Kana se met au numérique


(Den d Ice) #1

Premier pas dans le numérique pour l'éditeur

Lire la news sur Manga Sanctuary


(ivan isaak) #2

1,99€ pour 10 jours… Déjà qu’à la base, la lecture numérique ne me tente pas, là, elle me tente encore moins. Il faudrait que j’aille rechercher dans mes “archives” mais je me souviens avoir il y a pas mal de temps acheté les BB Project en numérique. C’était du “à vie” et pas vraiment très cher… Ce sera donc sans moi, et le support sera à jamais sans moi. Pas ma came.


(Lloyd Kalas) #3

Dommage, en achat définitif et avec du manga, c’est quelque chose qui aurait pu clairement m’intéresser

Il faudrait aussi qu’ils prévoient le téléchargement gratuit des œuvres que l’on possède déjà en papier ( oui, c’est bon de rêver )


(Mugen shinshi) #4

Personnellement, j’achèterai toujours les versions papier de tous les trucs qui me plaisent vraiment.

Un service de location peut être utile pour déterminer ce qui vaut le coup d’être acheté, genre : je loue, je lis et ensuite je n’achète que si ca sort vraiment du lot ou si je veux pouvoir le relire.

Mais évidemment, pour utiliser ce service dans cette optique, il faut que la marge entre le prix d’achat et le prix de la location soit suffisamment importante, sinon, ce n’est pas viable. A ce niveau-là, il y a une différence entre louer 2 euros une bd européenne qui en coûte treize ou quinze et louer 2 euros un manga qui en coûte 6 ou 7.


(crasa) #5

bah en plus ce sont des manga kana qui sont deja pas cher à la base, s’ils savent les vendrent à 4,50 euro en Belgique je comprends pas que la location soit si cher et pour une durée si courte.


(Fëambar) #6

Je suis comme Ivan quasiment incapable de lire efficacement (c’est à dire avec plaisir) sur un support informatique. Je n’ai pas essayé avec BB project mais avec (l’excellent, si si, même si moins que le 2) Debaser tome 3… mais le plaisir est gâché par les multiples opérations du cerveau pour l’appréhender sans devoir réfléchir à avancer le document, quand, sachant qu’on ne peut voir la page d’un seul coup d’œil si on veut savoir lire correctement les pages…

Bref, galère, et vive le papier.

Et puis le papier, y’a la quatrième dimension avec : l’odeur.