whedom, le role de superman n est pas plus important dans l action, mais d un coup, et c est bien représenté alors, superman fait exister l équipe au de là d une collection d individualité par son sourire et son humanité.

Un petit mot pour chacun et non une réduction à un deus ex machina. Je trouve très palpable l apport de whedom à ce niveau. Le ressenti du final n est pas du tout le même.

Donc oui, a priori sup serait resté un outil.

Je trouve qu’il manque un film entre Man of Steel et BvS.
Parce que, à la fin de MoS, Superman arrive à peine (Lois le dit : « Welcome to the Planet », et elle ne vise pas que le journal). Or, BvS fait déjà le « bilan » de sa présence, en montrant un impact négatif (la haine de Lex, la rage de Bruce).
Il manque un segment qui montre le positif de Superman dans ce monde.

Je suis d’accord, j’ai beaucoup aimé quelques éléments de 2017 qui semblent absents. Rien que la discussion Superman/Cyborg devant les MotherBoxes, ça m’a plu.
(attention : c’est Joss Whedon et pas Whedom)

Oui et superman en est gêné. C etait une bonne idée de le prendre par ce bout là. Comment etre un sauveur quand aujourd’hui c est une fonction dont on sait les dangers ?

Voilà.

Duly noted

Oui, c’est une bonne idée. Mais il aurait fallu auparavant préparer ça avec une approche positive et premier degré de la chose.
Là, on revient au problème de MoS : à voir un traitement ultra-réaliste du personnage, j’en suis venu à ne pas vouloir que Superman reste sur Terre.

Si je vis dans l’univers DCEU, et que j’apprends qu’un extraterrestre vit depuis trente ans sur Terre, sans rien dire, et que les siens veulent le récupérer… qu’ils le reprennent ! D’autant qu’ils menacent, et que lui n’est pas apparu positivement.
Le discours est dur, mais Snyder l’impose. Si Snyder avait fait apparaître Superman comme super-sauveur quelques jours avant l’arrivée des Kryptoniens, la planète pourrait vouloir le conserver, le protéger. Là, ça se discute durement.

Idem dans BvS : il sauve une gamine, aide des inondés, protège des astronautes.
Mais c’est toujours montré entre des extraits TV où « on » le critique ou « on » le remet en question.

L’appartenance pure, au premier degré, est exclue. Manquante.

Sourire.

Et bien, disons que cela ne m avait pas manqué jusque-là. Snyder mettait suffisamment sur la table à chaque fois pour me faire patienter jusqu’au prochain.

Mais pas là, par dans sa justice league, pas concernant superman.

Superman a déjà élevé le fils d’un autre. Au départ quand superman devient parent il s’agit du fils de Zod (dans Sup de Johns juste avant New 52), mais il ne s’agissait pas du fils de son aimée et d’un autre.

De jesus à joseph.

C’est aussi un choix « assumé » publiquement, alors. L’enfant arrive, Clark et Lois décident de s’en occuper, se prennent d’affection et l’adoptent comme Chris Kent, conscients qu’il n’est pas leur fils génétique mais l’aimant comme tel.
La situation est différente du fils de Lois et d’un Batman qui, quelques mois plus tôt, a voulu tuer Superman et y est presque parvenu. Avec Lois ne disant rien, a priori, de la réelle paternité de l’enfant.

Clark Joseph Kent, pour mémoire.

Bigre !