KAAMELOTT (Alexandre Astier)

Ah là Alain nous gâte !

Allez on va dire que ça spoile un peu

Un film qui transpire l’ambition du début à la fin. Dans sa réussite et dans ses échecs. Alexandre Astier a toujours fait évoluer son œuvre en explorant de nouvelle choses quand la forme changeait. Kaamelott - Premier volet ne déroge pas à la règle. Bien que dans la continuité de ce qui précède, on voit bien l’ambition de repenser l’histoire en fonction du format long-métrage et de montrer de nouvelles facettes du royaume de Logres. Plus de décors, plus de pays, plus de bataille. Ça fait plaisir, même si c’est pas foncièrement réussi, une telle envie de pousser vers le haut son œuvre fait plaisir.

Thématiquement on se retrouve face à un retour du roi qui tente dejà se retrouver lui-même. Cela passe par une série d’épreuve donnant l’occasion de revoir les anciens compagnons et d’affronter Lancelot. On assiste probablement là à la fin du roi guerrier qui cède peu à peu sa place à celui du roi guérisseur. J’aime beaucoup la façon de tout cramer pour repartir sur des bases saines. Les nouveaux personnages vont de l’anecdotique plaisant (Fraganan, les filles de Karadoc, Quarto) au vraiment fascinant (Horsa ou bien encore Alzagar) quand aux anciens c’est un énorme plaisir de les retrouver. Certains rejouent leur partition à la perfection (Dagonnet, Bohort, Perceval et Karadoc etc.) tandis que d’autres envoutent par les chemins de traverses qu’ils empruntent (Leodagan, le Duc d’Aquitaine bien plus sagace qu’il n’y parait et, bien sur, Genièvre et Arthur).

Le film n’est toutefois pas emprunt de défauts, loin de là. Outre qu’il faille faire un réglage personnel pour intégrer cette nouvelle forme après avoir tant vu et revu la série télévisée, il faut bien admettre que certaines idées ne fonctionne pas. Je pense en premier lieu aux flashbacks revenant sur un épisode de la jeunesse du futur roi. Pas foncièrement aidé par une interprétation maladroite de l’acteur incarnant Arthur adolescent, ces flashback casse surtout le rythme de l’aventure au présent et peine à bien raconter un événement dont les répercussions se retrouve à l’époque de la série. A voir avec la suite mais en tant que tel c’est loupé mais, heureusement, rattrapé par une conclusion d’une douceur romantique renversante et qu’on ne pensait pas forcément voir dès maintenant.

Le film souffre aussi d’ellipse maladroite et si le travail sur la photo et le visuel et à tomber je regrette quand même une mise en scène qui manque d’audace et de folie en dehors de quelques chouette moments, en premier lieu la bataille finale. Il y a toutefois une recherche visuel intéressante et beaucoup d’éléments et de choses se pose par leur présence à l’écran. Rien que l’idée de voir les ennemis d’Arthur toujours représenté en haut de la tour de Kaamelott est une belle image d’une autorité totalement déconnecté du reste en opposition à la modestie d’une simple table ronde qui redonne espoir à Arthur, un des plus beau moment du film.

Film imparfait mais dont je ne peu qu’aimer l’ambition (même loupée) de toujours aller plus haut, Kaamelott : Premier volet reste tout de même une totale réussite en tant que suite cinématographique de la série télévisée et s’inscrit parfaitement dans la continuité du travail sur cette nouvelle version du mythe Arthurien.

1 « J'aime »

Le principe d’Alan Moore.

Est-ce qu’il peut intéresser les non habitués de la saga télévisuelle ?

Quelqu’un qui ne connait pas la série ne sera pas perdu en voyant le film si c’est ta question. Les enjeux sont bien posé au début et tout est très clair. Après est-ce que cela va plaire à un public qui ne connait pas ou peu la série c’est la grande question auquel je ne saurais répondre.

Ensuite si tu es en quête (gag, rire) d’une comédie bien foutue, différente du tout venant et drôle ça se pose là

C’est surtout que je n’ai jamais été assidu pour tout un tas de raisons plus ou moins valables … Donc si déjà en ne connaissant que juste l’univers (et assez peu le déroulé de l’histoire version K), on se poile, ça me suffit.

1 « J'aime »

Nicolas Bory :

image

Ca sera l’illustration du coffret 4K/BR à priori

Bon par contre M. de Caunes, il faut réviser un peu, c’est Karadoc l’inventeur du « C’est pas faux », sa « botte secrète ». Il refile ensuite le tuyau à Perceval, qui va en user et abuser.

J’ai bien aimé, bien rigolé, et j’ai été ému à plusieurs moments.
C’est terriblement maladroit sur énormément d’aspects, mais c’est fait avec tellement de sincérité, d’envie de bien faire et d’application que c’est très touchant et prenant.
Dommage, un peu, que plusieurs apparitions sonnent comme des passages obligés, des guest-stars qui semblent presque gâcher leurs personnages par des scénettes un peu indignes de ce que ces personnages sont.
Mais l’ensemble fonctionne bien, la transition programme court / long-métrage est réussie. La réalisation est efficace, les moyens sont présents, et le plaisir également.

Une belle réussite.

1 « J'aime »